Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quatre ans après le rattachement de la Crimée à la Russie : Des réalisations historiques et beaucoup de richesses à exploiter
Publié dans Le Maghreb le 06 - 05 - 2018


Dossier présenté par : Saïd B.
Quatre ans après le référendum de son rattachement à la Russie, la péninsule de Crimée enregistre en ce début de l'année 2018 trois " réalisations " importantes dont deux " véritablement " historiques ". Il y a d'abord la présidentielle russe qui s'est déroulée pour la première fois en Crimée où le Président Vladimir Poutine a remporté une victoire on ne peut plus large, totalisant plus de 90% des suffrages. Ainsi, Vladimir Poutine a raflé en Crimée 92,15% des suffrages, soit les voix de 985.117 habitants de la République, selon le président de la commission électorale régionale Mikhaïl Malychev.
Mikhaïl Malychev a fait savoir que 1,069 million de personnes avaient participé à la présidentielle en Crimée, soit 71,47% de l'ensemble des inscrits.
C'était la première participation de la Crimée à une présidentielle russe. 1.206 bureaux de vote avaient été ouverts dans la République et environ 1,5 million de personnes avaient été portées sur les listes électorales.
Ainsi, la Commission électorale centrale de Russie a annoncé les résultats définitifs de la présidentielle russe. Selon Ella Pamfilova, présidente de la Commission, Vladimir Poutine remporte l'élection avec 76,69% des suffrages.
Après le dépouillement de 100% des bulletins, Vladimir Poutine est élu avec 76,69% des suffrages. Pavel Groudinine arrive deuxième (11,77%). Vladimir Jirinovski est à 5,65%, Ksénia Sobtchak 1,68% et Grigori Iavlinski 1,05%. Les candidats Boris Titov (0,76%), Maxime Souraïkine (0,68%) et Sergueï Babourine (0,65%) suivent.
Le résultat de Vladimir Poutine bat son propre record: 56,43 millions de personnes ont voté pour lui. La présidentielle russe s'est tenue le 18 mars dans les 85 régions du pays, dans plus de 97.300 bureaux de vote en Russie et dans 401 bureaux de vote à l'étranger. Cette année, les deux nouvelles régions du pays, la Crimée et Sébastopol, rattachées à la Russie suite à un référendum en 2014, ont également participé à l'élection.

Ouverture du nouveau terminal de l'aéroport de Simferopol
Par la suite, et pas plus tard que le 16 avril dernier, on retiendra la deuxième " réalisation " historique dans la la péninsule de Crimée qui est le nouveau terminal de l'aéroport de Simferopol en Crimée qui a ouvert ses portes aux premiers voyageurs. Construit en un temps record de 22 mois, il projette d'accueillir 6,5 millions de passagers par an, remplaçant ainsi l'ancien terminal qui, depuis 2014, peinait à faire face à la hausse de fréquentation. L'an dernier, celui-ci avait accueilli 5,1 millions de passagers. Le nouveau terminal de l'aéroport de Simferopol, moderne et surtout écologique puisque son design est inspiré de la nature locale possède une superficie, trois fois supérieure à celle du précédent, devenant ainsi le plus grand du sud du pays.
Situé près du village d'Oukromnoïé, à 5 km de l'ancien terminal et à 14 km de la ville, le nouveau terminal s'étend sur 78 000 m2 et prend l'aspect extérieur d'une énorme vague. Son design a été conçu par le cabinet d'architecture sud-coréen Samoo Architects&Engineers.
Un montant de 32 milliards de roubles (soit 420 millions d'euros) aura été nécessaire pour transformer d'anciennes terres agricoles en ce terminal d'aéroport moderne. Sur cette somme, environ 30 % ont été financés par des investisseurs privés, le reste ayant été pris en charge par l'Etat. A l'interieur, ce nouveau terminal compte 55 comptoirs d'enregistrement, huit passerelles aéroportuaires, huit portes d'embarquement, et également très spacieux, il offre à ses voyageurs les services dont dispose la majorité des aéroports contemporains : restaurants, cafés, magasins et autres divertissements.
Mais le véritable point d'attraction pour les arrivées et les départs est certainement son gigantesque mur végétal. Cette structure représente le plus important jardin vertical d'Europe et recouvre 1 600m². Cette véritable muraille s'élève à 15 mètres de haut et s'étend sur 110 mètres de longueur. Il mélange plantes vivantes et artificielles, mais selon les concepteurs, il vous sera impossible de les distinguer !
L'aspect moderne de l'aéroport lui a valu l'appellation informelle de " cosmoport " (port spatial).

