APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Projets d'infrastructures sportives en souffrance à Alger    CAN 2019, Groupe C Algérie 2 - Kenya 0 : Débuts réussis pour la sélection algérienne    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Création d'une commission spécialisée en vue des JM-2021    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Côte d'Ivoire : Scandale des 18.000 tonnes de riz avarié importé de Birmanie    Secteur de l'hydraulique à Mostaganem : Une enveloppe de 5,5 milliards DA pour financer cinq projets    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs, les priorités    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    La nécessaire diversification énergétique    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    Le Sénat examine le dossier Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    Les Algériens suffoquent !    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    ALGERIE TELECOM : L'ex-PDG devant le procureur jeudi prochain    ACCUSES D'ENGENDRER DE GRAVES DOMMAGES POUR LE PARTI : Ould Abbes et Bouchareb indésirables au FLN    REMISE EN LIBERTE LOUISA HANOUNE : Une nouvelle demande introduite par les avocats    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    La conjoncture impose des solutions structurelles    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Premiers incidents post-congrès    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    CAN-2019: Maroc 1 - Namibie 0 - Les Marocains ont sué    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France : Le gouvernement prépare sa sortie de la production d'hydrocarbures
Publié dans Le Maghreb le 05 - 09 - 2017

Le gouvernement présente mercredi un projet de loi pour interdire à terme la production d'hydrocarbures en France, une mesure essentiellement symbolique saluée par les écologistes mais qui suscite la colère des industriels.
Le "projet de loi relatif à l'interdiction de l'exploitation des hydrocarbures", qui sera présenté par le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, doit graver dans le marbre des promesses de campagne d'Emmanuel Macron. Le gouvernement veut "amorcer la sortie progressive de la production d'hydrocarbures sur le territoire français à l'horizon 2040", selon des documents qui ont été présentés récemment au conseil national de la transition écologique (CNTE). Concrètement, il n'attribuera plus de nouveaux permis d'exploration et ne renouvellera pas les concessions d'exploitation existantes. La France veut ainsi décourager l'utilisation de ces hydrocarbures, qui dégagent des gaz à effet de serre lors de leur utilisation, afin de rester dans les objectifs de l'Accord de Paris pour limiter le réchauffement climatique. La mesure est aussi destinée à limiter les risques de pollution, notamment en mer, en cas d'accident. Concernant les hydrocarbures dits non conventionnels (comme le gaz de schiste), leur exploration et exploitation par la technique de fracturation hydraulique - la seule disponible à ce jour - avait déjà été interdite en 2011. Mais la loi leur fermera désormais définitivement la porte en précisant que l'interdiction se pose "quelle que soit la technique utilisée". Il existe toutefois une exception parmi les nouvelles règles: le gaz de mine (grisou) continuera à être capté pour des raisons de sécurité et de protection de l'environnement: il est très dangereux car explosif et il contribue fortement au réchauffement climatique. Le gouvernement veut aussi donner le temps aux entreprises du secteur pour qu'elles s'adaptent, en permettant la prolongation des permis exclusifs de recherche déjà attribués et le premier octroi d'une concession d'exploitation dans la foulée d'une éventuelle découverte.

"Un signal"
Le projet de loi provoque malgré tout la colère du secteur pétrolier. "C'est un projet symbolique, politique, et qui ne présente que des inconvénients pour le pays", juge Francis Duseux, président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP). "Il n'aura aucun impact sur la consommation de pétrole et conduira à augmenter les émissions de gaz à effet de serre puisque ce qu'on ne produit pas en France, il faudra l'importer", souligne-t-il. Les associations écologistes se réjouissent en revanche de ces mesures. "Ce dossier porte un message politique important. Il y a là un signal, et on est satisfait", réagit Michel Dubromel, président de France nature environnement (FNE). "Ce qui nous semble important est de préparer la transition. Et 2040, cela permet aux acteurs économiques et sociaux de se préparer", estime-t-il. Actuellement, 63 concessions d'hydrocarbures sont en cours de validité, concentrées dans les bassins parisien et aquitain.

Quid de la Guyane?
La France n'a produit que 815 000 tonnes de pétrole l'an dernier, soit environ 1% de sa consommation. Le canadien Vermilion est le principal producteur du pays mais la France importe massivement son pétrole comme son gaz. Le seul gisement d'importance a fermé: c'était celui de gaz à Lacq (Pyrénées-Atlantiques), découvert dans les années 50 et exploité jusqu'à il y a quelques années. "La France n'est pas un grand pays en matière pétrolière et gazière", relève Francis Perrin, chercheur associé à l'OCP Policy Center (Rabat). Du coup, sa décision "ne va pas changer la face du monde et les équilibres énergétiques mondiaux", juge-t-il. En revanche, les compagnies pétrolières avaient porté leurs espoirs vers l'outre-mer. "Il y a un point d'interrogation sur la Guyane", indique Francis Perrin. La société britannique Tullow Oil avait trouvé du pétrole en 2011 au large du département français mais les puits d'appréciation forés par la suite se sont avérés décevants. La découverte a toutefois soulevé l'espoir des compagnies pétrolières - et les craintes des écologistes. D'autant que le géant américain ExxonMobil a fait des découvertes géantes au Guyana, un pays voisin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.