Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





JSMB : Tiab démissionnaire «C'est un groupe manipulé et on sait qui est le meneur»
Publié dans Le Buteur le 29 - 01 - 2013


Les raisons d'une déroute annoncée
Après le comportement jugé déplorable, le président de la JSMB, Boualem Tiab, a décidé de rompre le silence lui aussi pour dire certaines vérités. D'après le chairman de la JSMB, ce groupe de supporters est manipulé. Il affirme aussi que la direction connaît bien le meneur : «C'est vraiment inadmissible. Nous ne sommes pas habitués à ce genre de comportement mais je sais que tout cela est prémédité. Ce groupe qui représente heureusement une minorité a été manipulé. Personnellement, je connais très bien le meneur. En tout cas, on compte déposer plainte auprès de qui de droit. On ne se laissera pas faire aussi facilement que ça.»
«Cette fois, c'est bon, je me retire définitivement»
Boualem Tiab, président de du Conseil d'administration de la S/SPA JSMB a décidé de claquer la porte sans espoir de retour. D'après lui, le problème de la JSMB est plus profond et ainsi il ne peut plus continuer à travailler dans ce climat. «Cette fois-ci, c'est bon. Je me retire définitivement de la JSMB. Je quitte le club la tête haute. J'ai donné le meilleur de moi-même dans des conditions extrêmement difficiles malgré mon état de santé. Je n'en ne peux plus. Je quitte le club et je pèse mes mots», nous a-t-il déclaré. Une semaine après le limogeage de Michel, voilà que le président Tiab s'en va à son tour après plus de 20 ans passés à la présidence de la JSMB.
«Celui qui a du courage n'a qu'à venir prendre le club»
Le président Tiab nous a fait savoir que pour le moment c'est Redjradj qui devra diriger les affaires du club en attendant celui qui lui succédera.
«Redjradj restera en place pour le moment. Moi j'ai décidé de partir et c'est sérieux. Désormais, celui qui a vraiment du courage n'a qu'à venir prendre ce club. Moi j'ai fait de mon mieux pour servir le club. J'ai dirigé cette équipe durant de longues années et je pense que c'est le moment de partir.»
«C'est moi qui ai limogé Michel et Redjradj n'a rien à voir dans cette affaire»
Evoquant le limogeage du Michel, Boualem Tiab affirme que c'est lui qui était derrière son licenciement et non pas Rachid Redjradj comme le prétendent certains : «C'est moi qui ai pris la décision de limoger Michel. Rachid n'a rien à voir dans cette affaire. En plus c'est Michel qui s'est chargé du recrutement aussi. C'est lui qui a fait venir, Mehamha, Mekhaldi, Boussaha, Benzerga et les autres Franco-Algériens. Michel était même derrière la venue des deux Maliens, Bangoura et Coulibaly.»
-------------
Cela s'est passé hier dans la soirée
Le bus du club saccagé par les supporters
Pas contents des maigres résultats de leur club ces derniers jours, les supporters de la JSMB sont montés au créneau, prenant comme cible dirigeants et joueurs. Ces derniers ont fini par réagir. En effet, une poignée de supporters s'est déplacée hier au stade pour demander des explications aux joueurs. Toutefois personne n'était sur place du fait que la séance a été programmée à un autre endroit. Ainsi, ont-ils décidé de prendre pour cible le bus du club qui se trouvait dans le parking du stade OPOW. La vitre avant et les carreaux des flancs du bus ont volé en éclats. Il est à signaler aussi que ces mêmes supporters ont même tenté d'y mettre le feu. Le début d'incendie qui avait gagné une partie de bus a été vite maîtrisé et heureusement, aucune victime n'est à déplorer.
L'entraînement délocalisé à Aokas
Afin de fuir la pression et les éventuels affrontements entre les supporters et les joueurs, la direction du club et le staff technique ont décidé de changer le lieu de la reprise programmée hier dans l'après-midi. Prévu au stade de l'Unité-Maghrébine, l'entraînement d'hier s'est déroulé à Aokas. Une situation qui risque de perturber la préparation de l'équipe qui s'apprête affronter le CSC à domicile.
