PSG : Neymar remis à temps pour le match face à l'OM    Foot - Classement Fifa : L'Algérie conserve sa 30e position, perd une place au niveau africain    Benzema devra encore patienter pour le jugement    Loi criminalisant la spéculation: les opérateurs appelés à déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    Elections locales à Mostaganem : Des maires et des ex-députés exclus de la course aux candidatures    Météo : pluies sous forme d'averses orageuses dans plusieurs wilayas du pays à partir de ce vendredi    La prédiction de Ronaldinho pour Mbappé    Le procès Hamel reporté au 17 novembre    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Un scrutin miné ?    Rejet de 77 dossiers de candidature    Le RND au bord de la crise    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Des candidats exclus font appel    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Elimination des décharges anarchiques : Une gestion efficiente des déchets domestiques
Publié dans Le Financier le 12 - 09 - 2012

La préservation de l'environnement et la protection de la santé du citoyen requièrent une gestion efficiente des déchets domestiques par la création de centres d'enfouissement technique (CET) et l'élimination des décharges anarchiques au nombre de 3000 à l'échelle nationale, révèlent les statistiques du ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement. L'opération d'élimination des décharges anarchiques pour leur remplacement par des centres d'enfouissement technique pour les déchets domestiques s'inscrit ainsi dans le cadre de la politique nationale de gestion, de traitement, de tri et de recyclage des déchets. Cette nouvelle politique de gestion des déchets domestiques dont la quantité dépasse les 30.000 tonnes/jour au plan national vise à «opérer une rupture réelle avec les anciennes méthodes de gestion» qui ont débouché sur une anarchie en matière de collecte et de décharge des déchets générant des points noirs aux conséquences néfastes sur la santé du citoyen et l'environnement», ont indiqué des responsables du secteur de l'environnement. A ce propos, des sources du ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement ont souligné les démarches des autorités concernées ces dernières années pour l'éradication des décharges sauvages, la réhabilitation de certaines d'entre elles ou leur remplacement par des CET conformément aux critères établis de par le monde. La gestion des déchets reste toutefois, «difficile et complexe» dès lors qu'elle implique des «méthodes précises et des moyens appropriés» notamment pour ce qui est de la collecte, du traitement, du tri, du recyclage et d'enfouissement, ont déclaré les mêmes sources à l'APS.
Les déchets, a-t-on relevé, sont en augmentation constante compte tenu de l'élargissement des activités socio-économiques. Cela amène le citoyen et tout pollueur à réfléchir sérieusement à la réduction de la production de déchets. Ainsi, les pouvoirs publics ont procédé à la promulgation de lois relatives à la gestion des déchets et l'attribution d'une aide financière en direction des autorités locales afin d'atteindre cet objectif. A ce jour, précise la même source, 118 centres d'enfouissement technique ont été réalisés dont 43 sont entrés en phase d'exploitation et la gestion de ces centres est confiée à des spécialistes, techniciens et agents en matière de gestion, de tri et de traitement des déchets. La réalisation de ces CET intervient une fois des études d'impact sur l'environnement et la santé du citoyen sont finalisées et après avoir choisi des sites ou espaces éloignés des régions protégées et naturelles et ce, avec la collaboration des parties concernées dont les autorités locales, les secteurs de l'environnement, de la santé, des ressources hydriques et de l'énergie ainsi que des associations spécialisées. La maintenance des centres d'enfouissement technique requiert impérativement le respect des critères en vigueur dans la monde et leur gestion de façon rationnelle par la création en leur sein, d'unités chargées de du tri et du traitement des déchets. Les agents quant à eux, sont tenus de procéder au tri des déchets recyclables qui nécessitent d'être coupés pour en réduire le poids avant d'être enfouis avec des méthodes modernes pour empêcher la propagation des mauvaises odeurs.
