Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    Le renard des prétoires    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    Ce lait infantile qui manque tant...    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Une expo de peintres algériens de renommée    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Basket/Championnat d'Afrique masculin U18: l'Algérie bat le Bénin (90-54) et termine 7ème    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les élections du 10 mai vues par la presse nationale et internationale : Le "pari gagné" estime la presse algérienne
Publié dans Le Maghreb le 13 - 05 - 2012

L'Algérie a "gagné son pari" en négociant "adroitement" son entrée dans une nouvelle étape à travers l'organisation d'élections législatives jugées, par les observateurs, "transparentes et crédibles", estime, hier, la presse nationale, qui relève que le résultat du scrutin a préservé le pays "du péril islamiste". "Pari gagné", écrit le journal gouvernemental El Moudjahid, qui considère que grâce à la "transparence" du scrutin du 10 mai, les institutions politiques algériennes, le processus démocratique dans le sens le plus large, "vont gagner plus en crédibilité". L´Algérie a pu négocier "adroitement son entrée dans une nouvelle étape, sans violence, dans la sérénité et avec un sens patriotique élevé", estime le quotidien, ajoutant que "ce qui rend si belle cette victoire du 10 mai, loin des taux, des chiffres et du nombre des enveloppes, c´est cette dose de patriotisme que les électeurs ont mise dans l´urne". Les Algériens "semblent avoir répondu à l´appel profond" du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, depuis Sétif à l'occasion de la commémoration des évènements du 8 mai 1945, relève-t-il, indiquant qu'"une fois de plus, nos concitoyens, toutes tendances politiques confondues, ont mis un seul bulletin dans l´urne qui porte le même message". Pour le Soir d'Algérie, le chef de l'Etat "désirait, voulait et même exigeait" que ces législatives viennent conforter sa démarche contenue dans son discours d'avril 2011. "Il en a fait son affaire et ne s'est pas dérobé en devenant le chef d'orchestre de la campagne. Pari gagné donc si l'on se fie au taux honorable de 42 % de participation", relève-t-il. Selon L'Expression, "sur ces deux points, régularité et hausse de la participation, c'est l'Algérie qui a gagné. Ses enfants ont, une nouvelle fois, confirmé aux yeux du monde que lorsqu'il s'agit de leur patrie, ils sont capables de relever tous les défis". Il précise, toutefois, que "cet extraordinaire élan patriotique des électeurs algériens s'explique, principalement, par les interventions du chef de l'Etat qui leur a demandé à plusieurs reprises, et notamment à partir de Sétif, de voter en choisissant librement leurs candidats". "Son appel a été entendu car et contrairement aux partis politiques et leurs anciens parlementaires, les Algériens ont une totale confiance en leur Président", poursuit le journal, pour qui c'est la première fois de l'histoire de l'Algérie indépendante, que des élections se déroulent dans une "régularité exemplaire et reconnue par tous". Le Jeune indépendant évoque un 10 mai qui "a eu définitivement raison du spectre de l'abstention" ayant "fait trembler l'administration et la classe politique", rappelant que le taux de participation aux législatives a gagné 8 points par rapport à ceux de 2007. Pour le quotidien, "le peuple n'est pas resté insensible aux différents discours du président de la République se référant au 1er Novembre 1954 et aux défis relevés depuis 1999 pour résoudre la crise (concorde civile, réconciliation nationale, redressement économique, processus de développement)". El Ahdath relève, pour sa part, que "malgré ce qui se dit et se disait, le taux de participation aux élections du 10 mai, bien plus élevé que celui de 2007 est un message fort aux partisans du boycott, du statut quo et à ceux qui veulent porter atteinte à la souveraineté nationale". D'autres journaux ont commenté largement les résultats du scrutin, lors duquel le parti du Front de libération nationale (FLN) a obtenu le plus grand nombre de sièges (220 sièges sur 462) à la future Assemblée populaire nationale (APN), le Rassemblement national démocratique (RND, 68) et l'Alliance verte (48). Sous le titre "Bond du FLN, recul du RND, déroute des islamistes", le journal Liberté relève que les législatives du 10 mai "n'ont pas chamboulé le rapport de force politique". Selon lui, le résultat du scrutin "présente la particularité paradoxale de figer le champ politique tout en préservant l'Algérie du péril islamiste". "Le courant islamiste est sans conteste le grand perdant des législatives du 10 mai, une élection placée pour la première fois sous la supervision d'observateurs européens et d'organisations non gouvernementales", note El Watan, qui estime que le scrutin "n'a fait que confirmer le FLN dans le statut de première force politique du pays". El Massa estime, quant à lui, que l'important n'est pas celui qui a gagné. Mais, plutôt, c'est l'Algérie qui a relevé le défi ensuite gagné le pari d'un printemps algérien à travers un scrutin jugé par les observateurs internationaux de "transparent et crédible". Enfin, le journal Le Maghreb , quotidien de l'Economie, a dérogé à la règle habituelle en consacrant sa manchette au scrutin du 10 mai 2012. " Vote refuge en faveur du FLN ", titrait hier ce journal qui consacrait son édition à l'évènement politique. La publication a mis en relief les performances réalisées par le FLN lors de ce scrutin, relevant toutefois le revers que viennent de subir les islamistes de l'Alliance. …" Les trois partis islamistes rassemblés autour d'une hypothétique alliance…se sont heurtés à une fin de non-recevoir de l'électorat algérien qui a plébiscité le courant nationaliste ", conclut la publication.
