Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réunion prochaine de l'OPEP et non-OPEP : Boutarfa colle les morceaux qui sauveront le marché pétrolier
Publié dans Le Maghreb le 28 - 11 - 2016

Le ministre de l'Energie, Noureddine Boutarfa, a effectué une visite à Téhéran où il rencontré le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanghaneh; cette rencontre intervient dans le cadre de "la poursuite des consultations et de la coordination entre les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour parvenir à un consensus lors de la prochaine réunion ministérielle le 30 novembre à Vienne, sur les modalités de mise en œuvre de l'Accord d'Alger de façon à stabiliser les marchés pétroliers". A cet effet, l'Algérie a proposé que les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) baissent leur production de 1,1 million de barils par jour.
"Le gouvernement algérien a proposé une baisse de la production totale de l'Opep de 1,1 million de barils par jour", a déclaré le ministre Noureddine Boutarfa, à l'issue d'une rencontre avant-hier à Téhéran avec son homologue iranien, Bijan Zanganeh, M. Boutarfa a également proposé que les pays producteurs non-membres de l'Opep baissent leur production de 600.000 barils/jour, "La baisse des prix du pétrole qui affecte l'économie mondiale doit être stoppée", a déclaré M. Noureddine Boutarfa. Il s'est déclaré "confiant" quant au résultat de la réunion de l'Opep prévue le 30 novembre à Vienne pour concrétiser un accord de baisse de l'offre annoncé fin septembre à Alger. "Nous espérons que cette prochaine réunion sauvera le marché pétrolier de la crise actuelle", a-t-il dit, ajoutant que si un accord était trouvé à Vienne, le prix du baril pourrait remonter à 60 dollars d'ici la fin de l'année contre moins de 50 actuellement, selon Shana. "Dans le court intervalle restant avant la réunion de l'Opep, l'Iran et l'Algérie vont continuer à coopérer en vue d'un accord entre ses membres", a affirmé M. Boutarfa. M. Zanganeh a de son côté confirmé la proposition de l'Algérie "qui alloue des quotas de réduction à chaque membre de l'Opep". "L'évolution actuelle des choses indique que l'Opep peut parvenir à un accord durable concernant sa production et la gestion du marché", a-t-il dit. L'Iran, qui subit encore les conséquences des sanctions économiques occidentales l'ayant paralysé avant leur levée seulement en janvier, s'est exempté de la réduction de sa production. Il a exporté 2,44 millions de barils par jour en octobre.
Impératif de faire des concessions pour conclure un accord
De son côté, l'ancien PDG de Sonatrach a affirmé hier qu'une réduction de la production est inéluctable, parce qu'explique-t-il, les pays producteurs se trouvent " dos au mur ", ce qui les oblige à faire des concessions pour conclure un accord. Si celui-ci venait à être réalisé, indique M. Abdelmadjid Attar, nul doute que les prix du brut pourraient remonter jusqu'à 50 à 60 dollars le baril, mais dans le cas contraire, ajoute-t-il, ils sont susceptibles, à nouveau, de chuter au dessous de la barre des 40 dollars. Le redressement des cours, tient à dire M. Attar, ne pourrait se réaliser que si, par ailleurs, d'autres gros producteurs, à l'exemple de la Russie, du Mexique ou du Kazakhstan adhèrent, eux aussi, au principe d'une réduction de leur production.
S'exprimant à l'émission “l'Invité de la rédaction de la chaîne 3” de la Radio Algérienne, M. Attar, a fait savoir que la conclusion d'un accord est vitale pour tous les pays producteurs, en raison, précise-t-il, des grosses quantités de pétrole actuellement sur les marchés, qu'il estime à quelque 1,5 million de barils. Commentant la situation de crise économique créée en Algérie par la chute des cours, l'intervenant déclare que la solution passe par une diversification et une économie de ses ressources énergétiques, l'introduction d'un nouveau modèle de consommation et la création d'une industrie du renouvelable. Il balaie, d'autre part, d'un revers de main, l'éventualité d'une baisse des ressources énergétiques en Algérie, mettant notamment en avant les 22.000 millions de réserve de gaz de schiste et les quelque 3.500 milliards de mètres cube de gaz naturel que recèle son sous-sol.
Les pays pétroliers africains soutiennent les efforts de l'OPEP
D'autre part, l'Association des producteurs africains de pétrole (APPA) a exprimé son appui aux efforts de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole pour stabiliser les marchés pétroliers, en prévision de la réunion de l'OPEP prévue mercredi prochain à Vienne pour concrétiser l'accord d'Alger.
L'APPA "marque son soutien à l'accord d'Alger et s'associe aux efforts de stabilisation des marchés pétroliers des pays membres de l'OPEP", a affirmé son président en exercice, Adama Toungara, ministre ivoirien du Pétrole et de l'Energie, dans une correspondance adressée au ministre de l'Energie, Noureddine Boutarfa. Lors de la 52ème réunion ordinaire du comité des experts de l'APPA tenue récemment à Cotonou (Bénin), les pays membres de cette association se sont appesantis sur la situation pétrolière mondiale et se sont engagés à conforter les pays membres de l'OPEP afin de stabiliser les marchés.
"Reconnaissant l'impact de la baisse de prix du pétrole sur l'économie des pays africains et considérant que la décision historique prise par l'OPEP à Alger a donné une véritable impulsion au marché", les pays membres de l'APPA ont fait part, à l'issue de cette réunion, de leur "appui au processus engagé par l'OPEP visant à faire face à la baisse des prix du pétrole" et soutiennent "tout effort des pays membres de l'OPEP dans ce processus de stabilisation des prix dans les marchés pétroliers".
Créée en 1987, l'APPA est une organisation qui regroupe 18 pays africains producteurs de pétrole: Algérie, Afrique du Sud, Angola, Bénin, Cameroun, Congo, Côte d'Ivoire, Egypte, Gabon, Ghana, Guinée équatoriale, Libye, Mauritanie, Niger, Nigeria, République démocratique du Congo (RDC), Soudan et Tchad.
Cette association, basée à Brazzaville (République du Congo), a pour objectif de renforcer la collaboration entre les différentes compagnies pétrolières des pays membres et de maintenir une stabilité des prix. Pour rappel, l'OPEP tiendra sa réunion ministérielle mercredi prochain dans la capitale autrichienne pour concrétiser l'accord historique d'Alger, pris le 28 septembre dernier, qui prévoit de réduire la production de l'organisation à un niveau oscillant entre 32,5 et 33 millions de barils par jour afin de limiter l'offre sur le marché pétrolier.
Dans ce sens, l'Algérie a intensifié son engagement en faveur de la mise en œuvre de l'Accord d'Alger lors de la prochaine réunion de l'OPEP.
M. Boutarfa a ainsi entamé de minutieuses négociations avec les pays membres de l'OPEP pour réunir les meilleures conditions qui soient propices à un accord consensuel, juste et équilibré qui permettra de mettre en œuvre l'accord d'Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.