Automobile : L'octroi des premiers agréments reporté    Real - Perez : "La lettre de Zidane ? Il ne l'a pas écrite. Ce n'est pas lui"    Real : Florentino Perez évoque le cas Raphaël Varane    Espagne : Morata ne supporte plus cette situation    L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Le contrat de Lavagne sera prolongé    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





“Il faut produire plus qu'importer”
Pour attirer les IDE dans l'industrie pharmaceutique
Publié dans Le Maghreb le 16 - 12 - 2007

"Si on veut que les unités des multinationales du médicament installées en Algérie se développent, il faut produire plus qu'importer", a annoncé M. Lotfi Benbahmed, président de l'Ordre des pharmaciens. Lors d'une conférence débat, organisée hier, au centre de presse d'"El Moudjahid", sur la situation des officines et les problèmes relevant de la déontologie et de l'éthique, M. Lotfi Benbahmed a fait une lecture du code de la déontologie médicale en expliquant les droits et les devoirs du pharmacien et les règles qui régissent la profession. D'après lui, la concurrence débridée, que connaît le marché du médicament depuis 2005, a porté un coup sérieux à l'industrie pharmaceutique algérienne, qui n'arrive pas à trouver sa place face à l'importation de certains médicaments, qui sont produits en Algérie. Cette situation risque de rendre à néant la production nationale, ce qui rend l'Algérie complètement dépendante de l'étranger. Cependant, le président de l'Ordre des pharmaciens a appelé les autorités publiques à prendre des mesures incitatives pour attirer les investissements étrangers dans le secteur de l'industrie pharmaceutique, qu'il a qualifié de "stratégique". Pour encourager le développement des groupes étrangers déjà présents en Algérie, M. Lotfi Benbahmed estime qu'il est nécessaire d'offrir des avantages au niveau du foncier et de l'imposition, pour aider l'essor de l'industrie pharmaceutique. Il a signalé que les pays européens, qui ont délocalisé plusieurs secteurs industriels, à l'exception de l'industrie pharmaceutique, parce que c'est une industrie stratégique.
En outre, le président de l'Ordre des pharmaciens, M. Lotfi Benbahmed, a évoqué certaines pratiques illégales commises par les pharmaciens, telles que la location du diplôme ou un pharmacien qui s'associe à un particulier, pour ouvrir une officine. D'après le code de la déontologie de la profession, les personnes qui ont recours à de telles pratiques risquent une amende et une peine qui peut aller jusqu'à 2ans de prison ferme. De ce fait, le président de l'Ordre des pharmaciens a annoncé qu'"il y a très peu d'inspection par ce que l'université ne forme pas de pharmaciens inspecteurs, comme il est prévu par le code déontologique". M. Lotfi Benbahmed a invité le ministère de la Santé à former des inspecteurs pharmaciens pour contrôler la distribution et la vente des médicaments. Il faut rappeler que la facture du médicament a atteint un chiffre record au 30 novembre 2007 qui s'élève à plus de 1,4 milliard de dollars, soit une augmentation de plus de 30% par rapport à l'année précédente. Les observateurs ne sont pas surpris par ce montant, car il était de l'ordre de 475,6 millions d'euros au 1er août 2007.
Malgré toutes les mesures prises par le ministère de la Santé et le ministère du Travail et de la Sécurité sociale en vue de réduire cette facture, elle ne cesse d'augmenter d'année en année. L'encouragement de l'utilisation des produits génériques par les autorités et la mise en vigueur du tarif de référence depuis le 16 avril 2006, dans le cadre de la politique nationale du médicament et la rationalisation des dépenses sans toutefois porter atteinte à l'accessibilité aux soins, ne semblent pas apporter les fruits dans un marché en pleine gestation et où l'importation représente les 80% face à seulement 20% de la production nationale pour laquelle l'Etat s'est désengagé totalement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.