Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Pétrole : le prix du panier des bruts de l'OPEP à 21,19 dollars    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Covid-19: Saïdal dispose des moyens et des compétences nécessaires pour produire la Chloroquine    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    Real : Kroos se rétracte concernant la baisse des salaires    L'Adra lance une cagnotte    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    Lourd impact financier pour Air Algérie    La FIFA contre les championnats à blanc    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    "Sans ballon, ce n'est plus un entraînement"    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    Situation des prisonniers sahraouis dans les geôles marocaines : Le Front Polisario alerte Human Rights Watch    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    ONU: Réunion jeudi du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental    Le Président Tebboune désigne Abdelghani Rachedi Directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sécurité alimentaire de l'Algérie : Le Professeur Chehat Fouad tire la sonnette d'alarme
Publié dans Le Maghreb le 02 - 07 - 2018

L'émission L'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne a reçu, hier matin, le Professeur Chehat Fouad, ancien directeur de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), venu exposer les conclusions du Rapport national sur la sécurité alimentaire, qui sera publié aujourd'hui.
Dans ce rapport, on apprend que " le nombre de calories consommées par les Algériens est en augmentation ", il est même équivalent à ce qui est consommé en Espagne ou au Portugal, mais, " ce sont des calories importées ", relève le rapport. Le Professeur Chehat Fouad cite, en premier lieu, les céréales avec " des importations annuelles qui tournent autour de 6 à 7 millions de tonnes ". Pour le lait, c'est pareil, " nous savons, dit-il, que malgré les progrès de la production laitière, il faut continuer à importer des quantités croissantes de poudre de lait pour faire l'appoint ". C'est le cas également des viandes blanches, qui " sont produites grâce à des importations annuelles, de l'ordre de 4 millions et demi de tonnes, de mais, de tourteaux de soja et même de CMV (ndlr, complément minéral vitaminé), qui sont utilisés dans les élevages ". Et donc, ajoute l'invité de la radio chaîne 3, " même si nous n'importons plus de poulet depuis très longtemps, le poulet que nous consommons est à 60% produit grâce à des importations ".
" Un gap difficile à supprimer "
Certes, durant les 20 dernières années, malgré des conditions climatiques défavorables, le secteur de l'agriculture a atteint une croissance moyenne annuelle d' " un peu plus de 6% ", note M. Chehat, mais rapportée aux " 2% de la croissance démographique ", cette croissance de l'agriculture, estime-t-il, demeure insuffisante, ce qui fait que " l'écart se creuse toujours plus entre la demande globale des consommateurs et l'offre du secteur ".
" Ce gap, on ne va pas pouvoir le supprimer aisément ", avertit M. Chehat.
Déjà qu'aujourd'hui, avec 42 millions d'habitants, nous n'arrivons pas à assurer 80 ou 85% de notre consommation. Qu'en sera-t-il en 2050 où nous serons 60 millions d'habitants et 90 millions en 2100 ? Qui va nourrir les Algériens, si on leur laisse l'agriculture dans l'état où elle est actuellement ? S'interroge M. Chehat, qui tire la sonnette d'alarme, en citant notamment la situation " misérable " de la balance commerciale agricole ou agroalimentaire, dont les exportations de produits agricoles ne couvrent même pas 1% de nos importations agricoles.

Les raisons d'une telle situation
Comment expliquer la situation actuelle de l'agriculture, pourtant considérée comme un secteur stratégique depuis l'indépendance ? Qu'est-ce qu'on n'a pas su faire ? Questionne la journaliste. " On n'a pas su déployer et coordonner sur le terrain cette stratégie ", répond le professeur Chehat qui a insisté à dire que " la sécurité alimentaire " n'est pas l'affaire seulement du ministère de l'Agriculture, mais c'est un objectif intersectoriel, qui engage plusieurs ministères (hydraulique, pêche, énergie, santé, intérieur, etc.).
L'invité de la rédaction de la radio chaîne 3 cite, aussi, le non-respect de la méthodologie adoptée dans les textes. " Au lieu de partir des idées des exploitants, eux-mêmes, on a fait le contraire, en leur imposant des solutions souvent inadaptées au contexte agricole local", s'est-il désolé.
Autre raison avancée, le détournement des terres agricoles à des fins non acceptables, le professeur Chehat rappelle, à cet effet, toutes les constructions réalisées sur des terres agricoles dans la région d'Alger, en violation du plan COMEDOR de protection des terres à vocation agricole, adopté du temps du défunt président Boumediène, qui recommandait de limiter les constructions de logements aux zones infertiles ou peu propices à l'agriculture, plutôt que sur les plaines. " Or, on a fait exactement l'inverse. Bientôt la Mitidja ne sera qu'un souvenir ! ", conclut le professeur Chehat Fouad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.