Le plus long pont d'Europe en Crimée bientôt inauguré
Une des plus grandes " réalisations " historique de la Crimée à savoir le pont du détroit de Kertch, reliant la Crimée au reste du territoire russe, dont les travaux ont débuté en avril 2015 devrait être ouvert à la circulation fin mai prochain.
Selon le directeur adjoint de l'entreprise Stroïgazmontaj, en charge du chantier, le pont est prêt à 98%, avec toutes les structures en béton et de support d'ores et déjà en place. Les dates annoncées pour l'ouverture au trafic ne concernent cependant pour le moment que les voitures. Les véhicules transportant de plus lourds chargements seront autorisés à en parcourir l'asphalte cet automne. Depuis 2014, la Russie travaille sans relâche sur ce projet monumental qui surpassera le pont Vasco da Gama au Portugal de deux kilomètres.
C'est sans doute l'un des projets de génie civil les plus ambitieux de l'histoire russe : un pont routier et ferroviaire de 19 km reliant la Russie à la Crimée. La construction de l'ouvrage, connu simplement sous le nom de pont de Crimée, ou de pont du détroit de Kertch, suit, pour le moment, le calendrier prévu. Il devrait être ouvert en décembre 2018 et reliera la péninsule de Kertch en Crimée à la péninsule de Taman dans la région de Krasnodar.
Initiative personnelle du président Vladimir Poutine, ce pont est un projet exigeant et techniquement complexe qui coûte 228 milliards de roubles (3,3 milliards d'euros). Voici tout ce qu'il faut savoir sur le projet de construction du siècle.
L'autoroute qui traversera le pont aura quatre voies et devrait pouvoir accueillir jusqu'à 40 000 voitures par jour. La vitesse sera limitée à 120 km, l'autoroute sera gratuite et il faudra compter environ 10 minutes pour traverser le pont en voiture.
Le pont comptera deux voies de chemin de fer d'une capacité de 47 trains par jour voyageant à une vitesse de 120 km/h au maximum pour les trains de passagers et de 80 km/h pour les trains de marchandises. Le pont devrait être ouvert aux trains en 2019 : pour le moment, l'infrastructure ferroviaire n'est achevée qu'à 55%.
Le pont n'entravera pas le transport maritime via le détroit de Kertch. Il aura des arcs spéciaux de 227 mètres de large et de 35 mètres de haut pour permettre aux bateaux de passer en-dessous.
Enfin à noter que la structure sera illuminée aux couleurs du drapeau russe à l'aide de lumières spéciales. L'arc de la route sera bleu, les arcs du chemin de fer rouges, et les autres parties blanches.

Les revenus de la Crimée ont doublé
Depuis qu'elle a été rattachée à la Russie les recettes budgétaires de la Crimée ont été multipliées par deux, sans compter l'aide fédérale, a déclaré au premier trimestre de l'année 2017 le président de la République de Crimée Sergueï Aksenov .
" Je vous fais remarquer que le budget de la Crimée pesait un peu plus de 22 milliards de roubles (5,8 milliards de hryvnia, au taux de change 3,8). Autrement dit, en trois ans seulement, malgré le blocus et les sanctions, en dépit de la période de transition qui n'a pas été simple, la Crimée a désormais des recettes qui sont presque deux fois plus élevées que lorsqu'elle faisait toujours partie de l'Ukraine, même sans compter l'aide fédérale ", a déclaré le chef de la Crimée lors d'une session au parlement criméen au cours de laquelle il a présenté le rapport sur le travail du gouvernement sur l'année passée. D'ailleurs, il n'y a pas longtemps, Seytoumer Nimetoullaev, chef de l'organisation des Tatars de Crimée l'Unité de Crimée et du Conseil public du peuple tatar de Crimée a proposé aux députés du peuple ukrainien de se rendre dans la région pour constater de leurs propres yeux les progrès atteints dans le développement de la péninsule, soulignant que de nombreux problèmes d'importance vitale avaient été résolus immédiatement après le rattachement du territoire à la Russie.
La Crimée et Sébastopol ont été rattachés à la Russie à la suite d'un référendum tenu en mars 2014. 96,77 % des Criméens et 95,6 % des habitants de la ville de Sébastopol (ville criméenne avec un statut spécial) ont voté pour le rattachement à la Russie.
La péninsule avait été " offerte " à l'Ukraine par Nikita Khrouchtchev en 1954. Aujourd'hui, l'Ukraine continue de considérer ce territoire comme le sien. La majorité des pays occidentaux soutiennent la position de Kiev et ont introduit des sanctions antirusses en 2014.