La victoire du FLN vue par la presse Oranaise
Pour la presse régionale et nationale éditée dans la capitale de l'Ouest du pays, la victoire du FLN aux élections législatives 2012 a fait les gros titres de. ''Le FLN rafle 220 sièges au parlement'', titre El Djoumhouria, ''Le FLN rafle la mise'', titre de son côté Ouest Tribune, alors que Le Quotidien d'Oran estime qu'il s'agit d'''Un vote refuge'', pour expliquer la victoire du FLN. La seconde Une de ce même quotidien national donne toute la profondeur politique des résultats de ce scrutin: ''le FLN progresse, le RND stagne et les islamistes ratent le coup''. El Djoumhouria, dans son éditorial intitulé (Pour l'Algérie), souligne que ''le choix des algériens, exprimé lors du scrutin de jeudi dernier, n'est ni un chèque signé à blanc, ni un feu vert donné à des formations politiques, mais un appel poussé calmement pour que le changement soit amorcé le plus rapidement possible''. De son côté, Le Quotidien d'Oran a estimé que les élections de jeudi dernier ont été ''un scrutin qui a faussé tous les pronostics''. Il note, dans ce sens, que ''les prévisions des observateurs et commentateurs nationaux et étrangers sur une abstention électorale record et un raz de-marée islamiste ont été démenties''. En pages intérieures, le même journal est revenu dans le détail par des comptes-rendus sur le déroulement du scrutin dans plusieurs régions du pays. Les autres titres de la presse oranaise, L'Echo d'Oran, Sawt El Gharb, Sada Wahrane, La voix de l'Oranie, ou El Watani, sont revenus sur le déroulement du vote dans l'Ouest du pays, proposant également plusieurs grilles de lecture des résultats obtenus localement par les partis et indépendants engagés dans ces élections.
Le taux de participation et le score du FLN largement commentés par la presse régionale de l'Est du pays
Les journaux paraissant dans l'Est du pays ont consacré, hier, à l'instar de toute la presse nationale, leurs unes et leurs commentaires aux résultats du scrutin législatif, polarisant en particulier sur le score du FLN et le taux de participation. Sous le titre "l'abstention déjouée", L'Index écrit que "les observateurs et autres analystes qui prédisaient un scénario catastrophe pour les législatives de jeudi en sont pour leurs frais. Non seulement l'abstention massive n'a pas été constatée, ajoute ce quotidien, mais "au contraire, la participation a enregistré un sursaut considérable". L'index estime également que "l'implication du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et ses appels successifs à une large participation auront été décisifs à plus d'un titre". Ce journal, de même que tous les autres édités dans l'Est algérien, revient abondamment sur la conférence de presse donnée vendredi après-midi par le ministre de l'Intérieur Daho Ould Kablia. An-Nasr qui trouve que les résultats des législatives ont "surpris tout le monde", titre sur 5 colonnes à la une : "victoire écrasante du FLN, les islamistes hors-jeu".
