Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Imposante mobilisation à Alger    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    L'ONU demande une enquête "impartiale"    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Arrestation d'un dealer à Téleghma    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    107e vendredi de contestation: La mobilisation se poursuit    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand l'odeur du pétrole éveille les consciences
Situation en Libye
Publié dans Le Maghreb le 23 - 02 - 2011

" Nous courons sans soucis dans le précipice, après que nous avons mis quelque chose devant nous pour nous empêcher de le voir. " Blaise Pascal
Serait-ce donc le cas du guide libyen frappé d'autisme et qui compte arriver à bout de son peuple par le glaive ? Et ce n'est ni l'ONU qui réclame " une enquête internationale indépendante ", ni les USA qui " appellent au calme ", ni l'Europe qui " condamne " ce qui se passe en Libye et encore moins les pays arabes qui restent ambiguës et adoptent une position controversée pour sauver ces femmes et ces hommes sortis à peine contester un mode de vie en ostracisme. En attendant, des vies humaines se perdent. Mais, Il aurait donc fallu que les marchés pétroliers flambent pour que l'Occident réalise ce qui arrive au peuple libyen et réagisse au massacre perpétré, intra muros, par le despotique colonel Mouammar Kadhafi. Cette lugubre et funeste sonnette d'alarme que sont le pétrole et le gaz aurait permis de sauver tout un peuple. Les violences auraient déjà fait 233 morts, selon Human Rights Watch. Cette folie meurtrière du leader libyen plonge le monde dans une crise dont l'issue est inconnue. L'impact est vite ressenti d'abord par les prix du pétrole qui ont atteint un sommet vertigineux et ensuite des perturbations considérables dans l'approvisionnement en gaz. Les marchés pétroliers se sont bousculés atteignant les 108,57 dollars le baril du Brent à la suite de la guerre que mène, depuis une semaine, le colonel Mouammar Kadhafi à son peuple. Les firmes pétrolières intervenant en Libye se hâtent d'opérer le rapatriement de leurs employés. Cela comprend les Italiens présents via l'entreprise ENI. Autant aussi pour BP qui entreprend d'évacuer une partie de son personnel, ce qui allait entraîner la suspension des forages en préparation dans la région de Ghadamès (ouest). C'est aussi le cas pour le norvégien Statoil et l'allemand Wintershall et RWE Dea. D'autres intervenants activant dans les secteurs hors hydrocarbures, à l'instar du groupe italien d'aéronautique et de défense Finmeccanica et du géant industriel allemand Siemens, ont aussi rappelé leurs employés expatriés.
Le groupe italien de BTP Impregilo et le français Vinci évaluent la situation, alors que la Chine a demandé à ses entreprises opérant en Libye de prendre leurs précautions. C'est donc le branle bas de combat au sein de ces entreprises européennes qui préfèrent observer de loin la situation qui ne cesse de se détériorer et pouvant menacer la sécurité des coopérants étrangers basés en Libye. L'Algérie a, à son tour, entamé hier le rapatriement de 250 ressortissants sur les 8000 Algériens établis en Libye. Les prix du pétrole s'envolaient de 8% mardi à l'ouverture à New York atteignant le pic des 108,57 dollars le baril. La Libye est un fournisseur marginal de gaz même s'il couvre 40 % de la demande italienne. En pétrole, il est le 4ème producteur de pétrole en Afrique avec 1,8 million de barils /j et desservant l'Irlande à hauteur de 23,3%, l'Italie avec 22% des exportations, l'Autriche dont la dépendance de la Libye avoisine les 21,2%, la Suisse avec 18,7%, la France 15,7% et enfin la Grèce avec 14,6%. Sur le plan gazier, la Libye produit prés de 15 milliards de mètres-cube par an, en consomme le tiers et exporte le reste via, notamment, le gazoduc Greenstream en provenance d'Algérie pour rallier la Sicile et l'Italie qui importe quelque 26 millions de mètres-cubes de gaz par jour, soit 13% et se dit " prête à mobiliser ses stocks stratégiques de gaz si jamais les importations en provenance de Libye, venaient à s'interrompre ".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.