Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Impact du Covid-19 : la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    Covid-19 : Plusieurs mesures pour garder la situation sous contrôle    Des communes de la circonscription administrative de Birtouta interdisent la vente des moutons dans les lieux publics    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Chelsea chasse Leicester du podium    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Cap sur un nouveau plan de relance    En attendant un autre ordre de mission    Colère et consternation    54 infractions à la législation forestière enregistrées    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    La méditerranée, une spécificité dans le changement climatique    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Surveillant les stocks américains : Le pétrole recule à New York
Publié dans Le Maghreb le 01 - 02 - 2018

Le prix du pétrole, monté la semaine dernière à son plus haut niveau en trois ans, a continué à se replier mardi à New York et à Londres face à l'anticipation d'une hausse des stocks de produits pétroliers aux Etats-Unis.
Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars a reculé de 1,06 dollar pour clôturer à 64,50 dollars.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à la même échéance a terminé à 69,02 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 44 cents par rapport à la clôture de lundi.
"Il va falloir attendre quelques jours avant de savoir si ce mouvement de repli est le début d'une petite correction", a souligné Matt Smith, de Clipper Data. "Mais dans la mesure où le baril de Brent (coté à Londres) a grimpé la semaine dernière jusqu'à 70 dollars, un seuil de résistance, et que le WTI est monté à un niveau plus vu depuis plusieurs années, il est normal de voir quelques prises de bénéfices", a-t-il ajouté.
Les investisseurs étaient d'autant plus enclins à retirer un peu de leur mise qu'ils attendent la publication mercredi des données hebdomadaires officielles sur le niveau des réserves de produits pétroliers aux Etats-Unis, considérées comme un baromètre de la demande chez le plus gros consommateur mondial de brut.
Les stocks de brut ont reculé au cours des dix dernières semaines, alimentant amplement la montée des cours de l'or noir.
Des analystes tablent sur l'annonce mercredi d'une hausse des réserves de brut de 900.000 barils, de celles d'essence de 2 millions de barils ainsi que sur une baisse de celles des autres produits distillés (fioul de chauffage et diesel) de 700.000 barils par jour, selon la médiane d'un consensus compilé par l'agence Bloomberg.
Toutefois, a souligné Andy Lipow de Lipow Oil Associates, "les raffineries continuent de fonctionner à une cadence historiquement très élevée et les réserves d'essence et d'autres produits distillées devraient selon moi augmenter encore nettement pendant au moins une ou deux semaines".

10 millions de barils
Les investisseurs surveilleront aussi de près, dans ce rapport les chiffres sur la production d'or noir dans le pays.
Le nombre de puits de forage en activité, généralement un indicateur avancé du volume de pétrole extrait dans le pays, a nettement progressé la semaine dernière.
"On pourrait dépasser la barre des 10 millions de barils par jour dans les prochaines semaines, et la hausse va sans doute se renforcer encore en 2018", a avancé M. Lipow.
Les producteurs américains profitent de la récente montée des prix du baril pour accélérer leur activité, ce qui fait craindre à certains analystes une surabondance de l'offre et dans la foulée un possible repli des prix.
Le renchérissement du pétrole a en effet été en grande partie porté par les efforts effectués depuis un an par les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétroles (Opep) pour réduire leur offre sur le marché mondial.
"Si les prévisions d'une nouvelle vague de froid sur les Etats-Unis s'avèrent exactes, le recul des prix pourrait n'être que temporaire, car les réserves, déjà à des niveaux relativement bas, pourraient encore reculer", ont cependant estimé les analystes de UniCredit.

Chute en Asie
Les cours du pétrole continuaient mardi de reculer en Asie à cause de la remontée du dollar dans un marché qui attend des estimations sur l'état des stocks américains de brut.
Vers 03H50 GMT, le WTI, référence américaine du brut, pour livraison en mars, perdait 46 cents à 65,10 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne, également pour mars, cédait 31 cents, à 69,15 dollars.
Le billet vert regagne du terrain après s'être replié la semaine dernière sous l'effet de propos ambigus de l'administration américaine sur les vertus d'un dollar faible, suivis d'un rétropédalage à l'initiative du président Donald Trump.
Toute hausse du dollar rend plus onéreux et donc moins attractifs les achats de matières premières libellés dans la devise américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.
"Ceux qui parient sur la hausse des cours regardent le dollar avec exaspération car les raisons de vendre du pétrole surpassent les raisons d'acheter", a déclaré Stephen Innes, analyste chez Oanda.
Les investisseurs attendent également les estimations de la fédération privée American Petroleum Institute (API) sur les stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis, avant les chiffres officiels du département de l'Energie (DoE) mercredi.
Ces chiffres sont scrutés de près car ils sont le baromètre de la demande chez le plus gros consommateur mondial de brut.
"Le marché va se focaliser sur le rapport hebdomadaire de l'API avant celui de l'EIA" d'autant qu'ils s'étaient révélés contradictoires la semaine précédente, a dit Avtar Sandu, analyste chez Philip Futures Singapore.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.