Dubaï : Le ministre Abdelkader Messahel reçoit le Prix des pionniers arabes des réseaux sociaux    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    «Le médicament anti-douleurs sera disponible dans toutes les pharmacies»    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    BLOQUANT LA CHAINE DE PRODUCTION D'EL HADJAR : Les recrutés en CTA protestent à Annaba    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    300 MISES EN DEMEURE ADRESSEES AUX BENEFICIAIRES : 23 marchés couverts non exploités à Oran    A l'écoute des fédérations    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    5 candidats pour un siège    Le communiqué déroutant de la coalition    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Remise de clefs de 100 logements sociaux sur les 300    Deux morts et deux blessés graves dans un accident de la circulation à Aïn Touta    Nouvelle orientation    «C'est un jour important pour moi»    Riche programme au menu    30 artistes entrés en lice    Un Nobel, c'est une lumière au bout du tunnel    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Cérémonie de béatification des 19 religieux: Oran fait valoir ses atouts hôteliers    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Basés en Syrie : Comment rendre les S-300 invincibles face à Israël ?
Publié dans Le Maghreb le 12 - 11 - 2018

Les premiers systèmes de missiles S-300 envoyés d'urgence par la Russie à l'armée syrienne après la catastrophe ayant frappé un Il-20 sont entrés en service.
Tel-Aviv a fait comprendre à plusieurs reprises qu'il considérait ces armes comme les cibles principales de ses frappes éventuelles en Syrie. Que peuvent faire les commandants syriens et les instructeurs russes pour que les S-300 soient en mesure de résister à n'importe quel agresseur? Des photos satellite de la zone de déploiement des systèmes de missiles S-300 envoyés par la Russie en Syrie ont été publiées sur internet. Selon la chaîne Telegram Directorate 4, les S-300 ont été installés près de la localité de Massiaf dans la province de Hama, écrit le quotidien Vzgliad.
"Cette région abrite un centre de recherche qui a subi des frappes de l'aviation israélienne et occidentale", précise Directorate 4. Autrement dit, les craintes d'Israël sont devenues réalité: les S-300 sont désormais en service en Syrie. Les avions israéliens ne peuvent donc plus attaquer impunément le territoire de ce pays. Dans le même temps, les systèmes de missiles russes pourraient eux-mêmes faire l'objet d'une attaque, et pas seulement israélienne. Israël a fait allusion à sa volonté de détruire les S-300 immédiatement après leur "désemballage". Probablement par des frappes aériennes. Certains médias occidentaux ont cité les propos de militaires israéliens - notamment de l'ancien commandant de l'armée nationale Amos Yadlin - soulignant leur volonté de "détruire complètement" ces armes. Avigdor Liberman, ministre des Affaires étrangères du pays, a lui aussi exprimé son mécontentement vis-à-vis des livraisons de S-300, mais sur un ton plus souple et sans aucune menace ouverte. Israël, est-il en mesure de détruire les S-300 en Syrie? Sans aucun doute. Toute défense antiaérienne peut être mise hors service, ce que l'histoire militaire nous a déjà montré à plusieurs reprises. Dans le cas présent, cet objectif pourrait être à portée des pilotes israéliens: la qualification des opérateurs syriens laisse évidemment à désirer. Qui plus est, Israël dispose d'un nombre considérable d'avions de combat (environ 400 unités), notamment des versions de frappe des F-16, des F-15 et des F-35. Les militaires israéliens ont également participé aux manœuvres conjointes avec la Grèce pour s'entraîner à viser les S-300 présents dans l'arsenal grec. Mais quelles sont les raisons des craintes des Israéliens concernant les S-300? Ils ne semblaient pas vraiment inquiets des systèmes de missiles de production soviétique - les S-200VE, les S-125 Petchera, le Bouk-M2E, le S-75 Volga, le Kvadrat et l'Oka-AK - dont disposaient déjà les forces syriennes de défense antiaérienne. Les militaires israéliens sont au courant du potentiel des S-200, savent comment on peut combattre ce système et éviter ses missiles. Les modifications modernes des S-300 compliquent pourtant considérablement cette tâche. La Russie a envoyé en Syrie les versions les plus avancées de ces armes - les S-300PMU-2 - capables d'abattre des cibles aérodynamiques à une distance de 3 à 200 km et des cibles balistiques à une distance de 5 à 40 km. Qui plus est, l'identification des cibles s'effectue à une distance de 300 km. A titre de comparaison, la distance entre Moscou et Toula ou Riazan atteint environ 180 km (au sud et à l'est respectivement), alors que Iaroslavl se trouve à 250 km au nord de la capitale russe. La distance entre Damas et Jérusalem atteint quant à elle près de 260 km. Selon le général Alexandre Gorkov, président de la commission militaire et technique de l'entreprise Almaz-Anteï et ancien commandant des forces antiaériennes de l'armée de l'air russe, le S-300 est une arme unique capable de riposter à un raid massif de l'aviation de l'ennemi. Le S-300 est considéré comme l'un des meilleurs systèmes de missiles de sa classe dans le monde. Toutes les autres modifications suivantes, y compris le S-400 Triumph, déjà en service dans l'armée russe, ou le futur S-500 Prometei, ne font que poursuivre le développement de cette famille affichant des paramètres plus importants de détection et d'élimination des cibles aériennes. Ce n'est pas par hasard que les S-300 ont été exportés dans 15 pays.
