Les étudiants se démarquent    Déstabilisations cycliques    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ibbou en finale    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Nouveau secrétariat national pour le FFS    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Echauffourées entre jeunes et policiers    La présidentielle, un scrutin disqualifié d'avance    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Allemagne : Le taux de chômage au plus bas depuis la Réunification
Publié dans Le Maghreb le 06 - 01 - 2018

Porté par une conjoncture robuste, le marché du travail allemand a clôturé l'année 2017 avec un taux de chômage au plus bas depuis la réunification du pays, mais les années à venir s'annoncent délicates.
Le taux de chômage allemand a stagné en décembre à 5,5% en données corrigées des variations saisonnières, tandis que sur l'ensemble de l'année, il a baissé à 5,7%, du jamais vu depuis 1990, d'après les chiffres publiés mercredi par l'Agence pour l'emploi. Le nombre de chômeurs a reculé l'an passé de 158.000 personnes pour atteindre 2,53 millions de personnes sans emploi. Depuis plusieurs années, le première économie européenne voit son taux de chômage annuel diminuer à mesure que sa conjoncture s'améliore. Il est passé de 6,9% en 2013 à 6,7% en 2014, 6,4% en 2015 puis 6,1% en 2016, avant de descendre sous la barre des 6% en 2017. "Le marché du travail a connu un très bon développement en 2017: le nombre moyen de personnes sans emploi a baissé pour la quatrième année consécutive (...) et la demande des entreprises pour de nouveaux salariés a de nouveau augmenté par rapport à l'année précédente", s'est réjoui dans un communiqué Detlef Scheele, chef de l'Agence pour l'emploi.
Pour Jörg Zeuner, économiste en chef de la banque publique allemande KfW, "les employés et les personnes à la recherche d'un emploi en Allemagne ont toutes les raisons d'être optimistes à l'égard de la nouvelle année". Berlin table en effet sur une croissance du PIB allemand de 1,9% en 2018. La Bundesbank, la banque centrale allemande, escompte même un bond de 2,5%. Face à la santé de l'économie allemande, M. Zeuner s'attend à "de nouveaux records d'emploi et à une nouvelle hausse sensible des salaires réels en 2018". Timo Klein, son confrère d'IHS Markit, mise sur un taux de chômage de 5,4%. Mais d'autres experts s'attendent au contraire à un coup d'arrêt, alors que l'Allemagne fait face à plusieurs défis.

Inconnues
Car le marché du travail allemand, au-delà des bons chiffres est marqué par de fortes inégalités géographiques et salariales, des régions défavorisées et des travailleurs pauvres. "Alors qu'en Bavière ou dans le Bade-Wurtemberg, on peut déjà presque parler de plein emploi avec un taux proche de 3%, (les villes-Etats) de Berlin et Brême en sont encore très éloignées, avec des taux de 8 ou 10%", relève M. Zeuner, de la KfW. Par ailleurs, l'évolution démographique inquiète les observateurs. Avec 44,3 millions de personnes l'an passé, le pays n'a jamais compté autant d'actifs depuis 1990. La plus grande participation des femmes et des seniors au marché du travail, ainsi que la présence d'immigrés venant notamment de l'Union européenne, permettent pour l'instant de contrer les effets du vieillissement de la population allemande.
Reste que l'Allemagne est de plus en confrontée à un manque de main d'œuvre qualifiée. Si ce problème n'est "pas encore généralisé", il y a bien une "tension et des pénuries récurrentes dans des professions techniques particulières, dans les métiers de la construction ainsi que dans ceux de la santé et des soins à la personne", observe l'Agence pour l'emploi. "Le manque de main d'œuvre qualifiée constitue un frein important à la croissance", a d'ailleurs récemment mis en garde Michael Hüther, directeur de l'institut économique IW proche du patronat. Des sondages réalisés par le fédération allemande des chambres de commerce et d'industrie (DIHK) ont montré que 56% des entreprises interrogées voient dans la pénurie de spécialistes un grand risque pour leur activité. Quelle influence aura l'afflux depuis 2015 de demandeurs d'asile en Allemagne, soit plus d'un million et demi de personnes dont la moitié originaires de Syrie, d'Irak et d'Afghanistan ? Les experts ont du mal à s'accorder. Passé le temps des cours de langue et des formations, ces nouveaux venus sur le marché de l'emploi devraient commencer à apparaître dans les statistiques allemandes du chômage. Selon l'Institut pour la recherche sur le marché du travail (IAB), le recul du nombre de chômeurs en 2018 pourrait s'en trouver affaibli.

Plus forte hausse annuelle de la main d'œuvre
La population active allemande a connu l'an dernier sa plus forte augmentation des dix dernières années, une évolution qui reflète la vigueur du marché de l'emploi et de la conjoncture. La main d'œuvre a augmenté de 638.000 personnes l'an dernier, en hausse de 1,5%, pour atteindre un niveau record de 44,3 millions de personnes, selon l'Office fédéral de la statistique. L'office attribue cette progression à un nombre croissant d'immigrés arrivant sur le marché du travail en Allemagne, où plusieurs secteurs ont souffert de déficits de main-d'œuvre. Un nombre croissant de femmes et de citoyens plus âgés ont également trouvé un emploi, montrent les chiffres. C'est la septième année de croissance de la main-d'œuvre en Allemagne, dont l'économie bénéficie de la bonne tenue de la consommation, des dépenses de l'Etat et des exportations. La Bundesbank prévoit des rythmes de croissance ajustée en Allemagne de 2,6% en 2017 et de 2,5% pour cette année. L'institut Ifo s'attend à ce que le miracle de l'emploi se poursuive dans le pays, avec des niveaux d'emploi à des records de 44,8 millions cette année et 45,2 millions l'an prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.