La première déclaration de Soudani après sa signature à l'Olympiakos    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Rien que la présidentielle...    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    Une attitude pour le moins équivoque    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sécurité alimentaire de l'Algérie : Le Professeur Chehat Fouad tire la sonnette d'alarme
Publié dans Le Maghreb le 02 - 07 - 2018

L'émission L'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne a reçu, hier matin, le Professeur Chehat Fouad, ancien directeur de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), venu exposer les conclusions du Rapport national sur la sécurité alimentaire, qui sera publié aujourd'hui.
Dans ce rapport, on apprend que " le nombre de calories consommées par les Algériens est en augmentation ", il est même équivalent à ce qui est consommé en Espagne ou au Portugal, mais, " ce sont des calories importées ", relève le rapport. Le Professeur Chehat Fouad cite, en premier lieu, les céréales avec " des importations annuelles qui tournent autour de 6 à 7 millions de tonnes ". Pour le lait, c'est pareil, " nous savons, dit-il, que malgré les progrès de la production laitière, il faut continuer à importer des quantités croissantes de poudre de lait pour faire l'appoint ". C'est le cas également des viandes blanches, qui " sont produites grâce à des importations annuelles, de l'ordre de 4 millions et demi de tonnes, de mais, de tourteaux de soja et même de CMV (ndlr, complément minéral vitaminé), qui sont utilisés dans les élevages ". Et donc, ajoute l'invité de la radio chaîne 3, " même si nous n'importons plus de poulet depuis très longtemps, le poulet que nous consommons est à 60% produit grâce à des importations ".
" Un gap difficile à supprimer "
Certes, durant les 20 dernières années, malgré des conditions climatiques défavorables, le secteur de l'agriculture a atteint une croissance moyenne annuelle d' " un peu plus de 6% ", note M. Chehat, mais rapportée aux " 2% de la croissance démographique ", cette croissance de l'agriculture, estime-t-il, demeure insuffisante, ce qui fait que " l'écart se creuse toujours plus entre la demande globale des consommateurs et l'offre du secteur ".
" Ce gap, on ne va pas pouvoir le supprimer aisément ", avertit M. Chehat.
Déjà qu'aujourd'hui, avec 42 millions d'habitants, nous n'arrivons pas à assurer 80 ou 85% de notre consommation. Qu'en sera-t-il en 2050 où nous serons 60 millions d'habitants et 90 millions en 2100 ? Qui va nourrir les Algériens, si on leur laisse l'agriculture dans l'état où elle est actuellement ? S'interroge M. Chehat, qui tire la sonnette d'alarme, en citant notamment la situation " misérable " de la balance commerciale agricole ou agroalimentaire, dont les exportations de produits agricoles ne couvrent même pas 1% de nos importations agricoles.

Les raisons d'une telle situation
Comment expliquer la situation actuelle de l'agriculture, pourtant considérée comme un secteur stratégique depuis l'indépendance ? Qu'est-ce qu'on n'a pas su faire ? Questionne la journaliste. " On n'a pas su déployer et coordonner sur le terrain cette stratégie ", répond le professeur Chehat qui a insisté à dire que " la sécurité alimentaire " n'est pas l'affaire seulement du ministère de l'Agriculture, mais c'est un objectif intersectoriel, qui engage plusieurs ministères (hydraulique, pêche, énergie, santé, intérieur, etc.).
L'invité de la rédaction de la radio chaîne 3 cite, aussi, le non-respect de la méthodologie adoptée dans les textes. " Au lieu de partir des idées des exploitants, eux-mêmes, on a fait le contraire, en leur imposant des solutions souvent inadaptées au contexte agricole local", s'est-il désolé.
Autre raison avancée, le détournement des terres agricoles à des fins non acceptables, le professeur Chehat rappelle, à cet effet, toutes les constructions réalisées sur des terres agricoles dans la région d'Alger, en violation du plan COMEDOR de protection des terres à vocation agricole, adopté du temps du défunt président Boumediène, qui recommandait de limiter les constructions de logements aux zones infertiles ou peu propices à l'agriculture, plutôt que sur les plaines. " Or, on a fait exactement l'inverse. Bientôt la Mitidja ne sera qu'un souvenir ! ", conclut le professeur Chehat Fouad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.