Mohamed Salah évoque sa relation avec Mahrez    Liverpool : Klopp n'est pas étonné pour Bruno Fernandes    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ENTRETIEN TELEPHONIQUE POUTINE-TRUMP : Un "pas important"
Publié dans Le Maghreb le 30 - 01 - 2017

La Maison-Blanche voit sous un jour favorable l'entretien téléphonique entre le président russe Vladimir Poutine et le président américain Donald Trump, qui a eu lieu samedi, 28 janvier. Le gouvernement américain considère le premier entretien téléphonique entre les présidents Trump et Poutine comme un " pas important " dans les relations bilatérales entre les deux pays, a déclaré le porteparole de la Maison-Blanche. "Ce coup de fil positif constitue une mesure importante vers l'amélioration des relations entre les Etats- Unis et la Russie, qui ont maintenant besoin d'un effort de reconstruction ", lit-on dans un communiqué publié par la Maison-Blanche. " Le président Poutine et le président Trump, poursuit le communiqué, espèrent que suite à cet entretien, les deux pays pourront procéder sous peu à la lutte contre le terrorisme et à d'autres questions importantes d'un intérêt commun. " La situation en Syrie, en Ukraine, le programme nucléaire iranien, la situation autour de la péninsule de Corée et la lutte contre le terrorisme ont été samedi au centre du premier entretien tenu entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Donald Trump depuis l'investiture de ce dernier à la présidence, le 20 janvier dernier. Les deux présidents se sont mis d'accord sur le lancement de consultations en vue de fixer une date et un lieu pour leur rencontre bilatérale. Ils ont également décidé d'organiser des rencontres régulières.
ECRASER L'EI
Dans leur entretien téléphonique, Vladimir Poutine et Donald Trump se sont prononc és pour la coordination des efforts de Moscou et de Washington visant à détruire le groupe terroriste Etat islamique (Daech) et les autres terroristes en Syrie. Dans ce sens, un député russe a indiqué que le rétablissement des relations entre Moscou et Washington pourrait se solder par la création d'une large coalition antiterroriste en Syrie. L'aspiration de la Russie et des Etats-Unis à combattre le terrorisme international pourrait avoir pour résultat la création d'une large coalition antiterroriste en Syrie, a déclaré samedi le parlementaire russe Leonid Sloutski. " Le résultat principal de l'entretien entre Vladimir Poutine et Donald Trump, à mon avis, est l'entente visant à coordonner les efforts dans le but d'écraser l'EI (organisation terroriste Etat islamique, ndlr.). C'est ce qu'attend de la coopération russo-américaine le monde raisonnable ", a-t-il indiqué aux journalistes. " Des négociations ayant pour objectif de créer une large coalition antiterroriste en Syrie doivent, j'en suis sûr, constituer la prochaine étape dans cette voie. Le président russe Vladimir Poutine appelait déjà à la former en 2015, de la tribune de l'Assemblée générale de l'Onu. "
"DEVELOPPER" DES RELATIONS "D'EGAL À EGAL"
"Des deux côtés a été exprim ée une volonté de travailler activement en commun pour stabiliser et développer la coop ération russo-américaine sur une base constructive, d'égal à égal et mutuellement avantageuse", a indiqué le président russe dans un communiqué à l'issue du premier entretien téléphonique des deux chefs d'Etat depuis l'entrée en fonction du président américain. Alors que les relations russoam éricaines se sont dégradées à un point inédit depuis la Guerre froide sous Barack Obama sur fond de conflit syrien, de crise ukrainienne et d'accusations d'ingérences russes dans l'élection américaine, la discussion s'est déroulée de manière "positive", selon le Kremlin, mais MM. Trump et Poutine ont évité le délicat sujet des sanctions. En attendant une potentielle rencontre qu'ils ont dit souhaiter organiser, les deux présidents ont évoqué un grand nombre de sujets. "L'accent a été mis sur la priorit é à donner à l'union des efforts dans la lutte contre la menace que constitue le terrorisme international. Les présidents se sont exprimés en faveur de la mise en place d'une coordination réelle des actions russes et américaines pour détruire l'EI et les autres groupements terroristes en Syrie", a indiqué la même source.
SILENCE SUR LES SANCTIONS
Samedi, Vladimir Poutine "a rappelé que notre pays avait pendant plus de deux siècles soutenu l'Amérique, avait été son allié lors de deux guerres mondiales et considère aujourd'hui les Etats-Unis comme un partenaire important dans la lutte contre le terrorisme international", a insisté la présidence russe. Sur le plan économique, les deux leaders ont évoqué "l'importance de rétablir des relations commerciales mutuellement avantageuses", a ajouté la même source. Les échanges entre les deux pays ont été plombés par les sanctions économiques qui visent la Russie en raison de l'annexion de la Crimée en mars 2014 puis du conflit avec les séparatistes prorusses dans l'Est de l'Ukraine, soutenus selon Kiev et les Occidentaux par la Russie. Le sujet des sanctions n'a cependant pas été évoqué, a précisé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov à l'agence Interfax. Vendredi, Donald Trump avait jugé qu'il était "trop tôt" pour parler d'un assouplissement de ces mesures. Le directeur général du fonds souverain russe RDIF, Kirill Dmitriev, a indiqué samedi soir à l'agence Ria-Novosti avoir d'ores et déjà sélectionné "plus de dix projets prioritaires" pour les proposer à des investisseurs américains. Cité par l'agence Interfax, le président de la commission des Affaires étrangères de la chambre basse du Parlement, Leonid Sloutski, a estimé que "la prochaine étape" après l'entretien entre MM. Poutine et Trump devait être "des négociations pour créer une grande coalition antiterroriste en Syrie". Le sénateur Frantz Klintsevitch, membre de la commission de la Défense, a indiqué à la même agence que la discussion de samedi rendait "très réaliste" un accord politique lors des pourparlers attendus en février à Genève pour tenter de mettre fin au conflit syrien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.