La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prix de l'or noir : Le pétrole baisse dans un marché anticipant une offre plus abondante
Publié dans Le Maghreb le 06 - 06 - 2018

Les cours du pétrole ont de nouveau reculé lundi dans un marché s'interrogeant sur l'avenir de l'accord engageant l'Arabie saoudite et la Russie notamment à limiter leur production.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a terminé à 75,29 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 1,50 dollar par rapport à la clôture de vendredi.
Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de juillet a cédé 1,06 dollar à 64,75 dollars.
"Alors que les producteurs américains semblent se préparer à maintenir, voire à augmenter leur activité aux niveaux actuels de prix, la principale question qui se pose pour les investisseurs est de savoir ce que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) va décider lors de sa réunion à la fin du mois", a souligné Robbie Fraser de Schneider Electric.
L'Opep, dont le chef de file est l'Arabie saoudite, et dix partenaires, dont la Russie, ont collectivement décidé fin 2016 de restreindre leur production afin de faire remonter les prix de l'or noir. Leur accord court normalement jusqu'à la fin de l'année.
Mais les cours du brut ont beaucoup augmenté ces derniers mois et "le marché a vraiment l'impression que l'accord pourrait à tout moment chanceler", a relevé Robert Yawger de Mizuho.
Des représentants de l'Opep et de certains de leurs partenaires se sont réunis samedi pour une dernière réunion technique de suivi de l'accord.
Alors que le cartel et ses partenaires se réuniront officiellement le 22 juin à Vienne, les deux piliers de l'accord, Ryad et Moscou, évoquent d'ores et déjà une hausse de la production au second semestre.
"Le marché est en train d'anticiper cet afflux d'offre", a constaté M. Yawger.
"Nous estimons que la hausse de la production se fera de façon progressive", a estimé de son côté Benjamin Liu, analyste chez Phillip Futures.
Selon lui, l'Arabie saoudite n'a en effet pas intérêt à trop augmenter sa production car "son but principal est de s'assurer de prix du pétrole élevés pour introduire en Bourse le bijou national qu'est Saudi Aramco", le géant pétrolier dont l'introduction en Bourse est prévue pour 2019.
La Russie comme l'Arabie saoudite veulent cependant s'assurer que le marché ne sera pas trop déstabilisé par les baisses non volontaires de certains grands producteurs.
Si la production du Venezuela et de l'Angola reculent déjà, les marchés craignent également de perdre la production iranienne avec le rétablissement des sanctions américaines.
"L'effet des sanctions sur les marchés ne se fera pas sentir avant novembre et la fin d'une période de transition", a toutefois noté Tamas Varga, analyste chez PVM, qui souligne que le pays exporte pour l'instant à des niveaux élevés.

Recul en Asie
Les cours du pétrole continuaient de reculer, lundi en Asie, en raison de la hausse de la production américaine et du possible assouplissement des quotas de production de l'Opep et de ses partenaires.
Vers 05H15 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en août, cédait 11 cents à 65,70 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en août, reculait de 34 cents à 76,45 dollars.
Les acteurs du marché attendent toujours d'en savoir plus sur l'avenir de l'accord de limitation de la production qui unit l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à dix autres pays, dans le but affiché de faire remonter les prix.
L'Arabie saoudite et la Russie ont récemment signalé envisager de relever leur production, une piste qui sera explorée lors de la prochaine réunion de l'Opep fin juin à Vienne.
"Les marchés sont nerveux et pensent que la réponse de l'Opep sera d'augmenter le volume de barils", a déclaré dans une note aux clients Stephen Innes, d'OANDA.
Les ministres du Pétrole d'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis et du Koweït ont appelé samedi dans un communiqué, à l'issue d'une réunion, à "un partenariat durable" dans l'intérêt des consommateurs et des producteurs.
Les cours du pétrole avaient déjà reculé vendredi, sous l'effet de craintes grandissantes quant aux conséquences qu'aurait une guerre commerciale entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires sur la croissance et la demande.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.