Covid-19: le ministère de l'Agriculture distingue les ingénieurs agronomes    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En 2017 : L'indépendantisme catalan secoue durement l'Espagne et inquiète l'Europe
Publié dans Le Maghreb le 06 - 01 - 2018

L'Espagne a été secouée durant l'année 2017 par une grave crise politique en Catalogne, où les revendications des souverainistes ont envenimé les relations entre le gouvernement régional et l'Etat espagnol.
L'année s'achève sur une crise qui persiste et une forte incertitude, conséquence d'une volonté de passer d'un autonomisme dominé par un souverainisme modéré à une volonté de déconnexion avec l'Espagne et à une proclamation de la république catalane indépendante.
Cette question catalane qui a créé une situation politique inédite dans l'histoire récente de la démocratie espagnole embarrasse également Bruxelles, la capitale européenne soucieuse de l'intégrité, de la stabilité et de l'unité de l'un de ses importants membres. Avec le Brexit, la montée du populisme en Europe et la question catalane, l'Union européenne a depuis le début de la crise catalane exprimé son soutien au gouvernement espagnol, plaidé pour le respect des règles constitutionnelles espagnoles et évoqué une affaire intérieure. La Commission européenne a refusé de reconnaître la légalité du référendum sur l'indépendance du premier octobre en Catalogne, en prônant le dialogue entre les deux parties et en rejetant l'idée d'une médiation réclamée par le bloc sécessionniste catalan et rejetée par Madrid. Décidé plus que jamais à faire aboutir son projet indépendantiste, le gouvernement de la généralité de la Catalogne présidé par Carles Puigdemont, destitué par la suite, avait annoncé en juin 2017, son intention d'organiser un référendum d'indépendance en dépit des avertissements de Madrid qui a tout mis en œuvre pour empêcher la tenue de ce référendum interdit par la justice espagnole. Référendum du 1 octobre : le "oui" l'emporte dans un climat de violence
Le premier octobre 2017, le gouvernement catalan est parvenu à organiser le référendum sur l'indépendance en dépit de son interdiction par la justice espagnole. La consultation s'est déroulée dans un climat tendu et émaillé d'incidents, et avec la participation de 2,26 millions de Catalans dont 2,02 millions qui se sont exprimés en faveur de l'indépendance. Le "oui" a gagné avec 90 pour cent des voix, selon le gouvernement catalan.
Carles Puigdemont avait alors indiqué que la Catalogne avait gagné le droit d'avoir un Etat indépendant sous la forme d'une république, alors que le chef du gouvernement central espagnol Mariano Rajoy avait déclaré que son gouvernement ne reconnaît pas la légitimité du scrutin et qu'il avait agi avec fermeté, sérénité et dans le cadre de la loi. Sollicitant l'Union européenne à superviser une médiation internationale entre Madrid et Barcelone, M. Puigdemont constate le soutien de l'exécutif européen à M. Rajoy, en appelant toutefois à "passer rapidement de la confrontation au dialogue".
La plupart des dirigeants européens n'avaient fait aucune déclaration. La question est d'autant plus sensible que d'autres pays membres, comme le Royaume Uni avec l'Ecosse, la Belgique avec la Flandre, sont eux mêmes confrontés aux volontés sécessionnistes de certaines régions, par contre le parlement européen avait souligné que la consultation sur l'indépendance de la Catalogne était inconstitutionnelle et illégale.
Le 27 octobre, le parlement catalan déclare unilatéralement l'indépendance de la Catalogne qui sera suivie juste après par l'application de l'article 155 de la Constitution espagnole, qui a mis sous tutelle la Catalogne, destitué son gouvernement et convoqué de nouvelles élections régionales pour le 21 décembre. Poursuivis par la justice espagnole pour "sédition, rébellion et malversation", des membres de l'ex-gouvernement catalan seront emprisonnés alors que l'ex-président de la généralité Carles Puigdemont s'exile en Belgique avec quatre de ses anciens ministres pour faire ensuite l'objet d'un mandat d'arrêt européen, retiré finalement par la justice espagnole le 5 décembre .

Elections du 21 décembre : incertaines mais redonnent la majorité aux indépendantistes
Les élections s'annoncent cruciales avec cependant une campagne électorale inédite puisque deux candidats sont soit en exil (Carles Puigdemont), soit en prison pour Oriol Junqueras. Partant divisés à ces élections, les formations indépendantistes avaient prédit les sondages, allaient perdre leur majorité au parlement. Se déroulant sans incidents, ces élections ont finalement redonné la majorité parlementaire au bloc sécessionniste avec cependant une surprise de taille. La victoire a été remportée pour la première fois en Catalogne par un parti constitutionnaliste en l'occurrence le parti Ciudadanos, qui obtenu 25 pc des voix et 37 des 135 sièges du Parlement régional, mais ce résultat ne lui permet pas de gouverner car le bloc indépendantiste (JXCAT, ERC, CUP) a obtenu 70 des 135 sièges du parlement avec une majorité absolue estimée à 47,6 pc des voix. Les partis constitutionnalistes (PPC, PSC, Ciudadanos) n'ont cumulé ensemble que 43,3 pc des voix. Même si le gouvernement central de Madrid se dit ouvert au dialogue avec le futur gouvernement catalan dans le cadre de la loi, l'investiture du prochain chef du gouvernement catalan reste compromise par la situation judiciaire de Carles Puigdemont et le manque de consensus entre indépendantistes. De nombreux analystes estiment que l'UE et ses institutions se doivent de régler ce différend "car ce qui se joue en Catalogne n'est pas seulement une affaire espagnole mais touche l'Union européenne en ses fondations".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.