De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



1er salon international de l'olive, huile d'olive et dérivés : Une cinquantaine d'exposants algériens et étrangers
Publié dans Le Maghreb le 26 - 02 - 2017

Le premier Salon international de l'olive, huile d'olive et dérivés a ouvert ses portes mercredi dernier à Alger avec la participation d'une cinquantaine d'exposants algériens et étrangers venus de grands pays producteurs.
Cette édition, la première du genre en Algérie, se tient jusqu'à samedi prochain au Palais des expositions des Pins maritimes autour du thème: pour un développement économique et culturel du secteur oléicole. Outre l'Algérie, quatre pays participent à ce salon professionnel: la Tunisie, l'Espagne, la Turquie et l'Italie, qui sont des leaders dans la production et l'industrie oléicole mondiale.
Le salon touche aux différents segments de la filière oléicole partant des plants, des équipements de production, des chaînes de conditionnement, de la transformation et d'emballage.
"Pour nous, une cinquantaine d'exposants pour une première édition, c'est important", a indiqué à l'APS le président du salon, Samir Gani qui est aussi responsable d'un salon similaire organisé en Tunisie qui tiendra sa 4ème édition en 2017. Le salon d'Alger est venu répondre à une dynamique que connaît l'oléiculture en Algérie et ce, après la mise en oeuvre de plusieurs programmes de développement de cette filière depuis 2000.
La superficie occupée par cette culture est passée de 170.000 hectares (ha) à 470.000 ha actuellement, d'après les chiffres avancés par le directeur de la régulation et du développement des productions agricoles au ministère de l'Agriculture, du développement rural et de la pêche, Chérif Omari, qui a représenté le ministre en charge du secteur à l'ouverture à l'ouverture officielle du salon.
Classée par les pouvoirs publics comme étant une filière stratégique, l'oléiculture a "franchi des pas importants" grâce au soutien et à l'encadrement technique et financier consenti par l'Etat depuis 2000, en encourageant les plantations en dehors des zones traditionnelles, dans les régions du sud et des Hauts plateaux, a souligné M. Omari.
Cette filière dispose aussi d'un "gisement très important" en termes de valorisation, ce qui peut apporter une valeur ajoutée dans le cadre de la diversification de l'économie nationale et de création d'emplois.
Outre le marché local très demandeur, les pouvoirs publics s'attèlent sur la valorisation des produits oléicoles en vue de les mettre sur le marché international, à commencer par l'olive de table de Sig "La Sigoise" dont le label portant Indication géographique (IG) sera validé prochainement par le comité national de la labellisation, d'après me même responsable.
Néanmoins, en dépit des efforts consentis pour le développement de cette filière, des investisseurs relèvent d'autres contraintes entravant toujours l'investissement dans ce domaine, et ce, en l'absence d'organisation des professionnels.
Le manque d'organisation de l'interprofession a profité au marché informel, "qui a durement affecté la traçabilité et la qualité du produit", regrette Hakim Zoubiri, jeune investisseur dans l'oléiculture.
Sur le terrain, cet opérateur, qui a mis en valeur une cinquantaine d'hectares à In Oussara (wilaya de Djelfa) fait face au problème du manque d'électricité agricole et celui du foncier.
Il affirme, à ce titre, qu'il n'avait pas encore obtenu l'acte de propriété de ses 50 ha mis en valeur dans le cadre du dispositif dit APFA (accès à la propriété foncière agricole) depuis la plantation de son verger en système intensif en 2004. Cela l'empêche de contracter un crédit pour étendre son projet et réaliser une unité de conditionnement.
Outre le problème d'accès au foncier, le manque de main d'oeuvre est devenu un "casse-tête" pour les investisseurs. Selon certains exposants, la hausse des prix des produits oléicoles sur le marché est due en partie à cette contrainte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.