L'agent de Mehamha saisit la FIFA
Ayant déjà menacé la direction béjaouie de saisir la FIFA, pour revendiquer la régularisation de son joueur, l'agent de Mehamha, le Franco-Italien Nicolas Onissé a mis à exécution ses menaces et a déposé une requête à la FIFA, dans laquelle il exige la rémunération de son joueur qui, à l'instar de tous les joueurs du club, attend pas moins de trois salaires. Toutefois, la direction de la JSMB ne se prend vraiment pas la tête avec cet acte du fait que lors d'une récente déclaration le directeur général du club, Rachid Redjradj, nous a dit : «Pour le moment, on est en train de faire de notre mieux pour régulariser tout le monde, mais si le manager de Mehamha veut saisir la FIFA, qu'il le fasse ! C'est comme ça que ça se passe. Qu'il aille où il veut !»
JSMB-CSC, samedi à 17h45
Contrairement aux dernières rencontres qu'ils ont jouées depuis le début de la phase retour à 15h, les Béjaouis, qui recevront ce samedi l'équipe du CSC, joueront ce match à 17h45 et non pas à 15h. Les poulains de Solinas, qui ont repris hier, devront au moins effectuer une dernière séance à l'heure du match, ce vendredi. Histoire de s'habituer à cet horaire avant d'affronter le CSC qui veut confirmer sa bonne santé.
Le match sera retransmis en direct
Vu l'importance de ce match, la Télévision nationale a décidé donc de le retransmettre en direct sur ses deux chaines, A3 et Tamazight. Une occasion donc pour les supporters, notamment ceux de la JSMB, de suivre ce match en direct sur le petit écran. Pour rappel, le match aller entre les deux équipes, qui s'était achevé sur un score de parité (2-2), a été aussi retransmis en direct.
Reprise hier dans une ambiance tendue
Ayant pris cinq jours de repos suite à la dernière rencontre ratée face aux Belouizdadis, les joueurs de la JSMB ont repris l'entraînement hier à 16h au stade de l'Unité Maghrébine, dans une ambiance morose. Les Béjaouis auront comme objectif d'entamer la préparation en prévision de la prochaine rencontre du championnat, ce samedi, face au CSC à domicile. Le driver béjaoui profitera donc des séances qui lui restent afin d'apporter les dernières retouches et d'avoir une idée sur le dispositif qui sera mis en place face aux Constantinois, notamment la ligne offensive qui peine à s'affirmer, même à domicile, depuis le début de saison.
Si Mohamed pourrait jouer ce samedi
L'Equipe nationale qui jouera son dernier match de la CAN demain contre la Côte-d'Ivoire, sera de retour le lendemain, jeudi, par avion spécial. Ainsi, le gardien de la JSMB, Si Mohamed, qui se trouve actuellement en Afrique du Sud avec la sélection, regagnera Béjaïa le même jour dans la soirée. Le staff technique compte déjà sur lui pour garder les bois ce samedi face au CSC. Pour le moment, rien n'est encore officiel, mais d'après nos informations, Si Mohamed reprendra certainement sa place ce samedi.
Les raisons d'une déroute annoncée
Samedi dernier, la JSMB a, une nouvelle fois, enregistré une contre-performance. Une défaite, une de plus, qui complique davantage sa mission, celle de se maintenir en Ligue 1 cette saison. Se faire battre par une bonne équipe du CRB n'a rien d'étonnant, mais ce qui intrigue réellement c'est la manière avec laquelle la JSMB a évolué. Une défense passive, un milieu inactif et peu entreprenant et une attaque absente. C'était en somme un ensemble sans ressort qu'attendait un revers cuisant. Pourtant, rien ne prédestinait cette jeune équipe, qui a réalisé une bonne phase aller, à une pareille déroute. La raison avancée par le staff technique à l'issue de cette rencontre : un problème d'inefficacité de l'attaque, qui n'arrive toujours pas à sortir la tête de l'eau depuis le début de saison, ce qui ne saurait justifier toutefois une telle prestation des joueurs qui avaient la tête ailleurs, notamment en seconde période. Néanmoins, le «mea culpa» des joueurs et du staff ne semble pas satisfaire les inconditionnels des Vert et Rouge qui, gardent quand même une lueur d'espoir, pour un sursaut d'orgueil, ce samedi face au CSC. Force est de reconnaître que le problème est beaucoup plus crucial et que les véritables raisons sont à rechercher ailleurs.
