Mancity : Guardiola fait une annonce de taille pour son avenir    Nécessité pressante d'un réseau d'assainissement pour la zone industrielle de Hassi Ameur    Man City : Sterling est fan de Zidane    Centre nautique d'Oran: piscines dotées de bassins en Inox, une première en Afrique    Arbitrages d'investissement: l'Algérie est dotée des outils pour sanctuariser les intérêts de l'Etat    Tebboune évoque la fermeture des frontières avec le Maroc    DANS UNE ENTREVUE ACCORDEE A UNE CHAINE DE TELEVISION RUSSE : Tebboune nie toute exploitation du gaz de schiste    Mohamed Bedjaoui impliqué lui aussi    MOSTAGANEM : Les distributeurs de lait ne décolèrent pas    PROMOTION DU DIALOGUE SOCIAL : Une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    LUTTE CONTRE LE DISCOURS DE HAINE : Zeghmati présente l'avant-projet de loi    FRANCE : Quatre frères et sœurs algériens arrêtés à Bordeaux    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Montréal aux couleurs algériennes    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Report du derby USMA – MCA : Une décision politique    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Le PNC suspend sa grève    4morts et 32 blessés en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle-Calédonie: Les hydrocarbures, sujet sensible du parc de la mer de Corail
Publié dans Le Maghreb le 10 - 04 - 2017

La Nouvelle-Calédonie finalise le plan de gestion du parc naturel de la mer de Corail, dont le volet le plus sensible porte sur l'exploration et l'exploitation de potentielles ressources minérales et en hydrocarbures.
"Il serait aberrant de laisser la moindre porte ouverte à l'exploration ou à l'exploitation d'hydrocarbures", a déclaré Marc Orémus, responsable des programmes marins de l'antenne du WWF (Fonds mondial pour la nature) à Nouméa.
"L'exploration en mer est catastrophique pour l'environnement. Il faut laisser les ressources fossiles là où elles sont", estime pour sa part Christophe Chevillon, directeur de l'ONG Pew, qui considère le projet de plan de gestion comme "une liste de bonnes intentions sans mesures nouvelles".
La Nouvelle-Calédonie a créé en 2014 l'une des plus vastes réserves marines au monde, qui s'étend sur toute sa ZEE (zone économique exclusive), soit 1,3 million de kilomètres carrés.
Cet espace très préservé abrite une biodiversité exceptionnelle comptant 25 espèces de mammifères marins, 48 de requins, 19 d'oiseaux nicheurs et un tiers des récifs "pristine" (sites quasi vierges), dont il ne reste que 1,5% à l'échelle de la planète.
Mais la zone pourrait aussi receler des ressources minérales et des hydrocarbures tels que des nodules polymétalliques, des terres rares, des phosphates ou encore des dépôts sulfurés et des encroûtements ferromagnésiens.
"Le niveau d'exploration et d'évaluation du potentiel en ressources non biologiques est très faible en Nouvelle-Calédonie", souligne le projet de plan de gestion.
Prudent sur ce sujet hautement sensible, le document préconise de "mieux comprendre les enjeux et les risques liés à l'exploration et à l'exploitation des ressources profondes avant d'envisager de nouvelles prospections".

Les compagnies pétrolières intéressées
Selon Christophe Lefeuvre de Conservation International, il faut proscrire les campagnes d'exploration sismique "dont les ondes, qui pénètrent à 4 km sous le plancher sous-marin, ont un impact nocif pour les animaux marins". Or, l'éventualité de ressources en hydrocarbures se trouve confortée par la découverte récente d'un septième continent, Zealandia, dont la Nouvelle-Zélande et la Nouvelle-Calédonie sont les seules terres émergées. Le fait que Zealandia, né il y a quelque 80 millions d'années, soit le résultat d'une fragmentation du supercontinent Gondwana constitue en effet, pour les géologues, un contexte propice à la présence de pétrole ou de gaz. Faute de campagne exploratoire, ils sont aujourd'hui impossibles à localiser. "Avec le parc marin, on risque de faire des zonages de protection totale et de développement durable à l'aveugle", s'insurge Bernard Robineau, chef du service de la géologie de la Direction des mines et de l'énergie de Nouvelle-Calédonie (Dimenc). En 2009, le président du gouvernement local avait déclaré dans un discours devant le Congrès calédonien que "l'économie de l'avenir, c'est aussi celle liée à l'exploitation des hydrocarbures offshore".
Trois ans plus tard, lors d'une conférence à Canberra, les connaissances scientifiques réunies par la Nouvelle-Calédonie, la Nouvelle-Zélande et l'Australie avaient suscité l'intérêt d'une vingtaine de compagnies pétrolières et de sociétés de prospection. La Dimenc s'était alors lancée dans une réflexion sur un code minier pour les hydrocarbures afin d'établir un cadre réglementaire, mais le projet n'a pas été finalisé.
"Personne ne dit que la ZEE de la Nouvelle-Calédonie est un Eldorado, mais on ne peut pas la mettre totalement sous cloche, ne serait-ce que pour l'acquisition de connaissances scientifiques, qui passe par des campagnes sismiques", explique M. Robineau. Une version finalisée du plan de gestion du parc naturel de la mer de Corail doit être remis au gouvernement calédonien le 24 avril avant un examen par les élus du Congrès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.