Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Ramadhan: Algérie Poste a assuré une disponibilité du réseau postal de l'ordre de 97.3%    Documentaire-Hirak: le W.Times avait prédit une riposte de médias dérangés par la démarche du président    Vers le retour des cadres et militants exclus    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Oran : Des décisions pour relancer le secteur du logement    8 décès et 137 nouveaux cas en 24 heures    Un plan pour Souk Ahras    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    Valse des entraîneurs: La Tunisie et l'Algérie sur le podium !    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Levée de confinement: Le début de la fin ?    Deux trafiquants de kif et psychotropes sous les verrous    Confinement: Les commerçants appellent à l'allégement des mesures    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France : Le gouvernement prépare sa sortie de la production d'hydrocarbures
Publié dans Le Maghreb le 05 - 09 - 2017

Le gouvernement présente mercredi un projet de loi pour interdire à terme la production d'hydrocarbures en France, une mesure essentiellement symbolique saluée par les écologistes mais qui suscite la colère des industriels.
Le "projet de loi relatif à l'interdiction de l'exploitation des hydrocarbures", qui sera présenté par le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, doit graver dans le marbre des promesses de campagne d'Emmanuel Macron. Le gouvernement veut "amorcer la sortie progressive de la production d'hydrocarbures sur le territoire français à l'horizon 2040", selon des documents qui ont été présentés récemment au conseil national de la transition écologique (CNTE). Concrètement, il n'attribuera plus de nouveaux permis d'exploration et ne renouvellera pas les concessions d'exploitation existantes. La France veut ainsi décourager l'utilisation de ces hydrocarbures, qui dégagent des gaz à effet de serre lors de leur utilisation, afin de rester dans les objectifs de l'Accord de Paris pour limiter le réchauffement climatique. La mesure est aussi destinée à limiter les risques de pollution, notamment en mer, en cas d'accident. Concernant les hydrocarbures dits non conventionnels (comme le gaz de schiste), leur exploration et exploitation par la technique de fracturation hydraulique - la seule disponible à ce jour - avait déjà été interdite en 2011. Mais la loi leur fermera désormais définitivement la porte en précisant que l'interdiction se pose "quelle que soit la technique utilisée". Il existe toutefois une exception parmi les nouvelles règles: le gaz de mine (grisou) continuera à être capté pour des raisons de sécurité et de protection de l'environnement: il est très dangereux car explosif et il contribue fortement au réchauffement climatique. Le gouvernement veut aussi donner le temps aux entreprises du secteur pour qu'elles s'adaptent, en permettant la prolongation des permis exclusifs de recherche déjà attribués et le premier octroi d'une concession d'exploitation dans la foulée d'une éventuelle découverte.

"Un signal"
Le projet de loi provoque malgré tout la colère du secteur pétrolier. "C'est un projet symbolique, politique, et qui ne présente que des inconvénients pour le pays", juge Francis Duseux, président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP). "Il n'aura aucun impact sur la consommation de pétrole et conduira à augmenter les émissions de gaz à effet de serre puisque ce qu'on ne produit pas en France, il faudra l'importer", souligne-t-il. Les associations écologistes se réjouissent en revanche de ces mesures. "Ce dossier porte un message politique important. Il y a là un signal, et on est satisfait", réagit Michel Dubromel, président de France nature environnement (FNE). "Ce qui nous semble important est de préparer la transition. Et 2040, cela permet aux acteurs économiques et sociaux de se préparer", estime-t-il. Actuellement, 63 concessions d'hydrocarbures sont en cours de validité, concentrées dans les bassins parisien et aquitain.

Quid de la Guyane?
La France n'a produit que 815 000 tonnes de pétrole l'an dernier, soit environ 1% de sa consommation. Le canadien Vermilion est le principal producteur du pays mais la France importe massivement son pétrole comme son gaz. Le seul gisement d'importance a fermé: c'était celui de gaz à Lacq (Pyrénées-Atlantiques), découvert dans les années 50 et exploité jusqu'à il y a quelques années. "La France n'est pas un grand pays en matière pétrolière et gazière", relève Francis Perrin, chercheur associé à l'OCP Policy Center (Rabat). Du coup, sa décision "ne va pas changer la face du monde et les équilibres énergétiques mondiaux", juge-t-il. En revanche, les compagnies pétrolières avaient porté leurs espoirs vers l'outre-mer. "Il y a un point d'interrogation sur la Guyane", indique Francis Perrin. La société britannique Tullow Oil avait trouvé du pétrole en 2011 au large du département français mais les puits d'appréciation forés par la suite se sont avérés décevants. La découverte a toutefois soulevé l'espoir des compagnies pétrolières - et les craintes des écologistes. D'autant que le géant américain ExxonMobil a fait des découvertes géantes au Guyana, un pays voisin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.