Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La filière avicole bat de l'aile
Envolée des prix du poulet et des œufs
Publié dans Le Maghreb le 18 - 11 - 2008

Les prix du poulet a fortement augmenté ces dernières mois passant de 190 à 290 DA le kilo en l'espace de quelques jours seulement.
Les prix du poulet et des œufs s'envolent en Algérie. Le kilo de poulet de chair est devenu plus cher en passant de 190 dinars à 290 dinars en l'espace de quelques jours au grand dam des ménages à faible revenu. Les prix des œufs prennent aussi des ailes pour atteindre le seuil jamais égalé de 10 dinars l'œuf…au prix de gros. L'œuf est désormais proposé chez les détaillants à 12 dinars, de quoi donner le tournis aux ménagères . Les raisons de cette frénésie des prix ne semblent pas évidentes aux consommateurs qui s'attendaient, il faut le dire, à une baisse des prix avec la fin du mois sacré. A en croire certains aviculteurs , la baisse du thermomètre serait à l'origine de cette envolée subite et soutenue des prix des volailles car de nombreux petits éleveurs ne peuvent résister à la hausse des coûts de l'exploitation durant la période hivernale. Avec la baisse du mercure, les charges augmentent, notamment celles du chauffage et des aliments de volaille, ce qui a poussé les petits éleveurs à baisser rideau. La hausse vertigineuse des prix des aliments de volaille, à savoir le maïs et le soja, sur le marché international durant l'été a été le coup de grâce pour les petits éleveurs. Le marché international a connu une accalmie entre temps mais chez nous c'est les importateurs qui continuent de dicter leurs propres règles. Pour les professionnels de l'aviculture, la filière est en pleine crise. Les aviculteurs n'en finissent pas de tirer la sonnette d'alarme dans l'espoir d'attirer l'intention des pouvoirs publics sur l'urgence de la situation. Selon un membre de l'association interprofessionnelle des productions animales (IAPA), la situation de la filière avicole est tout simplement catastrophique. La crise de la filière avicole qui prévaut actuellement, a révélé qu'en raison de la flambée des prix des céréales sur le marché international, de nombreux éleveurs de volaille, de poulet essentiellement, ont abandonné cette activité, tandis que d'autres croulent sous le poids des dettes. La dépendance du secteur avicole algérien des marchés internationaux ne pouvait, ainsi, qu'avoir des répercussions négatives, d'autant que " le modèle d'élevage adopté par l'Algérie est basé sur le recours aux intrants avicoles industriels importés ", précisent les expert. Selon eux, les métiers de base, telle que la multiplication des grands parentaux et des arrières grands parentaux, la production des produits vétérinaires et des additifs et l'industrie des équipements avicoles n'existent pas en Algérie. De ce point de vue, " les industries d'amont sont totalement dépendantes des marchés extérieurs et leur fonctionnement repose sur le recours aux importations avec une mobilisation de ressources financières importantes ", ajoute-t-on encore. Tout en regrettant que la filière avicole soit, aujourd'hui, " fortement désarticulée ", les spécialistes appellent à la " nécessité de la mise en place de nouvelles formes d'intervention de l'Etat qui viseraient la stimulation de la production, la réduction de ses coûts, la régulation de la filière et la réduction des dépenses en devises ".

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.