Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avec l'appui russe : L'armée syrienne reprend la totalité de Palmyre
Publié dans Le Maghreb le 28 - 03 - 2016

L'armée syrienne a repris hier le contrôle total de Palmyre après en avoir chassé les djihadistes du groupe Etat islamique qui tenaient cette ville antique du centre de la Syrie depuis près d'un an.
L'armée syrienne a repris au groupe terroriste Daech la totalité de Palmyre.
"Après de violents combats nocturnes, l'armée contrôle entièrement la ville de Palmyre, y compris le site antique et la partie résidentielle. Ils (les djihadistes) se sont retirés", a affirmé une source militaire à Palmyre.
D'après cette source, les combattants de l'EI "se sont repliés vers Sokhné, Raqa et Deir Ezzor", leurs fiefs dans le nord et l'est de la Syrie.
"Les unités d'ingénierie de l'armée sont en train de désamorcer des dizaines de bombes et de mines à l'intérieur de la cité antique" qui contient des trésors détruits en partie par le groupe extrémiste.

Déminage de Palmyre
Les unités du génie de l'armée syrienne ont procédé au déminage des bâtiments et des rues de Palmyre, rapporte une source au sein de l'Etat-major de l'offensive à Palmyre.
"Les spécialistes ont commencé le déminage des rues et des bâtiments de Palmyre. Les terroristes ont installé de nombreux pièges explosifs, mines et bombes artisanales dans les endroits les plus inattendus", a précisé la source.
Tout d'abord, il a fallu désamorcer les ceintures d'explosifs sur les corps des terroristes tués qui protégeaient le retrait de Palmyre des forces djihadistes principales.
Tôt hier, il a été annoncé que les combats à Palmyre avaient complètement cessé et que les derniers foyers de résistance des terroristes avaient été réprimés.
L'armée et les milices contrôlent entièrement la ville.

Matériel russe sophistiqué
"Les Russes combattent au sol, dans l'air et s'occupent aussi d'intercepter les communications entre les combattants de l'EI", souligne-t-il.
Les soldats russes qui combattent aux côtés des soldats syriens sont une force de premier ordre et possèdent un matériel très avancé, notamment des jumelles sophistiquées, a-t-il constaté.
Pour l'officier syrien, "la mentalité et la stratégie de combat de l'EI sont différentes des autres organisations". "Ils s'accrochent au terrain et ne reculent pas, ce qui rend la bataille plus difficile et plus longue. En outre, l'EI dispose de kamikazes et d'un équipement sophistiqué".

"Première grande défaite de l'EI"
"Si nous gagnons, ce serait la première grande défaite infligée par l'armée à Daech", a-t-il dit. "Cela redonnera confiance à l'armée et elle se préparera pour la bataille de Raqa", ville syrienne qui est un bastion du "califat" autoproclamé par l'EI à cheval sur la Syrie et l'Irak.
L'ancien ambassadeur américain en Russie a exprimé ses remerciements pour la libération de Palmyre.
L'ambassade de la Russie aux Etats-Unis a écrit sur son compte officiel Twitter un post annonçant la reprise de la totalité de Palmyre au groupe terroriste Daech.
En réponse au poste de l'ambassade de la Russie aux Etats-Unis, l'ancien ambassadeur américain en Russie Michael McFaul a écrit à son tour sur son compte twitter "Spasibo" ("merci" en russe).
Les forces pro-régime, appuyées par l'aviation russe, ont lancé le 7 mars une offensive pour reprendre Palmyre à l'EI, qui s'était emparé en mai 2015 de la ville et ses ruines antiques classées au patrimoine mondial de l'Unesco.
La semaine dernière, le président de Russie Vladimir Poutine a pris la parole devant les militaires russes revenus de la Syrie et s'est déclaré certain que Palmyre serait libéré des combattants du groupe Etat islamique. L'ambassadeur de Syrie en Russie Riad Haddad a reconnu, pour sa part, que l'armée syrienne avait réussi à préparer la reconquête de Palmyre grâce au soutien du contingent russe déployé en Syrie depuis l'automne 2015.
La ville de Palmyre, dont les ruines antiques constituent un des six sites syriens classés patrimoine mondial de l'Unesco, a été occupée par les djihadistes à la mi-mai 2015. Palmyre, a une importance aussi bien historique que stratégique. Un désert s'étend au nord et au nord-ouest de Palmyre.
Avant de quitter la ville, l'armée syrienne a évacué la majeure partie de la population et les objets historiques les plus précieux du musée central de Palmyre. Après la prise de la cité par l'Etat islamique ses ruines et ses temples ont été menacés de destruction.
La reprise de la ville a privé Daech du contrôle de 20% des territoires occupés. Le commandement des forces armées syriennes pourrait ainsi entamer une progression vers la ville de Raqqa, "capitale" de Daech, et procéder au déblocage de Deir ez-Zor, assiégée par les terroristes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.