L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La monnaie Fiduciaire enregistre une croissance de 13,74 %
L'évolution du marché monétaire
Publié dans Le Maghreb le 11 - 10 - 2007

L'année 2007 a enregistré une tendance haussière nouvelle qui se greffe à l'emballement enregistré en 2006 . Ce qui signifie que le stock de la monnaie fiduciaire en circulation hors la Banque d'Algérie a atteint 1242,162 milliards de DA à septembre 2007 contre 1092 ,103 milliards de DA en décembre 2006 donc avec une croissance de 13,74% .
Par ailleurs, pour cette année, le taux est estimé à 18% .A souligner que le stock de la monnaie fiduciaire a enregistré depuis ces dernières années une nette augmentation, il est passé de 882,465 milliards de DA à la fin 2004 à 930 ,264 milliards de DA en 2005 et a 1092,103 milliards de DA a la fin décembre 2006 . Entre autres, le flux de la monnaie fiduciaire passe de 47,8 milliards de DA en 2004 à 161,8 milliards de DA en 2006 pour culminer à 150,1 milliards de DA pour les premiers neufs mois 2007. Donc le flux de la monnaie fiduciaire pour fin 2007 pourrait atteindre 200 milliards de DA soit une croissance de plus de 400 % .
Par ailleurs, en ce qui concerne le volume des billets et pièces en circulation, il est généralement fonction des besoins exprimés par les agents économiques pour régler ,notamment leurs transactions ou des besoins de précaution qui augmentent le niveau de thésaurisation .
Quant à la demande de la transaction elle est fonction de l'évolution du PIB réel et des prix . Par rapport au PIB relatif aux transactions internes, le taux de la monnaie fiduciaire passe de 73,2 % en 2006 à 75 % en 2007 ce qui reflète le ralentissement de la vocation de la monnaie fiduciaire et accentue l'hypothèse d'une thésaurisation accrue ,ou une circulation fiduciaire hors circuit Bancaire ce qui amplifie les sorties de la monnaie fiduciaire de la Banque d'Algérie . Par ailleurs, pour les retraits de la monnaie fiduciaire pour l'année 2006 ,la Banque d'Algérie a mis deux systèmes de paiement entièrement automatisés ,il s'agit du système de règlement brut de temps réel de gros montants et paiements urgents (ARTS) et la télécompensation des paiements de masse que l'année 2007 a enregistré 7 millions d'opérations.
Il est important de souligner que les réservations par les banques et autres institutions financières pour couvrir leurs besoins en monnaie fiduciaire s'effectuent à J -1 ,la veille de la mise à disposition par les agences de la Banque d'Algérie .
C'est au niveau des chefs-lieux de wilaya que les demandes de billets et pièces de monnaie métallique sont satisfaites , sur la base des réservations effectuées par les Trésoreries centrales des banques et autres institutions financiéres , dont Algérie Poste qui effectuent des retraits de monnaie fiduciaire au niveau des agences de la Banque d'Algérie dont le nombre est de 21 . Notons que la situation d'Algérie Poste se distingue par de fortes demandes de retrait , où on enregistre une quasi absence de versements aux guichets de la Banque d'Algerie ainsi qu'une faible participation de 3,84% ennombre d'opérations et 2,10%en valeur au système de télécompensation des chèques et autres instruments de paiement. A noter que les demandes de retraits d'Algérie-Poste formalisées au niveau du système ARTS sont passées de 46 630 Milliards de DA en mars 2006 à 115,127 de DA en septembre 2007 avec une pointe de 122,242 milliards de DA en juillet 2007.
Face à ses demandes de retraits ,la Banque d'Algérie a pris les dispositions nécessaires pour augmenter la production des billets de banque qui, actuellement, est multipliée, par trois par rapport au début de l'année en cours . Le rafraïchissement de la monnaie fiduciaire se fait par la Banque d'Algérie à travers l'entretien de la monnaie fiduciaire pour authentifier tout billet entrant dans ses caisses et ainsi pour séparer les coupures en bon état à mettre en circulation de celles qui sont usagées et qui sont orientés vers la destruction. Notons que les billets qui circulent hors banques échappent au traitement de rafraïchissement.Face à cette situation, la circulation fiduciaire a enregistré une injection de billets neufs pour un montant de 154,638 milliards de DA en septembre 2007 .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.