Un effectif jeune et limité techniquement
Loin de l'idée de vouloir enterrer ce jeune groupe, mais une brève halte s'impose pour un constat de ce qui a été fait jusque-là. L'entraîneur sortant avait fait savoir que si ça ne tenait qu'à lui, il aurait recruté d'autres éléments. Pour lui, la capacité de certains joueurs était limitée et la suite des évènements lui a donné raison. Il faut savoir que les responsables de la JSMB n'ont pas ciblé les postes à pourvoir par rapport aux déficiences de l'équipe. Et cela se vérifiait lors de chaque match sur le terrain. Les défenseurs ont péché par un placement approximatif, laissant beaucoup d'espaces aux attaquants adverses qui n'en demandaient pas tant. Chehaïma, Mekhaldi, Laâribi et les autres étaient souvent dépassés. Les hommes du milieu, eux, avaient du mal à se positionner dans un schéma tactique qui paraissait obscur, et les Neyati et Boukmacha, appelés à soutenir la charnière centrale, avaient des difficultés à concilier entre couverture et construction, sans parler de l'attaque qui ne veut plus se réveiller de sa profonde léthargie.
Le club asphyxié par la crise financière
Le JSMB vit une crise financière aiguë, ces derniers temps, alors que les dirigeants sont confrontés à des difficultés pour trouver d'autres sources de financement, allant jusqu'à puiser dans leur propre budget. D'après les connaisseurs, cette situation est l'une des raisons qui ont influé négativement sur le rendement des joueurs béjaouis durant les cinq dernière journées, du fait qu'ils réclament pas moins de trois mensualités. Le staff technique de la JSMB a haussé le ton, et refuse que les joueurs ne fournissent pas les efforts nécessaires sous prétexte qu'ils ne sont pas payés, mais il faut dire que la réalité a fini par l'emporter sur le terrain. Certains joueurs, notamment les jeunes, ne peuvent plus se concentrer sur leur activité. La direction doit réunir l'argent pour régulariser tout le monde dans les plus brefs délais.
La direction a raté complètement son mercato
Toujours dans le même contexte, il faut dire donc que cette crise financière a contraint le club béjaoui à ne se contenter que de deux nouvelles recrues cet hiver, cela sans parler aussi de celles de l'été dernier qui n'ont pas fait oublier le départ des Gasmi, Maroci, Ouali, Kacem, Bachiri, pour ne citer que ceux-là. Alors que la direction a décidé de libérer pas moins de trois joueurs, elle n'a, par contre, fait venir que deux éléments, à savoir les deux Maliens, Bangoura et Coulibaly, qui ne sont toujours pas qualifiés. Comme si la direction n'a rien fait cet hiver ! Pis encore, elle a perdu trois joueurs pour rien. Ainsi, si les deux Africains ne seront pas qualifiés avant ce 31 janvier, ce sera vraiment une catastrophe comme nous l'a déjà dit Michel, qui a été limogé la semaine dernière.
Des contrariétés internes ont précipité le départ de Michel
Accueilli à bras ouverts à la moitié de la saison écoulée au poste d'entraîneur de la JSMB, après le limogeage de Bouali, le coach français Alain Michel était depuis quelques mois la cible de critiques acerbes des dirigeants et supporters. Le courant avec la direction du club ne passait plus. La faute à de mauvais résultats selon la direction de la JSMB, qui voulait sauver le club avant qu'il ne soit trop tard, toutefois, d'après nos informations, le limogeage de Michel était déjà prévisible depuis longtemps. D'ailleurs, même Michel nous a fait savoir à maintes reprises que le climat devenait très hostile à la JSMB. Selon lui, des problèmes internes ont précipité son départ de la barre technique. On a ramené un autre entraîneur, mais apparemment il n'a pas pu faire grand-chose du fait que l'équipe a subi la plus lourde défaite cette saison.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.