Zones enclavées: les projets utilisant l'énergie solaire fonctionnent à un rythme appréciable    Nâama : le Moudjahid Boukhari Kouider inhumé au cimetière de Sidi Merbouh    Inauguration de Djamaâ El-Djazaïr: un pôle du juste milieu témoignant du rôle civilisationnel de 1er plan de l'Algérie    Rentrée professionnelle: introduction de nouvelles spécialités à l'Est du pays    Le rôle religieux et civilisationnel de Djamaâ El-Djazaïr dans le monde musulman mis en valeur    L'apport des mathématiques à la langue arabe et aux pratiques cultuelles évoqué à Alger    OCI: Amar Belani rappelle les efforts constants de l'Algérie en faveur de la cause palestinienne    Rentrée professionnelle dans les wilayas du centre: des formations en réponse aux besoins du secteur économique    Energie: le gaz, un combustible incontournable pour accompagner la transition énergétique    Boughali rencontre à Windhoek l'ancien président namibien et la vice-présidente de la République    Un mois après la décision de la CIJ d'arrêter les massacres, l'entité sioniste maintient son action génocidaire à Ghaza    CAN-2024 féminine/amical: les "Vertes" s'imposent face au Burkina Faso 2-0    Equitation/Saut d'obstacles: le cavalier Moundir Mahi s'adjuge le grand prix deux étoiles du concours national à Oran    Le Président de la République félicite Kaylia Nemour pour sa médaille d'or en gymnastique    Naâma: un réseau criminel facilitant l'entrée et sortie des Marocains via les frontières terrestres démantelé    Les plasticiens Mohamed Smara et Taïeb Benabbas Bakhti exposent à Alger    CSJ: lancement des travaux des réunions des commissions spécialisées dans leur 4e session    Président de la République: l'Algérie connaît une profonde mutation à tous les niveaux    L'Algérie, le nouvel exemple à suivre !    Arrestation de trois faux monnayeurs    Plusieurs dispositions pour assurer les ressources fiscales au profit des collectivités locales        Les efforts de l'Etat algérien mis en exergue    Nouvelles attaques contre une base militaire des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    L'apartheid en Palestine doit cesser    L'ONJSA tiendra son 3e Congrès jeudi à l'OCO    36 familles raccordées au gaz à « Ben Jebli 1 », à Tessala    Un montage financier de 40 milliards alloué    Pas facile de faire redonner du goût aux Verts    Athlétisme : Une dizaine d'athlètes de l'élite en stage à Oran    L'état d'avancement des projets de développement énergétiques de la wilaya à l'ordre du jour    Au nom de la vie et du partage    Journées nationales «Milah» du film documentaire et du court-métrage de fiction    Djelfa accueille la première édition    Le ministère de la Communication convoque des journalistes sportifs    «Le service du citoyen au cœur des priorités de l'Administration»    François Gèze, l'engagement, les livres et l'Algérie    Tunisie. Hommage à Ahmed Manaï, un inclassable dissident    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    L'Algérie dans la nasse des Emirats    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    Nouvel an amazigh: Tebboune adresse ses vœux au peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une légèreté à vous couper le souffle !
Sortie de Barakat ! de Djamila Sahraoui
Publié dans Le Maghreb le 14 - 11 - 2006


En dehors de l'épaisseur et du jeu tout à fait crédible des deux personnages principaux de Barakat !, la première fiction de Djamila Sahraoui, ne titille ni la mémoire, ni les sensibilités. Beaucoup avaient quitté la salle, lors de la projection, jeudi dernier, en avant-première de ce film, à la salle El Mougar. Le récit censé nous replonger dans l'atmosphère terrifiante et instable de la décennie noire, nous a, ni plus ni moins, mené vers ce territoire puisé et abusé de l'engagement de la femme, et surtout de son courage héroïque face à toute épreuve. Ici, il s'agit de monter haut dans les cocons forestiers infestés de terro, à la recherche de Mourad, un journaliste enlevé pour ses écrits par les sanguinaires. Rien de plus classique sauf que sa femme, Amel, (Rachida Brakni) un médecin, est prête à tout pour retrouver son époux, quitte à le chercher en enfer. Khadidja, ( Fettouma Bouamari), une sexagénaire, et infirmière de son état, accompagnera la jeune dans cette quête têtue. C'est alors que l'on découvre un portrait croisé entre une sexagénaire qui a fait la révolution 1954-1962 et une trentenaire qui n'a pas vécu cette guerre-là, mais tout une autre. Stoïques, ces deux femmes qui ont une extraordinaire présence à l'écran. Tout au long de Barakat , la réalisatrice nous mène, non pas à la découverte d'une quelconque terreur, ni même d'un quelconque espace nouveau, mais juste dans ces paysages féeriques de la ville de Tipaza, socle d'une histoire. Il n'y a pratiquement pas de dialogue dans ce film qui se situe entre le western, et le muet. Fettouma Belloufa passe le plus clair de son temps à tirer des cigarettes enfoncées dans son corsage devant des yeux presque indifférents de jeunes et moins jeunes de la rue. Comme si le fait de fumer ou d'accepter de voir une Algérienne fumer était en soi un acte émancipateur. Nous ne voyons réellement pas où est l'intérêt de cette “tabacomanie” féminine qui paraît dans ce long métrage non seulement redondante mais aussi injustifiée. Du reste, beaucoup imaginent, mal la sexagénaire s'avançant vers les cocons forestiers avec une cigarette au bec. C'est peut-être çà le courage chez Djamila Sahraoui qui nous montre, par ailleurs, la jeune dans un restaurant populaire tirant son flingue sur un homme qui lui a manqué de respect. Rien que pour “ la horma ” de la femme, celle-ci sont capable des pires réactions. Alors, le flingue en question est, selon le récit, un héritage de la guerre. Il a servi en ce temps là, et il servira lors de cette aventure teintée. Une aventure à travers laquelle Djamila Sahraoui nous montre, dans un extraordinaire folklore, un homme seul, vivant dans un taudis. C'est un passage avant l'arrivée là-haut dans la forêt. Ce passage rappelle vaguement et les taudis qu'on a découverts dans le succulent, Rachida de Mina Chouikh, et les cartes postales de femmes s'affairant à faire de la galette sur un kanoun généreux. L'on apprend au fil du récit que l'homme sexagénaire a perdu toute sa famille lors d'une descente nocturne des terroristes. La terreur dans ce film, on ne la perçoit qu'à travers les paroles vagues et répétées de quelques figurants. Sinon, c'est surtout les silences languissants qui semblent meubler tout ce film d'une légèreté à vous couper le souffle. Barakat ! (çà suffit), un titre référence, est actuellement en compétition officielle aux 40es journées du cinéma de Carthage, (Tunisie).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.