Marche des étudiants à Alger    El-Bayadh: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Eviter l'effet boule de neige    Ils seront connus dans une semaine: Des représentants de syndicats autonomes au sein du CNESE    Economie de la connaissance: Une feuille de route et des orientations    Tchad: Le président Déby tué lors de combats avec des rebelles    Coupe de la CAF: Orlando Pirates-ESS, aujourd'hui à 14h00: L'Entente à quitte ou double    Coton Sport - JSK, aujourd'hui à 14h00: Mettre fin au signe indien    Pr Lyes Rahal, directeur général des Services sanitaires au ministère de la Santé: «Il est prématuré de parler d'immunité collective»    Une bande financée par une représentation diplomatique à Alger démantelée    Tiaret: La ville croule sous les ordures    La tomate n'a pas partout le même goût    La fièvre des stèles    Le président du Conseil présidentiel libyen valorise le rôle de l'Algérie    L'ONU face à ses responsabilités    Fin des poursuites dans une affaire de déstabilisation de l'Etat    L'Algérie condamne l'attaque terroriste du village de Gaigorou    Marche pacifique à Béjaïa    Vive tension chez les métallurgistes    187 nouveaux cas et 5 décès en 24h    Pérez sort de son silence    Brèves    Sur une courbe ascendante    Entre satisfaction et mécontentement    Les employés montent au créneau    Le FMI livre ses prévisions    Ce ministre qui nous «berne»    Le directeur régional et plusieurs douaniers limogés    La patate qui menace la République    L'Algérie très mal classée    La Turquie maintient le flou    Ambiance de fête à Tizi Ouzou    Le patrimoine et la spiritualité à l'affiche    «Le livre en tamazight a fait des pas de géant»    Coupe de la Ligue: le NAHD, l'OM et le NCM passent en 8es de finale    Le Conseil de sécurité appelé à accélérer la décolonisation du Sahara occidental    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Gâteau de crêpes    Nahda participera avec une trentaine de listes    Naïma Ababsa    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Communiqué de Liberté    La mercuriale en roue libre    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    Le greffon de la liberté    Pour une valorisation des ressources archéologiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie et le Mali unis par des liens, qu'aucune conjoncture ne pourrait remettre en cause
Publié dans Le Financier le 17 - 05 - 2014

Le président malien Ibrahim Boubakar Keita a indiqué samedi à Bamako que les liens unissant l'Algérie et le Mali étaient tellement «profonds», qu'» aucune conjoncture ne pourrait remettre en cause», soulignant que l'Algérie avait le «souci permanent de refonder le tissu d'un Mali déchiré». «Ce qui a été scellé entre le Mali et l'Algérie a été tellement profond qu'aucune conjoncture ne pourrait remettre en cause.
Il y a entre les deux pays des liens de fraternité et de confiance, trempés dans le sang», a déclaré à la presse algérienne M. Keita, au terme de l'audience qu'il a accordée au ministre des Affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra. Il a ajouté que l'Algérie s'était toujours montrée «soucieuse» de la situation du Mali, soulignant le rôle qu'elle joue pour refonder «le tissu d'un Mali lardé et déchiré». M. Lamamra est arrivé vendredi soir à Bamako après s'être rendu respectivement à Nouakchott et à Ouagadougou, dans le sillage d'une tournée dans les pays du Sahel entrant dans le cadre de la tenue des consultations et des contacts permanents avec ces pays voisins de l'Algérie. Il prendra part samedi aux travaux de la 3ème session du Comité bilatéral stratégique algéro-malien sur le Nord-Mali et aux travaux de la réunion interministérielle des pays du sahel dimanche. Par ailleurs, l'étape de Niamey (Niger) qui était au programme initialement de M. Lamamra a été reportée d'un commun accord à une date ultérieure, en raison de la participation du président nigérien Mohamed Issoufou et son ministre des Affaires étrangères Mohamed Bazoum à un sommet en France, suite au rapt de jeunes filles au Nigéria.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.