Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une légèreté à vous couper le souffle !
Sortie de Barakat ! de Djamila Sahraoui
Publié dans Le Maghreb le 14 - 11 - 2006


En dehors de l'épaisseur et du jeu tout à fait crédible des deux personnages principaux de Barakat !, la première fiction de Djamila Sahraoui, ne titille ni la mémoire, ni les sensibilités. Beaucoup avaient quitté la salle, lors de la projection, jeudi dernier, en avant-première de ce film, à la salle El Mougar. Le récit censé nous replonger dans l'atmosphère terrifiante et instable de la décennie noire, nous a, ni plus ni moins, mené vers ce territoire puisé et abusé de l'engagement de la femme, et surtout de son courage héroïque face à toute épreuve. Ici, il s'agit de monter haut dans les cocons forestiers infestés de terro, à la recherche de Mourad, un journaliste enlevé pour ses écrits par les sanguinaires. Rien de plus classique sauf que sa femme, Amel, (Rachida Brakni) un médecin, est prête à tout pour retrouver son époux, quitte à le chercher en enfer. Khadidja, ( Fettouma Bouamari), une sexagénaire, et infirmière de son état, accompagnera la jeune dans cette quête têtue. C'est alors que l'on découvre un portrait croisé entre une sexagénaire qui a fait la révolution 1954-1962 et une trentenaire qui n'a pas vécu cette guerre-là, mais tout une autre. Stoïques, ces deux femmes qui ont une extraordinaire présence à l'écran. Tout au long de Barakat , la réalisatrice nous mène, non pas à la découverte d'une quelconque terreur, ni même d'un quelconque espace nouveau, mais juste dans ces paysages féeriques de la ville de Tipaza, socle d'une histoire. Il n'y a pratiquement pas de dialogue dans ce film qui se situe entre le western, et le muet. Fettouma Belloufa passe le plus clair de son temps à tirer des cigarettes enfoncées dans son corsage devant des yeux presque indifférents de jeunes et moins jeunes de la rue. Comme si le fait de fumer ou d'accepter de voir une Algérienne fumer était en soi un acte émancipateur. Nous ne voyons réellement pas où est l'intérêt de cette “tabacomanie” féminine qui paraît dans ce long métrage non seulement redondante mais aussi injustifiée. Du reste, beaucoup imaginent, mal la sexagénaire s'avançant vers les cocons forestiers avec une cigarette au bec. C'est peut-être çà le courage chez Djamila Sahraoui qui nous montre, par ailleurs, la jeune dans un restaurant populaire tirant son flingue sur un homme qui lui a manqué de respect. Rien que pour “ la horma ” de la femme, celle-ci sont capable des pires réactions. Alors, le flingue en question est, selon le récit, un héritage de la guerre. Il a servi en ce temps là, et il servira lors de cette aventure teintée. Une aventure à travers laquelle Djamila Sahraoui nous montre, dans un extraordinaire folklore, un homme seul, vivant dans un taudis. C'est un passage avant l'arrivée là-haut dans la forêt. Ce passage rappelle vaguement et les taudis qu'on a découverts dans le succulent, Rachida de Mina Chouikh, et les cartes postales de femmes s'affairant à faire de la galette sur un kanoun généreux. L'on apprend au fil du récit que l'homme sexagénaire a perdu toute sa famille lors d'une descente nocturne des terroristes. La terreur dans ce film, on ne la perçoit qu'à travers les paroles vagues et répétées de quelques figurants. Sinon, c'est surtout les silences languissants qui semblent meubler tout ce film d'une légèreté à vous couper le souffle. Barakat ! (çà suffit), un titre référence, est actuellement en compétition officielle aux 40es journées du cinéma de Carthage, (Tunisie).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.