Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crise libyenne : Al-Sarraj et Haftar se rencontrent aux Emirats arabes unis
Publié dans Le Maghreb le 04 - 05 - 2017

Les deux principaux protagonistes de la crise en Libye se sont rencontrés mardi aux Emirats arabes unis, dans l'espoir de trouver une sortie à l'impasse politique et sécuritaire dans le pays.
Fayez al-Sarraj, le chef du gouvernement d'union nationale (GNA) soutenu par l'ONU et l'Occident, et son rival, le maréchal Khalifa Haftar, chef des forces armées des autorités parallèles basées dans l'est du pays, ont tenu leur rencontre à Abou Dhabi pour tenter de trouver un terrain d'entente sur un règlement de la crise.
Cette rencontre est la deuxième entre les deux hommes depuis janvier 2016 et la désignation de M. Sarraj à la tête du GNA, installé à Tripoli (ouest) mais dont l'autorité n'est pas reconnue par l'homme fort de l'est du pays.
Elle a eu lieu "grâce à une médiation internationale et arabe", selon l'agence loyale aux autorités de l'est libyen.
Les discussions devaient permettre de négocier des amendements à l'accord politique inter-libyen signé en décembre 2015 sous l'égide de l'ONU et aux termes duquel le GNA a été créé pour tenter de sortir le pays du chaos.
Six ans après la révolte ayant mis fin à la dictature de Mouammar Kadhafi, la Libye reste engluée dans une interminable crise de transition, victime d'une insécurité persistante, d'une économie en lambeaux et de rivalités politiques incessantes.
En février, une rencontre prévue au Caire entre les deux rivaux n'avait finalement pas eu lieu.
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, un allié du maréchal Haftar, doit se rendre mercredi aux Emirats arabes unis pour une visite de deux jours.
"Très importante"
D'après la chaîne de télévision libyenne "218", MM. Sarraj et Haftar ont posé pour les photographes avant de s'entretenir "à huis clos" à Abou Dhabi.
Le GNA n'a pas commenté la rencontre et aucune information n'a filtré jusqu'ici sur la teneur des entretiens.
Mais des diplomates occidentaux qualifient déjà la rencontre de "très importante" même s'il y a peu de chance qu'un éventuel accord entre les deux rivaux puisse changer la situation sur le terrain, selon Mattia Toaldo, expert au Conseil européen des relations internationales.
"Je doute qu'un quelconque accord négocié par Sarraj soit accepté par les factions de l'ouest de la Libye, si elles estiment qu'il donnerait à Haftar une place trop importante dans le système sécuritaire ou politique", a estimé M. Toaldo.
L'accord politique de 2015, négocié sous l'égide de l'ONU, ne prévoit aucun rôle pour M. Haftar, dont les forces contrôlent une grande partie de l'est libyen où se trouvent les principaux terminaux pétroliers du pays.

"Dernière chance"
Une rencontre avec l'homme fort de l'est libyen était nécessaire pour que M. Sarraj puisse trouver "une légitimité tant désirée" auprès des autorités de l'est, selon M. Toaldo.
Quant au maréchal à Haftar, son refus de rencontrer le chef du GNA au Caire en février avait exaspéré ses alliés et provoqué le "mécontentement des responsables égyptiens" qui semblent lui donner maintenant une "dernière chance", a-t-il relevé.
"Haftar a assoupli ses positions après un déplacement aux Emirats arabes unis il y a deux semaines", selon cet expert des questions libyennes. Le maréchal Haftar "compte échanger son appui à l'accord politique (de 2015) en contrepartie de l'organisation d'une élection présidentielle début 2018 où il lui serait possible de se présenter".
Depuis son entrée en fonctions à Tripoli en mars 2016, le GNA n'est toujours pas parvenu à asseoir son autorité sur l'ensemble du pays, y compris à l'ouest où des dizaines de milices font la loi.
Le secteur pétrolier -qui génère l'essentiel des revenus du pays- a été affecté par les violences et la production pétrolière évolue en dents de scie, même si elle a dépassé en début de semaine la barre des 760.000 barils par jour pour la première fois depuis 2014.
Avant la révolution de 2011, le pays produisait 1,6 million de barils par jour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.