Publiant "moult" analyses aux côtés des résultats détaillés de ce scrutin, An-Nasr commente la réaction des "perdants", parmi eux l'Alliance de l'Algérie verte, en considérant que ce groupement de trois partis est "sous le choc" et en affirmant que Bouguerra Soltani, le chef de file de l'un d'eux (le MSP) "réclame l'annulation des résultats". An-Nasr analyse également le score du FFS en écrivant que le "pari tactique de Da l'Hocine (Hocine Aïn-Ahmed, ndlr) n'a pas réussi à sortir de la région centre du pays (wilayas de Kabylie et circonscription d'Alger, ndlr)". Le même quotidien revient également, en illustration des photographies de Tahar Benbaïbeche (El Fedjr El Djadid), Khaled Bounedjma (FNJS) et de l'ancien footballeur Lakhdar Belloumi, sur ce qu'il considère "l'échec de chefs de partis et de stars de parvenir jusqu'au parlement". An-Nasr estime également que les "petits partis n'ont pu atteindre leurs objectifs". L'Est Républicain enfin, intitulant son éditorial "Hégémonie" que le FLN "confirme son hégémonie et conforte sa place en tant que première force politique du pays, marquant de tout son poids la nouvelle carte politique façonnée par les législatives". Pour ce quotidien, qui rend également compte de manière complète de la conférence de presse de M. Ould Kabilia, le secrétaire général du FLN, M. Abdelaziz Belkhadem, "qui était déclaré persona non grata par le comité central, se dote maintenant des moyens de son offensive, sinon pour effectuer une opération d'assainissement en bonne et due forme" (dans les rangs du parti, ndlr). Pour ce journal également, c'est le chef de l'Etat, par son implication personnelle, qui a "sauvé les législatives".
La Presse internationale décortique la victoire du FLN et le revers des islamistes
La victoire du Front de libération nationale aux élections législatives 2012 et le revers des partis islamistes regroupés au sein de l'alliance de l'Algérie Verte font pratiquement ''les choux gras'' samedi de la presse internationale. ''Législatives en Algérie: revers pour les islamistes", titre le quotidien français le Monde qui relève: ''comme attendu, l'ancien parti unique, le FLN, a remporté 220 sièges à l'Assemblée populaire nationale, où il formera le groupe le plus important (...)". "Les islamistes ont subi un revers, arrivant en troisième position", ajoute-t-il, en référence à l'Alliance de l'Algérie verte (AAV: MSP, Ennahda et El Islah) qui a obtenu 48 sièges sur les 462 à pourvoir à l'APN. "Le FLN rafle la mise aux législatives algériennes", titre de son côté le Figaro (Droite). "Les législatives algériennes du 10 mai 2012, arrangées par le pouvoir comme toutes les élections, devaient apporter la preuve que le printemps arabe est soluble dans la démocratie organisée à Alger", soutient-il. Pour le même journal, "avec une participation plus forte que celle du dernier scrutin de 2007 et la victoire éclatante du FLN (...), le parti de l'indépendance demeure le maître du jeu politique. Contre toute attente, les observateurs n'ayant pas prévu cette vague, il a obtenu 220 des 462 sièges à pourvoir." Le Figaro ajoute que "la poussée des islamistes, qui était censée s'inscrire dans le mouvement régional, a en revanche été contenue (...) Contrairement à ce qui s'est passée en Tunisie, Egypte et Maroc, les islamistes apparaissent même comme les premiers perdants de ces élections". De son côté, Libération (Gauche) revient dans son édition électronique sur la victoire du parti du FLN et le revers des islamistes. "Les élections législatives en Algérie ont été remportées par l'alliance présidentielle, les islamistes subissant un important revers, une première depuis le printemps arabe, selon les résultats officiels dénoncés par les islamistes qui accusent le pouvoir de manipulation", rapporte-t-il. Libération souligne que "ces sept derniers mois, les partis islamistes ont accédé au pouvoir par la voie des urnes après avoir remporté les élections en Tunisie puis au Maroc et en Egypte. Mais en Algérie, le FLN a gagné le scrutin avec 220 sièges, tandis que son allié le Rassemblement national démocratique (RND) du Premier ministre Ahmed Ouyahia a décroché la seconde place avec 68 sièges." Pour le quotidien espagnol El Pais (Centre-Gauche), ''l'Algérie passe à côté du printemps arabe". "Photo figée en Algérie. Son système politique est apparemment à l'abri des vents du printemps arabe en Afrique du Nord", estime-t-il. Pour le grand quotidien espagnol, "les gagnants sont toujours les mêmes, les seuls qui protestaient légèrement, les islamistes modérés, sont quelque peu marginalisés au lendemain des élections législatives." El Pais relève d'autre part que "la première consultation électorale dans le pays le plus peuplé du Maghreb, après le déclenchement du printemps arabe, il y a de cela une année et demie, a montré de façon surprenante un résultat presque identique aux précédentes élections législatives de 2007." Les deux plus influents quotidiens des