FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid19: 434 nouveaux cas, 487 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Déclarations glorifiant le colonialisme: les Algériens ne doivent "absolument pas tomber" dans le jeu    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    MASCARA : Un nouveau directeur à l'hôpital ‘'Yssaad Khaled''    CORONAVIRUS A BECHAR : Des activistes manifestent devant le siège de la wilaya    COVID 19 : Oran sera doté d'un laboratoire d'analyses PCR    Meurtris par le Covid, réprimés par le pouvoir: la double peine des médecins égyptiens    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    Energie: préparation d'une feuille de route axée sur la stratégie énergétique    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Voilà que le loup sort du bois    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Colère et consternation    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après six décennies de pouvoir : Cuba tourne la page Castro
Publié dans Le Maghreb le 18 - 04 - 2018

Le président cubain Raul Castro, 86 ans, passe le témoin jeudi à une nouvelle génération pour une transition qui marquera la fin de près de six décennies de pouvoir sans partage de la fratrie Castro sur l'île caribéenne.
"Nous avons parcouru un long, long, long et difficile chemin (...) pour que nos enfants, ceux d'aujourd'hui et ceux de demain, soient heureux", déclarait en mars le cadet des Castro, qui avait succédé en 2006 à son frère Fidel, alors affaibli et finalement décédé en 2016.
Fidel puis Raul auront dirigé Cuba, jusqu'à l'incarner, pendant près de 60 ans, faisant de cette île un acteur central de la Guerre froide et parvenant à maintenir sur pied leur régime communiste malgré le choc de l'effondrement de leur allié soviétique.
Convoquée mercredi et jeudi pour une plénière historique, l'Assemblée nationale va élire un nouveau président du Conseil d'Etat, le principal organe de l'exécutif cubain, et fera basculer le pays dans une nouvelle ère.
Si les autorités ne l'ont pas formellement confirmé, c'est le premier vice-président et numéro deux du gouvernement, Miguel Diaz-Canel, 57 ans, qui semble avoir été choisi et préparé pour devenir le nouveau visage de Cuba.
Apparatchik modèle, ce civil aux cheveux poivre et sel a gravi discrètement les échelons du pouvoir avant d'être intronisé bras droit du président à la surprise générale en 2013, le posant en dauphin naturel des Castro.
"Il y aura une part de renouveau, mais aussi de continuité", prévenait récemment un des cadres du régime, le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez, rappelant que Raul Castro accompagnera son successeur en gardant la main sur le puissant Parti communiste de Cuba (PCC).

"Toujours les Castro"
Le président sortant ne quittera la tête du parti unique qu'au prochain congrès prévu pour 2021, l'année de ses 90 ans, de quoi assurer une transition maîtrisée face aux nombreux défis qui se présentent.
"Je crois que Raul va se concentrer sur le travail idéologique (...), avec les forces qu'il lui reste, alors que Diaz-Canel se concentrera sur la partie du gouvernement, sur des tâches qui sont complexes et difficiles et qui nécessiteront un soutien", anticipe le politologue cubain Esteban Morales.
L'héritier des Castro sera surtout chargé de poursuivre l'indispensable "actualisation" d'un modèle économique obsolète à un moment où Cuba est confronté à l'affaiblissement de son allié vénézuélien, à l'embargo américain qui pèse toujours sur son développement et au coup d'arrêt imposé par le républicain Donald Trump au rapprochement engagé fin 2014 entre Cuba et les Etats-Unis.
A travers l'île, cette transition alimente les débats sans trop émouvoir parmi les Cubains, fervents castristes ou critiques, qui n'attendent pas de grands bouleversements après ce vote auquel ils ne participent pas.
En mars, les électeurs avaient été appelés à élire l'Assemblée dont sera issu le nouveau président, mais les 605 candidats pour autant de sièges avaient été préalablement désignés par les assemblées provinciales et les organisations "de masse".
"Ils changent le gouvernement, mais rien ne change. Ce sera toujours les Castro, même si c'est un autre", déplore Asiel Ortiz Diaz, jeune sans emploi de 24 ans rencontré à La Havane.
"Ils disent que Raul quitte la présidence pour laisser la place à un plus jeune, c'est logique mais Raul ne part pas, il restera toujours avec nous, comme Fidel", se réjouit de son côté Raul Garcia, retraité de 79 ans.

Serrer les rangs
D'ailleurs, comme pour souligner l'absence de "révolution dans la révolution", les autorités n'ont pas prévu de cérémonie en grande pompe pour ce vote de l'Assemblée, et les visas accordés aux journalistes venus de l'étranger ont été limités à quatre jours. "Nous poursuivrons le chemin de la révolution, la marche triomphale de la révolution continuera", assurait M. Diaz-Canel voici un mois au moment de voter aux législatives.
Pourtant, pour la première fois depuis des décennies, le président ne s'appellera pas Castro, ne fera pas partie de la génération "historique" de 1959, ne portera pas l'uniforme militaire et ne sera pas premier secrétaire du PCC.
Mais il pourra combler ce déficit de légitimité grâce à Raul Castro, qui devrait serrer les rangs de la vieille garde des généraux "historiques", perçus pour la plupart comme rétifs aux réformes les plus ambitieuses.
Leur niveau de responsabilité au sein du nouveau Conseil d'Etat et du gouvernement donnera une indication sur la volonté réformatrice du régime, comme sur la marge de manoeuvre du nouveau président.
Signe que le régime ne laisse rien au hasard, la journée de jeudi, 19 avril, correspond au 57e anniversaire de la victoire de la baie des Cochons ("Playa Giron"), considérée à Cuba comme "la première défaite de l'impérialisme yankee en Amérique latine" en 1961.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.