Selon nos informations, la Russie a envoyé en Syrie trois divisions de S-300 comprenant huit systèmes de missiles chacune. Il s'agit donc de 24 engins, ce qui est assez impressionnant.
Ce nombre est tout à fait suffisant pour protéger les sites cruciaux tels que les bases militaires, les aérodromes et les dépôts de munitions en Syrie.
Mais comment faut-il utiliser ces systèmes de missiles pour assurer la protection des sites vitaux syriens contre tous les avions de l'adversaire? Et qu'en est-il de la sécurité des S-300-mêmes? Comment peut-on rendre leur destruction la plus pénible et la plus coûteuse possible pour l'ennemi éventuel? "Il nous faut baser le fonctionnement des systèmes de missiles en Syrie sur l'exemple de la défense antiaérienne russe. Il doit être échelonné, automatisé et efficace. La défense antiaérienne comprend non seulement les systèmes de missiles, mais aussi des unités de chasseurs et des équipements de guerre électronique. Tout cela doit être dirigé par un commandement unifié", estime le général de réserve Aïtetch Bijev, vice-commandant de l'armée de l'air de 2003 à 2007. "En général, ce système est conçu de la manière suivante: les unités radiotechniques s'occupent du renseignement et transmettent les informations au poste de commandement unifié pour que le chef soit en mesure d'analyser la situation générale sur tout le territoire. En cas d'apparition d'un aéronef dans ce champ, le commandant ordonne immédiatement aux systèmes de missiles d'éliminer la cible", explique-t-il. Qui plus est, les systèmes de missiles ne devront évidemment pas rester stationnaires en cas de frappes israéliennes éventuelles: il faudra préparer des positions de réserve. De plus, il sera nécessaire de créer de fausses positions de déploiement de ces armes pour jouer le rôle de leurres. "De règle, il faut créer au moins trois positions de réserve pour chaque division de missiles. Il faut aussi de faux sites de déploiement où l'on installe des équipements qui émettent les mêmes ondes que la division pour confondre l'ennemi et le forcer à frapper contre des leurres. Ces cibles doivent être visuellement identiques", indique Aïtetch Bijev.
La coordination et l'interaction électronique du système sont extrêmement importantes.
"Il faut créer un champ d'information commun, un centre de commandement unifié, une distribution de cibles universelle, pour que chacun connaisse parfaitement son objectif. Il est également nécessaire d'établir une bonne couverture radar pour que rien ne passe inaperçu. Enfin, les équipements de brouillage doivent être toujours branchés pour empêcher un bombardement ciblé, et perturber le fonctionnement du guidage des missiles et des systèmes de navigation inertiels", précise-t-il.
"Qui plus est, il faudrait réunir la défense antiaérienne russe et syrienne au sein d'un nœud d'information unifié, organiser des entraînements, simuler des situations de crise, assurer un travail concerté des unités russes et syriennes qui devraient avoir un centre de coordination unifié. Enfin, les S-300 doivent être protégés par les Bouk et les Pantsir", affirme Aïtetch Bijev.
Le placement géographique des systèmes de missiles et des radars est également important.
"Il faut choisir les positions de manière à ce que les angles de fermeture soient proches de 0 pour ne pas perturber les radars et permettre à l'adversaire de s'approcher sans être détecté. Il existe dans ce domaine toute une méthodologie, qui fixe notamment la distance entre les systèmes de missiles pour assurer leur coordination efficace en matière de dépistage radar, pour que leurs équipements se couvrent et pour qu'il n'y ait aucun trou dans le champ des radars. Tout cela est calculé mathématiquement", estime le général. Qui plus est, il semble que le fonctionnement de la défense antiaérienne syrienne devrait être assuré (au moins à l'étape initiale) par les militaires et les instructeurs russes, très expérimentés dans le maniement de ces armes. 24 systèmes de missiles sont suffisants pour créer, sinon une forteresse invincible, du moins une barrière très fiable. Pour surmonter et détruire cette dernière, il faudra utiliser des forces et des moyens considérables: des dizaines voire des centaines d'avions de frappe. L'indice d'efficacité de ces missiles atteint 0,9 - soit la probabilité de la destruction de la cible. Autrement dit, une frappe massive israélienne serait certainement en mesure de détruire les S-300 syriens, mais se solderait par des pertes considérables. Une attaque sur les S-300 signifierait la perte d'au moins deux dizaines de chasseurs israéliens (qui coûtent plusieurs dizaines de millions de dollars chacun). Tous les pilotes n'arriveront certainement pas à échapper à la riposte. Chacun des 24 missiles que l'on pourrait tirer sur eux ne coûte que plusieurs centaines de milliers de dollars. Israël, ses militaires et son opinion publique sont-ils prêts à un tel échange, même pour la destruction de plusieurs S-300?
L'aviation israélienne n'a plus connu de telles pertes depuis des décennies. C'est pourquoi elle n'a plus violé les frontières syriennes après la catastrophe du Il-20 et l'annonce des livraisons des S-300. Autrement dit, les armes russes font déjà leur travail en Syrie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.