Etats-Unis, le New York Times et son rival le Washington Post, n'en pensent pas moins. The New York Times abonde dans le même sens et rapporte que "le parti au pouvoir a renforcé sa position lors des élections parlementaires de cette semaine". "Une alliance de partis islamistes modérés a subi un revers dans le vote, un résultat fortement en désaccord à la fois avec les prévisions des analystes et de l'expérience des pays voisins de l'Algérie, dans le sillage du printemps arabe de l'an dernier", fait-il remarquer, signalant que "les islamistes ont rejeté les résultats. " De son côté, le Washington Post revient sur les accusations de fraude formulées par l'Alliance de l'Algérie Verte. "Une alliance de partis islamistes qui s'attendent à une forte présence dans les élections algériennes a accusé vendredi les autorités de fraude généralisée selon les résultats préliminaires qui la donnent en troisième position, dont le porte-parole suggère que des troubles pourraient en résulter", indique-t-il. A l'instar de la presse européenne et américaine, la presse arabe voit dans les résultats préliminaires des législatives algériennes une victoire du FLN et un revers des partis se réclamant de la mouvance islamiste. "Victoire des partis au pouvoir...et les islamistes parlent de manipulation et mettent en garde contre ses conséquences", titre Echark El Awsat qui fait écho de la première réaction de l'AAV qui dénonce "une grande manipulation des résultats réels"du scrutin et met en garde contre "les conséquences qui pourraient en découler". Pour Ennahar (Liban), "les élections algériennes n'ont pas débouché sur le changement", mais sur "la victoire du parti au pouvoir et sur un revers des partis islamistes", qui ont dénoncé "une grande manipulation des résultats réels annoncés dans les wilayas et une exagération illogique de ces résultats en faveur des partis de l'administration". Reprenant les résultats préliminaires de ces législatives, Al Ahram (Egypte) indique que "le parti au pouvoir remporte le plus grand nombre de sièges au Parlement".
La victoire du FLN et la percée des femmes aux législatives mises en exergue par les médias italiens
La victoire du parti du front de libération nationale (FLN), la percée des femmes et le recul des partis islamiques, sont les principaux éléments relevés hier, dans les médias italiens, au lendemain de l'annonce des résultats préliminaires des élections législatives du mai 10 mai en Algérie. Les médias italiens ont, également, mis en exergue le taux de participation dans ce scrutin jugé "bien en hausse" par rapport à celui des élections de 2007, soit près de 43%, et qui a déjoué les attentes des "partisans du boycott", conforté les autorités et "surpris" les observateurs, tout en qualifiant de "forte abstention", le taux des électeurs (57%) qui ont boudé les urnes. A ce propos, ils ont expliqué ce relèvement de la participation à l'appel deux jours avant le scrutin, du président Bouteflika, invitant à un "vote massif" de tous les électeurs algériens et son adresse aux jeunes et "notamment, "les indécis" de "prendre leur destin en mains". L'Unità (gauche), qui titrait "Algérie: Le triomphe des femmes, avec 145 élues au Parlement", a signalé que la présence de la femme algérienne au sein de l'institution législative, est passée de 7% en 2007, à 31% aujourd'hui. Le journal a expliqué cette "percée" de la gent féminine par les réformes politiques engagées en 2011, qui ont prévu, s'agissant des élections, de "réserver aux femmes des quotas compris entre 20 et 50 %, dans les listes électorales des partis politiques, sous peine d'élimination", écrivait-il. Par ailleurs, l'agence italienne AGI, a fait savoir que "les chiffres annoncés par le ministre de l'Intérieur, M. Daho Ould Kablia, ont confirmé la victoire du FLN avec 220 sièges sur 462, suivi du RND avec 68 sièges ont déçu les partis islamiques (de l'Alliance de l'Algérie verte) qui espéraient imiter le succès des listes islamistes en Tunisie à en Egypte". De son côté, l'agence Ansa a estimé qu'"en Algérie, la cavalcade incessante des partis islamiques en Afrique du Nord, a peut-être échoué, après la sèche défaite que lui ont fait subir le FLN et le RND", qui ont obtenu "au total 288 sièges contre seulement 48 pour l'Alliance islamique".
"Bien sûr, les partis de " l'Alliance verte " qui ont immédiatement, revendiqué la victoire, avant le résultat final, ont parlé de fraude dans ces élections suivies par plus de 500 observateurs étrangers et qui n'ont pas, pour autant que nous le sachions, détecté des irrégularités". Affirmant que "l'analyse des causes de cette nette victoire n'est pas facile", l'agence a estimé que "si nous devions en donner une explication purement politique, nous devons insister sur le rôle du président Bouteflika qui, lors de son dernier discours de Sétif, a reconquis une partie d'électeurs mécontents".
Lectures et synthèses Rania.C


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.