Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aviculture et viandes blanches en Algérie : Une filière en pleine transition
Publié dans Le Maghreb le 12 - 05 - 2011


L'économie d'élevage vient de faire l'objet d'un débat scientifique à l'occasion des 6es journées de recherche sur les productions animales qui ont été clôturées hier à l'université Mouloud, Mammeri de Tizi Ouzou. Organisées par le laboratoire de biochimie et biotechnologies de la faculté des sciences biologiques et agronomiques, cette rencontre a été une occasion pour les chercheurs, venus d'une vingtaine d'universités algériennes et des grands instituts spécialisés en agriculture pour passer en revue l'états des lieux et les perspectives des productions animales dans leur ensemble. Les potentialités de la filière avicole et la production des viandes blanches ont été ainsi au centre des débats lors de cette manifestation scientifique. A cet égard, le professeur Ahcen Kaci, de l'école nationale supérieure agronomique d'El Harrach a présenté un exposé exhaustif sur les différentes étapes par lesquelles la filière en question est passée ces dernières décennies. Pour le professeur, " ces dernières années, la filière avicole algérienne a atteint un stade de développement qui lui donne une certaine visibilité dans l'économie nationale en général (0,77% de la PIB nationale) et une place significative dans l'économie agricole (9,84 % de la Production Intérieure Brute Agricole ) ". Il précisera qu'en 2007, la filière avicole en Algérie a réalisé un chiffre d'affaires de 86 milliards de dinars (1,3 milliard de dollars) et une valeur ajoutée brute de 300 millions de dollars ". Ceci représente une partie importante de la richesse agricole nationale, assurant en retour des revenus à une importante fraction de la population. Les productions, selon les statistiques officielles de 2009, auraient dépassé les 209 000 tonnes et 3,80 milliards d'unités, consécutivement pour les viandes blanches et les œufs de consommation. Sur le plan organisationnel, depuis 1988, comme le reste des filières agroalimentaires, les modes d'organisation de la filière avicole intensive ont connu des transformations. L'ouverture du marché avec la levée du monopole sur le commerce extérieur en 1995 a entraîné l'apparition d'une multitude d'intervenants qui ont investi tous les niveaux d'activité de la filière. En Algérie, la filière avicole évolue depuis 1988 dans un environnement en transition marqué par un passage d'une économie planifiée à une économie de marché, une phase de transformation et de restructuration et une remise en cause des règles de fonctionnement et de gestion des systèmes productifs nationaux. La filière en question constitue toutefois le cas le plus typique en matière d'extraversion. En effet, les facteurs de production sont importés, les enveloppes qui lui sont consacrées annuellement sont très importantes avec, pour le seul poste matière première destinée à la fabrication des aliments (maïs et le soja), la valeur moyenne actuelle des importations dépasse un milliard de dollars. Sur le plan de la consommation alimentaire, l'Algérien demeure, avec 6 Kg de viande de poulet par an, parmi les plus faibles consommateurs, loin derrière l'Européen avec ses 13,5 Kg, 18,7 Kg pour le Sud - américain et 35,1 Kg pour le Nord - américain. L'importance de ce sous-secteur agroalimentaire dans les importations des facteurs de production incite donc à s'y intéresser plus en détail. Dans l'ensemble, il y a lieu de relever que la filière avicole est fortement dépendante de l'étranger et le cycle de production est constitué de plusieurs phases interdépendantes, qui requièrent une synchronisation parfaite en matière de mobilisation des facteurs de production. En revanche, cette filière est appelée à relever un double défi, à savoir, profiter de l'opportunité d'un marché interne important et améliorer sa compétitivité pour faire face à la concurrence internationale. Les industries d'amont de la filière sont totalement dépendantes des marchés extérieurs et subordonnées aux oligopoles technologiques qui assurent la reproduction du modèle avicole intensif à l'échelle mondiale et leur fonctionnement repose sur le recours aux importations et passe par la mobilisation de ressources financières importantes. Au total, la valeur des importations des inputs avicoles est passée de 287,0 millions USD en 1986 à 1,113 milliard de dollars en 2010, soit un taux d'accroissement de 288% (CNIS, 2011).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.