Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Samy Agli, nouveau président du FCE    Redorer le blason de l'UGTA    Le Femise évoque la persistance du système de rente en Algérie    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Cameroun-Guinée Bissau, aujourd'hui à 18h00: Les Lions Indomptables veulent rugir    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    L'ARBRE DESSECHE    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prix de l'or noir : Le brut creuse ses pertes à New York, dans un marché saisi d'anxiété
Publié dans Le Maghreb le 06 - 04 - 2013

Les cours du pétrole ont creusé leurs pertes avant-hier à New York après une dégringolade la veille, dans un marché saisi d'une grande anxiété à la veille de la publication de chiffres mensuels sur l'emploi aux Etats-Unis. Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai a glissé de 1,19 dollar à 93,26 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), retrouvant des niveaux plus vus depuis fin mars.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a fini à 106,34 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 77 cents par rapport à la clôture de la veille. Il a glissé jusqu'à 105,73 dollars vers la mi-seance, un niveau plus vu depuis début novembre. Après avoir subi des pertes spectaculaires la veille, de près de trois dollars des deux côtés de l'Atlantique, les cours de l'or noir ont poursuivi leur chute avant-hier, en réaction aux inquiétudes croissantes des opérateurs concernant la demande en brut du premier consommateur mondial.
"Tout le monde se positionne avant le rapport mensuel sur l'emploi et le chômage" américains à paraître vendredi, a relevé Tariq Zahir, de Tyche Capital Advisors. Ce rapport officiel est considéré comme un baromètre de la vigueur économique du pays, premier consommateur de brut dans le monde.
Or, "des chiffres terribles sur les inscriptions au chômage avant-hier n'ont fait qu'accélérer la pression (au lendemain) de l'enquête ADP" qui a montré la veille un fort ralentissement des embauches dans le secteur privé en mars aux Etats-Unis, a noté Matt Smith, de Schneider Electric. "Ils sont de très mauvais augure". Pour la troisième semaine de suite, les nouvelles inscriptions au chômage ont augmenté contre toute attente aux Etats-Unis dans les derniers jours de mars, et ont atteint leur niveau le plus élevé depuis fin novembre. La fermeture, vendredi dernier, à la suite d'une fuite d'un oléoduc transportant quelque 90 000 barils par jour de brut canadien du nord (Illinois) au sud des Etats-Unis, vers les raffineries du golfe du Mexique, au Texas, "a créé les conditions en début de semaine d'une forte chute des prix", a estimé quant à lui Jason Schenker, de Prestige Economics. En effet, cela laissait anticiper un engorgement croissant des réserves de brut, et l'annonce la veille par les autorités américaines d'une nouvelle hausse des stocks la semaine passée, à leur plus haut niveau depuis juillet 1990 aux Etats-Unis, "a précipité ce recul", a-t-il noté. La surabondance d'or noir dans le pays est un indicateur peu encourageant pour les perspectives de demande énergétique du géant américain.
Cependant, la forte baisse des prix du baril entamée la veille après l'annonce du gonflement des stocks américains de brut "apparaît exagérée", ont tempéré les experts de Commerzbank, tout en reconnaissant que le marché n'en devrait pas moins "rester sous pression à court terme".
De son côté, le P-DG du groupe pétrolier français Total, Christophe de Margerie, a estimé qu'il n'y avait aucun changement de tendance sur le marché du pétrole. "Les prix ne vont ni chuter, ni continuer à augmenter. Je pense qu'on est dans une fourchette de 105-115 dollars par baril (pour le Brent coté à Londres, ndlr) et il n'y a pas de changement. Les prix du brut sont stables", a-t-il déclaré en marge d'une conférence du secteur pétrolier à Paris.
En Asie, les cours du pétrole étaient mitigés après avoir plongé de près de 3 dollars la veille à New York et à Londres dans un marché miné par la surabondance des stocks d'or noir aux Etats-Unis et la crainte de voir ralentir la demande mondiale. Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai perdait 4 cents à 94,41 dollars en milieu de matinée tandis que le baril de Brent de la mer du Nord à la même échéance avançait de 26 cents à 107,37 dollars.
Les cours de l'or noir "ont trébuché à cause des chiffres sur les stocks qui se sont révélés moins bons que prévu" mais le "marché récupère à mesure que les investisseurs digèrent le fait que les stocks restent finalement relativement modestes avec une demande des entreprises soutenue aux Etats-Unis", a indiqué David Lennox, analyste chez Fat Prophets à Sydney.

Hausse plus forte que prévu des stocks US de brut au 29/03
Les stocks de pétrole brut ont augmenté près de deux fois plus que prévu la semaine dernière aux Etats-Unis, selon les chiffres hebdomadaires du département américain de l'Energie (DoE) publiés la veille.
Les réserves de brut ont progressé de 2,7 millions de barils lors de la semaine achevée le 29 mars pour s'établir à 388,6 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Dow Jones Newswires avaient misé sur une progression de 1,5 million de barils seulement. Ces stocks avaient déjà gonflé de 3,3 millions de barils la semaine précédente, soit cinq fois plus que prévu, après avoir enregistré un recul inattendu la semaine d'avant, nourrissant les inquiétudes sur la surabondance d'or noir aux Etats-Unis. Ils se maintiennent bien au-dessus de la limite supérieure de la fourchette moyenne en cette période de l'année et sont en hausse de 7,2% par rapport à leur niveau d'il y a un an, a précisé le ministère. Les réserves de produits distillés ont de leur côté diminué de 2,3 millions barils à 113,00 millions de barils, soit deux fois plus que le recul de 1,1 million de barils anticipé par les analystes. Ces stocks, qui incluent le gazole et le fioul de chauffage, sont particulièrement surveillés par les investisseurs au sortir de l'hiver, alors que les températures restent basses dans le pays. Ils sont en baisse de 16,9% sur un an et évoluent autour de la partie basse de la fourchette moyenne pour cette période de l'année.
Les réserves d'essence ont diminué 600 000 barils à 220,7 millions de barils, un chiffre proche des attentes des experts qui tablaient sur une baisse de 500 000 barils.
Elles restent au milieu de la fourchette moyenne en cette période de l'année et sont en baisse de 0,6% par rapport à leur niveau de l'an dernier, a précisé le ministère. Surveillées de près par les courtiers, les réserves de brut à Cushing (Oklahoma), où le pétrole qui sert de référence au WTI s'est accumulé ces derniers mois, ont reculé de 300 000 barils, à 49,2 millions de barils.
Toutes catégories confondues, les stocks pétroliers américains ont reculé de 100 000 barils.
Côté demande, sur les quatre dernières semaines, les Etats-Unis ont consommé en moyenne 18,6 millions de barils de produits pétroliers par jour, soit 2,2% de plus qu'à la même période de l'année dernière.
La demande de produits distillés a progressé de 5,5% par rapport à la même période en 2012, et la demande en essence a reculé de 1,2%. Les raffineries américaines ont accéléré la cadence, fonctionnant à 86,3% de leur capacité contre 85,7% la semaine précédente.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.