«Nous avons déjà collecté plus de signatures qu'en 2014»    Qu'est-ce qui fait courir Djaballah ?    Les 4 samedis    Deux pavillons pour 280 exposants    Les investisseurs déçus    Forte mobilisation, tension mais sans incidents    Macky Sall face à une concurrence allégée    Un millier d'écoles fermées en raison des menaces    La sélection algérienne en stage à Souidania    Atlético, l'inaltérable bloc    Autorisation    Echec des négociations avec la tutelle    Docteur Abdellah Fenni, Doctorat h. c. en Hypnothérapie, Praticien en techniques de libération des émotions, au Soirmagazine :    Ni gym ni régime : quelques gestes pour mincir à la paresseuse !    Le fonds documentaire de Djemaâ Djoghlal et Amar Nagadi remis aux bénéficiaires    Grande affluence à l'exposition de photos de la presse mondiale de 2018    Candidat unique ? La bonne blague !    Mostaganem : Le ministre satisfait de la production agricole    Salon du tourisme à Oran : Air Algérie accorde des réductions de 55% sur ses tarifs    Culture : Nadia Belarbi, une écrivaine talentueuse    Aïn Tagouraït (Tipasa) : La mainmise des réseaux maffieux sur la wilaya    Edition Chihab : La guerre d'Algérie dans le roman français    Bouteflika demain à Genève pour un contrôle médical    Tiaret: Deux officiers tués dans le crash d'un avion militaire    Ligue des champions d'Afrique : Al-Ismaïly - CSC aujourd'hui à 17 h 00: Le Chabab confiant malgré les obstacles    Otages de fausses promesses    USM El Harrach - RC Kouba reporté à mardi    Trois médailles, dont une en or pour l'Algérie    L'Algérie éliminée par la France    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Un enseignant en retraite tue sa fille de 17 ans    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    Pour une valorisation des pratiques innovantes dans le processus d'enseignement    La CAF rejette le recours de la FAF    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    13 communes d'Alger seront touchées    Plus de 11.000 infractions en 2018    Tayeb Belaiz prète serment    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Banque mondiale : Le PIB de l'Algérie représente 1.2% en 2016
Publié dans Le Maghreb le 23 - 04 - 2017

Selon un rapport de la Banque mondiale, publié ce vendredi à Washington, les envois de fonds vers l'Algérie se sont chiffrés à deux milliards de dollars en 2016, soit le même montant transféré en 2015 par la diaspora algérienne. Le montant représente 1,2 % du PIB de l'Algérie en 2016 précise la BM dans son rapport sur la migration et le développement, publié en marge de ses réunions de printemps qui se tiennent à Washington.
Les envois de fonds par la diaspora algérienne restent, cependant, moins importants comparés à ceux drainés par d'autres pays de la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena).
L'Egypte tient toujours le haut du pavé avec 16,6 mds de dollars, suivi du Liban (7, 3 mds de dollars) et le Maroc (7 mds de dollars). La Tunisie a capté 1,8 md de dollars, soit 4,2% de son Pib en 2016. La BM s'attend à une augmentation des transferts de fonds vers la région Mena en 2017 qui sera essentiellement tirée par l'amélioration des taux d'intérêt en Egypte devant inciter la diaspora égyptienne à envoyer plus de fonds.
La stabilité de la croissance dans la zone euro, d'où l'essentiel des transferts vers l'Algérie, la Tunisie et le Maroc provient, devrait aider à maintenir les flux vers ces trois pays du Maghreb cette année.
Par ailleurs, les transferts mondiaux de fonds qui incluent également les flux vers les pays à revenu élevé se sont contractés en 2016 de 1,2% à 575 mds de dollars contre 582 mds de dollars en 2015. De même les envois de fonds vers les pays en développement ont reculé en 2016 pour la deuxième année consécutive, une tendance qui n'a pas été observée depuis trois décennies, relève le rapport. Ces envois, officiellement enregistrés, se sont chiffrés à 429 milliards (mds) de dollars en 2016, en baisse de 2,4% par rapport aux 440 mds de dollars transférés en 2015.
La chute des cours de pétrole et la faiblesse de la croissance économique dans les pays du Conseil de coopération du Golfe et la Russie ont impacté les flux des transferts vers l'Asie du Sud et l'Asie centrale, alors que la faible croissance en Europe a réduit les flux vers l'Afrique du Nord et l'Afrique subsaharienne, précise la BM. Le recul des envois de fonds, évalués en dollar américain, a été aggravé par la faiblesse de l'euro, la livre sterling et le rouble face au dollar. L'Inde, tout en conservant la première place en tant que plus grand récipiendaire mondial de transferts de fonds, a enregistré une baisse de 8,9% en 2016 à 62,7 mds de dollars contre 68,9 mds de dollars en 2015. Les transferts vers d'autres pays, grands récipiendaires, comme l'Egypte, le Bangladesh et le Nigeria ont chuté, à l'exception du Mexique et des Philippines, qui ont vu leurs entrées augmenter respectivement de 8,8% et 4,9% l'année dernière. La BM souligne que plusieurs pays à revenu élevé qui accueillent des migrants envisagent la taxation des envois de fonds, une mesure qui risque de conduire à une augmentation des transferts hors circuits bancaires officiels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.