La démonstration des Forces navales    Le procès a failli «dégénérer»    Elle m'a battu, puis m'a devancé...    La méthode Ankara    L'Algérie peaufine sa stratégie africaine    Les raisons de l'union patronale    «Nous sommes un partenaire fiable de l'Afrique»    L'ONU entame sa visite au Xinjiang    Des dizaines de colons envahissent la Mosquée Al-Aqsa    Al-Khelaïfi va annoncer de grands changements    Erik ten Hag annonce la couleur    Nouveau test    Cher pèlerinage!    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Un réseau national tombe à Berrahal    Un long fleuve tranquille    Accueil triomphal pour Amin Zaoui    29 titres retenus par le jury    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Blida veut redorer son blason
Baptisée ville des roses
Publié dans Le Maghreb le 16 - 05 - 2010


Blida veut renouer avec sa réputation de ville des roses. Au cœur de la Mitidja, et depuis sa fondation il y a au moins quatre siècles, la ville de Blida n'a cessé de traîner dans son long cheminement au voisinage des plaines fertiles de la Mitidja un parfum de rose. Plus qu'un titre, la Ville des roses a su développer des métiers traditionnels hérités depuis des générations par les familles blidéennes, dont certaines se sont spécialisées dans la distillation de l'eau de rose et des essences floristiques (Maa Z'har). Pour un habitant de la Mitidja, troisième plaine fertile à l'échelle mondiale, faut-il le rappeler, il est tout à fait naturel qu'y naissent des vocations pour les fleurs et les plantes, mais hélas, le métier périclite avec la disparition des derniers distillateurs, à l'image de Kheira Kerdjadj. La distillation de l'eau de rose s'étend sur toute la période de cueillette, allant de la mi-avril à la première quinzaine de mai. Selon une technique simple en apparence, cette eau florale provient de l'eau de condensation qui est récupérée de l'essencier de l'alambic, une sorte de vase de décantation en cuivre. La partie inférieure de l'alambic est soumise à une chaleur produisant de la vapeur qui va traverser les roses placées dans l'autre partie de l'alambic, laquelle vapeur condensée sera récupérée dans un récipient et se transformera en eau de rose. Kheira, blidéenne de souche, très "au parfum" lorsqu'elle parle de cette activité pour avoir passé toute sa vie parmi les fleurs, précise que l'alambic en question est mis sur le feu pendant au moins 4 heures, temps nécessaire à la vaporisation de l'eau et à sa condensation en vue de sa transformation en gouttelettes d'eau odorantes. Un litre d'eau de rose ou de fleurs distillées, selon ce procédé, coûte autour de 400 DA, selon les estimations. Des huiles essentielles de fleurs peuvent être également obtenues par ce même procédé dit de distillation ou d'hydro-distillation, mais en quantités bien plus infimes par rapport à l'eau de rose. Selon cette interlocutrice, l'opération de distillation doit se faire obligatoirement dans des récipients inoxydables, pour ne pas altérer la couleur des matières premières (les huiles essentielles). Une multitude d'applications. D'un point de vue nutritionnel, la rose est riche en vitamine C, une qualité qui lui assure une place de choix dans la cuisine algérienne en général et la cuisine blidéeene en particulier, et l'eau de rose entre comme ingrédient de base dans la composition de nombre de gâteaux et autres friandises auxquels elle donne un goût suave au parfum incomparable. Ses vertus médicinales sont également avérées en matière de traitement des migraines, étant utilisée comme calmant lorsqu'elle est associée à une boisson chaude (lait ou thé). Elle entre également dans la composition de plusieurs médicaments stimulants et tonifiants eu égard à sa teneur en vitamines et en sels minéraux, alors que de nombreuses familles l'utilisent pour assaisonner les mets. L'eau de rose est, par ailleurs, la dernière senteur que la mariée emportera avec elle en quittant le cocon familial pour rejoindre le domicile conjugal, selon une vieille tradition blidéenne qui veut que la mariée soit aspergée de cette eau au moment des grands adieux. Selon les initiés, la rose est le genre floral le plus utilisé dans la distillation, en raison de leur profusion à Blida. Viennent ensuite, le jasmin dans ses deux variétés blanche et jaune, le giroflier, le narcisse, la et bien d'autres. On se souvient même que les colons français organisaient, chaque début mai à Blida Place de la liberté, une sorte de festival des fleurs doublé d'un concours du meilleur véhicule fleuri. L'eau de rose a également une place de choix en cosmétologie où elle entre dans la composition de plusieurs crèmes, parfums et autres produits de beauté, mais son rôle tend à décliner avec la disparition progressive des derniers tenants de ses secrets de fabrication, selon une dame qui déplore la raréfaction de ce produit de beauté naturel. Néanmoins, les efforts des pouvoirs publics pour la réhabilitation de certaines manifestations, à l'exemple des Floralies de Blida, organisées annuellement tout le long du boulevard Laichi Abdellah de Blida, sont un signe que tout n'est pas encore perdu pour ce métier ancestral, né dans cette ville fondée au XVIe siècle par un homme au goût raffiné, amoureux des fleurs et des jardins, le Saint patron Sidi Ahmed Al Kebir. Pour sa pérennité, cette spécialité (distillation de l'eau de rose) propre à la ville de Blida gagnerait beaucoup à être introduite dans le cursus de la formation professionnelle, selon le voeu des Blidéens, du moins ceux d'entre eux qui célèbrent activement, en ce moment, le Mois du patrimoine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.