D'autre part, 55 décharges contrôlées ont été réalisées à ce jour dont 23 sont déjà opérationnelles, outre 42 autres à réaliser prochainement. 64 décharges anarchiques ont été réhabilitées, ont rappelé les mêmes sources avant de préciser que des travaux sont achevés pour 21 d'entre elles, 20 sont en cours de réhabilitation et 23 font l'objet d'études, en sus de 30 centres de tri des déchets, 26 stations de transformation, 32 décharges et la création de 42 entreprises publiques à caractère industriel et commercial (EPIC) pour la gestion des centres d'enfouissement technique. Par ailleurs, la décharge de Oued Smar a été définitivement fermée en juin dernier. Une étude est actuellement en cours pour y réaliser un jardin public dans le cadre de l'extension des espaces verts.
Centre d'enfouissement de Staoueli: un lieu d'absorption des déchets anarchiques
Un centre d'enfouissement technique type a été réalisé à Staoueli (Alger) qui s'étend sur une surface de 8 hectares. Le bon fonctionnement de ce centre qui répond aux critères en vigueur dans le monde exige un suivi minutieux des opérations d'enfouissement des déchets. Le centre dont la réalisation a été entamée en 2006, est considéré selon les gestionnaires, comme «un centre industriel qui nécessite expérience, gestion rationnelle et contrôle strict de tous les déchets qui y sont déposés. Il est strictement interdit d'y déposer des déchets solides, hospitaliers ou industriels au niveau de ce centre géré par les autorités locales conformément aux «plans locaux retenus par le ministère de tutelle au profit des communes et qui concernent les méthodes de collecte, le transport et le recyclage des déchets domestiques. Le centre a été doté d'une grande fosse couverte avec du plastic noir et où seront déposés les déchets puis recouverts de terre à l'aide de camions. Il est également relié à des accès pour la récupération des biogaz produits par la fermentation des déchets et des canalisations pour les eaux usées qui seront exploitées par la suite dans le domaine agricole.
La propagation des mauvaises odeurs, un danger pour l'environnement et la santé du citoyen
S'agissant de la propagation des mauvaises odeurs, les experts et spécialistes ont affirmé que la gestion de ces CET est actuellement confiée à des entreprises publiques spécialisées. La propagation de ces odeurs est favorisée par le vent ou les températures élevées. Pour contenir ces odeurs, les experts recommandent de larges campagnes de boisement des terres à proximité de ces centres, outre le contrôle soutenu par des agents spécialisés. Le centre d'enfouissement technique de Ouled Fayet ouvert en l'an 2000, est soumis quant à lui à des techniques modernes qui consistent à stocker et enfouir les ordures ménagères pour en réduire les lixiviats (jus de déchet) pour enfin les traiter dans une station d'épuration. Et pour venir à bout des mauvaises odeurs qui se propagent de ce centre qui a suscité la grogne des citoyens habitant à proximité, l'entreprise NETCOM chargée de sa gestion, a été dotée de différents appareils et équipements pour une meilleure prise en charge des déchets. Selon les gestionnaires, ce centre sera bientôt fermé et remplacé par un jardin public après saturation de l'ensemble des casiers, soulignant qu'il en compte cinq casiers dont 4 arrivés à saturation. Bientôt, deux nouveaux centres d'enfouissement technique seront ouverts en remplacement de celui de Ouled Fayet et ce, à Khemisti (Tipasa) et Corso (Boumerdes). La capacité d'absorption du centre de Khemisti est de 10 millions de m3 alors que celui de Corso est de 7 millions de m3. Ils comptent deux centres de tri sélectif des déchets avec une capacité de récupération de 600 tonnes/jour, des équipements et deux stations d'épuration pour le traitement des lixiviats. Par ailleurs, des projets pilotes de tri sélectif des ordures ménagères sont en cours de réalisation dans plusieurs grandes villes dont Alger et Oran sur initiative des communes et d'entreprises spécialisées et la contribution d'un nombre d'associations. Pour la préservation de l'environnement et la protection de la santé du citoyen, ces projets à réaliser à proximité des immeubles pour la collecte des déchets domestiques impliquent la contribution du citoyen. Il est donc fait appel au sens civique de celui-ci qui sera appelé à faciliter la tâche de l'agent de la commune en procédant au tri des déchets avant leur dépôt dans les décharges.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.