Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Les (mauvaises) manières du «discours»    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    Vers une seconde conférence internationale    Réception de 3.400 doses    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    9 personnes ont péri noyées    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Retour sur les principaux changements    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mis en veilleuse depuis 2008, repris début 2011 : "L'Andalou" de Mohamed Chouikh sur les écrans en début d'année
Publié dans Le Maghreb le 10 - 12 - 2011

"L'andalou ", le colossale film de Mohamed Chouikh, actuellement en montage à Alger, sera d'ci le début de l'année prochaine sur les écrans, selon un les proches du réalisateur. Le cinéaste devra dès la fin du montage, et pour la rigueur du son, se déplacer à Paris avec ses bobines pour peaufiner les dernières retouches, selon la même source.
"Chouikh est très content, il pense que c'est un film qui marquera sa cinématographie " dit encore cette proche de la famille. Mis en veilleuse depuis 2008 pour des raisons budgétaire, le projet de "L'Andalou" de M. Chouikh, ne sera remis sur chantier que deux ans plus tard, soit, en février 2011. Le premier tour de manivelle de cette œuvre que signe le cinéaste deux ans après son succulent, " Douar N'ssa ", avait lieu à la villa Abdelatif à Alger, en 2008. L'équipe de tournage avec à sa tête Mina, l'épouse du réalisateur qui dirige la boite de production " Assima film", avait repris le tournage en 2011, dans les quartiers de la Casbah mythique.
C'était là que les Chouikh avaient tourné les premières séquences de ce film dont l'équipe, s'était plus déplacée à Tipasa, Sidi Fredj , Oran, Mostaganem, Tlemcen et même en Espagne où restent des tas de vestiges d'une civilisation prospère, l'Andalousie. La durée du tournage était de deux mois, avec le concours des boites, de production, Assima, l'espagnole Aralan films et aussi l'ENTV. Si depuis le premier tour de manivelle en 2008, Chouikh ne s'était pas mis sur ce projet, c'est qu'il avait juré de ne pas tourner une seule image s'il ne recevait pas une aide conséquente. L'aide conséquente est selon les estimations du réalisateur de 20 milliards de centimes. Ayant bénéficié comme avance sur recette de 1 milliard de centimes à l'époque des grands projets filmiques de " Alger capitale de la culture arabe en 2007, le couple a tenté un premier tour de manivelle pour la forme. Dans la réalité, le projet ne sera jamais monté si d'autres financements ne venaient pas. "Je refuse de faire un film historique avec une modique somme. J'attendrais " lançait Mina Chouikh catégorique. Puisque ce projet redémarre, c'est que les deux cinéastes ont pu finir leur montage financier, d'autant que le commissariat de "Tlemcen capitale de la culture islamique 2011 " a intégré dans son colossal programme le financement de pas moins d'une cinquantaine de films entre documentaires, courts et longs-métrages. Tant mieux, puisque Mohamed Chouikh n'a rien tourné depuis "Douar N'ssa " en 2005.

La chute de grenade en bobine
L'Andalou selon la réalisatrice du succulent "Rachida ", Mina Chouikh relate la chute de Grenade (Andalousie) et l'arrivée des andalous en Algérie, a-t-elle indiqué. "C'est un pan important de notre histoire qui n'est pas enseigné à nos élèves dans les manuels scolaires", a-t-elle estimé. L'objectif, à travers ce film, est de donner un aperçu sur cette époque, et ouvrir une parenthèse de l'histoire, a-t-elle encore dit. A l'époque du premier tour de manivelle à la villa Abdelatif à Alger, le couple avait démarré avec zéro dinar. "Rien n'est encore tombé dans notre boite Assima production ", avait révélé Mina bachir Chouikh. Compte tenu du fait que ce long-métrage historique nécessite des décors et des costumes tout neufs, des déplacements à l'étranger, (Maroc, Tunisie, Espagne), des têtes d'affiche internationales etc….Mohamed Chouikh réalisateur ainsi que son épouse, Mina Bachir Chouikh ont fermé par la suite leurs vannes cérébrales. Ils attendaient de pied ferme que de grosses entreprises nationales mettent la main à la poche pour aider à ce que cette fresque historique, une première dans l'histoire de notre cinéma, se concrétise. Depuis, le couple qui a d'excellentes relations avec la ministre de la Culture khalida Toumi ont dû toucher dans un premier temps le pécule de "Alger capitale de la culture arabe ", de l'ENTV, de l'ONDA (Office national des droits d'auteurs), de la boite espagnole ARALAN films etc…Et puis, comme le projet cinéma est passé à l'APN et au Sénat, il sera archi sûr que l'Andalou bénéficiera d'autres financements. Car dans ce projet et c'est le président de la République lui-même qui le revendique, il est stipulé que tout film qui relate sans zèle aucun l'Histoire de l'Algérie sera validé si le Conseil des ministres y consent. Mais ce projet de toute façon est antérieur à cette loi. " L'andalou", un long-métrage de deux heures, est une fresque historique tissée autour de la vie d'un dignitaire andalou entre Grenade et le Maghreb à la fin du XIVè siècle, époque marquant la fin de la présence arabo-mauresque en Espagne et le début de la Reconquista. Salim, le personnage principal, proche de la cour de Boabdil, dernier roi andalou de Grenade, refuse de suivre le roi dans son exil au Maroc. Et pour cause, Boabdil venait de livrer son royaume aux rois chrétiens de la Reconquista, préférant ainsi, la capitulation honteuse à la résistance devant l'ennemi. Avec son ami juif Ishaq, Salim fils d'un qadi musulman et d'une chrétienne, connaîtra la pauvreté, la déchéance dans son Espagne natale, avant de prendre le chemin de l'exil et d'échouer sur les côtes algériennes où il est recueilli par un émir autochtone dont il deviendra, à la fois le grand intendant et le gendre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.