Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après six décennies de pouvoir : Cuba tourne la page Castro
Publié dans Le Maghreb le 18 - 04 - 2018

Le président cubain Raul Castro, 86 ans, passe le témoin jeudi à une nouvelle génération pour une transition qui marquera la fin de près de six décennies de pouvoir sans partage de la fratrie Castro sur l'île caribéenne.
"Nous avons parcouru un long, long, long et difficile chemin (...) pour que nos enfants, ceux d'aujourd'hui et ceux de demain, soient heureux", déclarait en mars le cadet des Castro, qui avait succédé en 2006 à son frère Fidel, alors affaibli et finalement décédé en 2016.
Fidel puis Raul auront dirigé Cuba, jusqu'à l'incarner, pendant près de 60 ans, faisant de cette île un acteur central de la Guerre froide et parvenant à maintenir sur pied leur régime communiste malgré le choc de l'effondrement de leur allié soviétique.
Convoquée mercredi et jeudi pour une plénière historique, l'Assemblée nationale va élire un nouveau président du Conseil d'Etat, le principal organe de l'exécutif cubain, et fera basculer le pays dans une nouvelle ère.
Si les autorités ne l'ont pas formellement confirmé, c'est le premier vice-président et numéro deux du gouvernement, Miguel Diaz-Canel, 57 ans, qui semble avoir été choisi et préparé pour devenir le nouveau visage de Cuba.
Apparatchik modèle, ce civil aux cheveux poivre et sel a gravi discrètement les échelons du pouvoir avant d'être intronisé bras droit du président à la surprise générale en 2013, le posant en dauphin naturel des Castro.
"Il y aura une part de renouveau, mais aussi de continuité", prévenait récemment un des cadres du régime, le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez, rappelant que Raul Castro accompagnera son successeur en gardant la main sur le puissant Parti communiste de Cuba (PCC).

"Toujours les Castro"
Le président sortant ne quittera la tête du parti unique qu'au prochain congrès prévu pour 2021, l'année de ses 90 ans, de quoi assurer une transition maîtrisée face aux nombreux défis qui se présentent.
"Je crois que Raul va se concentrer sur le travail idéologique (...), avec les forces qu'il lui reste, alors que Diaz-Canel se concentrera sur la partie du gouvernement, sur des tâches qui sont complexes et difficiles et qui nécessiteront un soutien", anticipe le politologue cubain Esteban Morales.
L'héritier des Castro sera surtout chargé de poursuivre l'indispensable "actualisation" d'un modèle économique obsolète à un moment où Cuba est confronté à l'affaiblissement de son allié vénézuélien, à l'embargo américain qui pèse toujours sur son développement et au coup d'arrêt imposé par le républicain Donald Trump au rapprochement engagé fin 2014 entre Cuba et les Etats-Unis.
A travers l'île, cette transition alimente les débats sans trop émouvoir parmi les Cubains, fervents castristes ou critiques, qui n'attendent pas de grands bouleversements après ce vote auquel ils ne participent pas.
En mars, les électeurs avaient été appelés à élire l'Assemblée dont sera issu le nouveau président, mais les 605 candidats pour autant de sièges avaient été préalablement désignés par les assemblées provinciales et les organisations "de masse".
"Ils changent le gouvernement, mais rien ne change. Ce sera toujours les Castro, même si c'est un autre", déplore Asiel Ortiz Diaz, jeune sans emploi de 24 ans rencontré à La Havane.
"Ils disent que Raul quitte la présidence pour laisser la place à un plus jeune, c'est logique mais Raul ne part pas, il restera toujours avec nous, comme Fidel", se réjouit de son côté Raul Garcia, retraité de 79 ans.

Serrer les rangs
D'ailleurs, comme pour souligner l'absence de "révolution dans la révolution", les autorités n'ont pas prévu de cérémonie en grande pompe pour ce vote de l'Assemblée, et les visas accordés aux journalistes venus de l'étranger ont été limités à quatre jours. "Nous poursuivrons le chemin de la révolution, la marche triomphale de la révolution continuera", assurait M. Diaz-Canel voici un mois au moment de voter aux législatives.
Pourtant, pour la première fois depuis des décennies, le président ne s'appellera pas Castro, ne fera pas partie de la génération "historique" de 1959, ne portera pas l'uniforme militaire et ne sera pas premier secrétaire du PCC.
Mais il pourra combler ce déficit de légitimité grâce à Raul Castro, qui devrait serrer les rangs de la vieille garde des généraux "historiques", perçus pour la plupart comme rétifs aux réformes les plus ambitieuses.
Leur niveau de responsabilité au sein du nouveau Conseil d'Etat et du gouvernement donnera une indication sur la volonté réformatrice du régime, comme sur la marge de manoeuvre du nouveau président.
Signe que le régime ne laisse rien au hasard, la journée de jeudi, 19 avril, correspond au 57e anniversaire de la victoire de la baie des Cochons ("Playa Giron"), considérée à Cuba comme "la première défaite de l'impérialisme yankee en Amérique latine" en 1961.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.