«C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Fin de parcours du touriste judiciaire    Sur la «piste» du nil    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    Le Parlement espagnol bouscule Sanchez    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    L'été en pente douce    La grande vadrouille    Oran sous psychotropes    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    La Banque d'Algérie émet une pièce de monnaie métallique de 200 DA    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    Sommet de l'Unesco : Belabed met en avant l'intérêt accordé par l'Etat à l'éducation et à l'enseignement    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    OM: Sampaoli, c'est fini ! (officiel)    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    Tlemcen: Les promesses du PDG de Sonelgaz    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des œuvres pour fêter ça !
Cherif Kheddam, 50 ans de carrière
Publié dans Le Maghreb le 10 - 03 - 2011

Figure incontournable du lyrisme algérien, Chérif Kheddam vient de boucler son demi-siècle de carrière à plus de 80 berges. Il a tout ses cheveux, toutes ses dents et bien sûr toute l'énergie pour produire encore et encore. Pour cet anniversaire, rien de mieux pour un créateur comme lui, de compiler une œuvre riche, dense et surtout touchante à un public qui l'a suivi, aimé et cru en lui.
Début 2000, l'on célébrait le chanteur et compositeur et même mentor de certaines vedettes algériennes à commencer par Nouara, son épouse, Ait Menguellet et même Tak, à la coupole d'Alger et au Zénith de Paris, l'œuvre d'un musicien discret mais profond. Les éditions Antinéa ont eu la généreuse idée de mettre ces deux concerts en DVD et en CD réalisés par l'édition Antinéa, disponibles d'ailleurs depuis quelques jours chez les bons disquaires, d'ici et d'outre-mer. Une projection a même été réalisée à Paris au grand bonheur de l'artiste dont beaucoup craignent pour sa santé. Le mois prochain, commencera le tournage d'un film sur la vie et l'œuvre du chanteur. On promet beaucoup d'images. Cela va de la fonderie où le jeune villageois a entamé sa vie d'émigré, aux cafés où il a milité pour l'indépendance et aux orchestres avec lesquels il a chanté. "Les plus grands de Paris." Par ailleurs, quelque 150 chansons ont été récupérées et doivent être réenregistrées avec une nouvelle orchestration. Ça sera signé Tahar Boudjellil.

L'indémodable Cherif Kheddam
Il a plus de 82 ans, mais chérif Kheddam est remonté en 2009 sur invitation de Takfarinas, son disciple pour un concert donné, le 19 avril sur la scène du Zénith de Paris, à la faveur du 28è anniversaire du printemps amazigh. On ne l'avait pas revu sur scène à Alger depuis son gala de l'été 1993 à la salle Atlas. Pour le plus grand bonheur d'un public nombreux et fidèle au maître, Cherif Kheddam était de retour le 31 octobre 2005 à Alger, prélude à un second concert le 18 décembre à Paris. Sa dernière grande apparition à Paris remontait, quant à elle, à 1997. Cette année-là, avec un orchestre international dirigé par Amine Kouider, Chérif Kheddam fêtait au Palais des Congrès ses 40 ans de carrière, entouré des grands noms de la chanson kabyle. Comme pour mieux valider cet hommage que lui a rendu feu Tahar Djaout en 1993 : "Celui qui a été l'enfant remuant de la chanson kabyle ne saurait se retirer sur la pointe des pieds". Né en 1927 dans le village de Boumessaoud en Kabylie, Chérif Kheddam va à l'école coranique, travaille un temps à Alger avant de prendre le chemin de l'émigration à l'âge de vingt ans pour s'installer à Paris. Tout en travaillant à l'usine, il se met à la guitare, puis au luth. Remarqué dès son premier succès, Yellis etmourth-iw (Fille de mon pays), il est recommandé à Pathé Marconi où il fait la rencontre de Ahmed Hachlef, directeur artistique. Pour s'affranchir des scribes auxquels il était courant de faire appel à l'époque, Chérif Kheddam se met au solfège et à l'harmonie, apprend à noter ses mélodies et s'initie, au contact du tunisien Mohamed el Jamoussi, aux modes de la musique arabe. Le catalogue de Pathé Marconi où figure déjà Slimane Azem, aux côtés des égyptiens Mohamed Abdelwahab ou Farid el Atrache, accueille alors Chérif Kheddam. À sa manière et tout au long de sa carrière, il va s'efforcer d'enrichir le répertoire de la chanson kabyle en l'amenant à s'ouvrir sur la modernité tout en préservant ses caractéristiques. Instrumentiste, compositeur, parolier, il est aussi découvreur de talents. Ses émissions à la radio algérienne ont entre autres révélé Lounis Aït Menguellet.
Premiers pas
Chérif Kheddam commence à jouer au sein d'une troupe de musiciens dans des cafés dès 1954 en tant que chanteur. Il enregistre sa première chanson " A Yellis N'tmurtiw " qu'il compose en 1955 qui connait un certain succès grâce la diffusion du disque par la Radio-Télévision Française (RTF) et signe un contrat avec la maison Pathé Marconi EMI en 1956. Durant l'année 1958, il enregistre ses plus belles chansons comme Nadia, Djurdjura et Khir Ajellav n'Tmurtiw. Il chante la femme kabyle, l'exil, les montagnes du Djurdjura, l'indépendance et l'amour dans une poésie subtile et sensible tout en affirmant que pour lui la musique reste plus importante que les paroles. Il compose " Alemri", un bijou musical et poétique qui devient l'une de ses célèbres œuvres éternelles. Il rentre en Algérie en 1963 et rejoint la radio Chaîne II où il anime plusieurs émissions notamment Ighennayen Uzekka dans laquelle il déniche les nouveaux talents de la chanson kabyle en les conseillant et encourageant dans le choix de leur voix artistique comme Lounis Aït Menguelet, Idir, Imazighen Imula et le groupe Yougourten. Il est derrière la création de la chorale du lycée Fatma-N'soumer, et la célèbre chanteuse kabyle Malika Domrane fait partie de l'une des chorales lycéennes qui ont reprit cette idée. Chérif Kheddam prend sa retraite administrative en 1988 et s'installe dans la ville de Rouiba. Il a marqué la scène musicale algérienne en général et kabyle en particulier à travers un fabuleux patrimoine poétique et musical.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.