Du tourisme
La Crimée s'est placée quatrième au classement des régions russes les plus attractives pour les vacanciers (après le territoire de Krasnodar, Moscou et Saint-Pétersbourg). Le flux de touristes, essentiellement des Russes, croît sans cesse : 3,8 millions de personnes ont visité la péninsule en 2014, 4,5 millions en 2015 et 6 millions en 2017. Les vacanciers préfèrent Yalta, Alouchta et Eupatoria.
" Nous espérons que le flux touristique va augmenter. La dynamique des années précédentes a montré une croissance de 10 à 20 % par an. Nous nous penchons actuellement sur la mise en ordre de l'infrastructure et sur la création de conditions vraiment confortables pour les touristes. ", a déclaré Sergueï Aksenov, dirigeant criméen.
Au moment de la réunification de la Crimée avec la Russie, la péninsule comptait près de 9 000 sites de patrimoine culturel, dont plus de 5 000 monuments archéologiques. Des expéditions scientifiques travaillent sur certains d'entre eux.
Des travaux de restauration d'envergure de la forteresse génoise en Crimée ont été engagés fin janvier pour la première fois depuis plus d'un quart de siècle dans la forteresse génoise à Soudak, sur le littoral sud-est de la péninsule de Crimée.

Le témoignage du fils du Che
Le fils du Che, Ernesto Guevara, s'est rendu en Russie 30 ans après son dernier voyage dans ce pays remontant à l'époque soviétique. Cette fois, outre une visite à Moscou, il a aussi pu admirer plusieurs "magnifiques" villes de Crimée et évaluer son potentiel touristique. Sputnik a interrogé Guevara sur son impression.
"Ce n'est pas pour rien que 3.000 entreprises étrangères s'installent" en Crimée
La péninsule de Crimée, avec tous ses magnifiques sites, dispose d'un grand potentiel pouvant booster le tourisme spécialisé, a affirmé à Sputnik Ernesto Guevara, en visitant ce territoire russe pour y ouvrir une exposition de photographies consacrée à son père, Ernesto Rafael Guevara. "Ici, il existe un énorme potentiel pour promouvoir un bon tourisme, un tourisme spécialisé, comme chez nous, par exemple. Nous développons le tourisme moto à travers Cuba. Tous les sites que nous avons traversés en voiture [en Crimée, ndlr] sont parfaits pour y promouvoir le tourisme en moto. Il n'y a rien de mieux que d'y venir en moto. Et un autre avantage c'est la mer qui balaie [la péninsule, ndlr] des deux côtés", a souligné Guevara.
En Crimée, le fils du Che s'est rendu à Sébastopol et à Simféropol tout en apprenant de nombreux faits sur l'histoire de la péninsule.
"Je suis fasciné. Je suis tout simplement tombé amoureux de ces deux villes, où nous étions. Les deux sont magnifiques!"
D'après Guevara, la capitale russe a changé au point de devenir méconnaissable.
"Pour être franc, c'est extraordinaire, les changements sont énormes. Les constructions d'envergure, les avenues baignées par la lumière, c'est beau!"

Des richesses cachées de la Crimée
Redevenue russe, la Crimée développe toujours ses industries. De ses ressources cachées qui comptent non seulement des vignobles et des boues thérapeutiques, on notera, entre autres, des matières combustibles, des matériaux de construction et des produits de première nécessité.
Il y a aussi des vins criméens qui font donc partie des meilleurs vignobles de Russie.
De ses producteurs, on cite Massandra, Koktebel ou encore l'usine de "champagne" de Sébastopol. En plus de vins, la société Koktebel s'occupe de production d'un "cognac" de haute qualité. Des réserves de gaz pour le territoire de la Crimée sont de 165,3 milliards de mètres cubes, pour le pétrole 47 millions de tonnes, selon le ministre russe des Ressources naturelles de la République de Crimée, Sergueï Donskoy. Un rôle spécifique est réservé à la production de matériaux de construction, notamment aux différents types de calcaire.
La pierre calcaire gît dans plus d'une centaine de puits dont la surface s'élève à environ 13.000 hectares, soit 0,5% de la surface de la péninsule. La péninsule abrite de nombreux lacs salés, dont l'un des plus connus est le Syvach. Ces lacs occupent une place importante dans l'industrie chimique. L'une des branches prometteuses concerne l'extraction de l'hydroxyde de magnésium, utilisé comme agent anti-feu dans l'isolation des câbles, par exemple, pour les sous-marins ou les avions. Un autre lac salé de la ville de Saki est connu pour ses boues aux qualités thérapeutiques. Concrètement, la boue de Saki est utilisée dans les sanatoriums criméens pour traiter les maladies articulaires et musculaires, gynécologiques, urologiques et les troubles du système nerveux.S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.