Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Une demande de levée d'immunité introduite contre une sénatrice FLN    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Koweït: décès de l'émir cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah    Real Madrid : Gros retournement de situation pour deux indésirables de Zidane ?    AIN EL BIA (ORAN) : 549 kg de viande impropre à la consommation saisis    BAGARRE RANGEE ENTRE GANGS A TIARET : La police arrête 11 personnes    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    Lancement d'une campagne de vaccination contre la rage    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    Accidents de la route: 31 morts et 1348 blessés en une semaine    Sénat: présentation du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    Transfert de 700 migrants depuis l'île de Lesbos    La France va organiser une conférence internationale    Pompeo entame des entretiens en Grèce, pour favoriser une «désescalade»    Ces détenus oubliés du hirak    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Vu en France    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    40% des Maghrébins n'ont pas de comptes bancaires    Lancement prochain du transport de fret roulant    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Saisie de marchandises interdites à l'importation, évaluées à 912 millions de centimes    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Lancement de la «La rentrée culturelle» en Algérie    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    En attendant la reprise du mouvement en Algérie : Le hirak diasporique à l'épreuve des dissensions idéologiques !    Nouvelle opération de rapatriement: 181 Subsahariens transférés vers leur pays en début de semaine    ES Sétif: Un bain de jouvence pour l'effectif    USM Bel-Abbès: Est-ce le bout du tunnel ?    Energie: Pourquoi le «Super» va être supprimé    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    Institut français d'Algérie: La cérémonie du choix Goncourt Algérie 2020, le 03 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Energie : Pleins feux sur les énergies renouvelables à l'horizon 2030
Publié dans Le Maghreb le 29 - 11 - 2018

"L'Algérie aspire à réaliser un projet ambitieux pour le développement des énergies renouvelables en garantissant une production de 22.000 mégawatts à l'horizon de 2030 ce qui permettra la couverture de 80% des besoins des sites pétroliers outre le préservation des hydrocarbures pour assurer des postes d'emploi", a indiqué, hier, le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni.
Cela s'est passé lors d'une conférence de presse organisée au niveau de l'Assemblée nationale populaire (APN) en marge de l'audition du ministre par la Commission des affaires économiques, du développement, de l'industrie, du commerce et de planification.
Le ministre a fait remarquer que l'Algérie a enregistré une demande croissante en matière d'énergie ces dernières années " citant " un taux de croissance de 6% ce qui exige, selon lui, le développement des énergies renouvelables et la généralisation de l'efficacité énergétique.
Il est important de rappeler au passage que la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (CREG) a lancé un appel d'offres national par voie de mise aux enchères au profit des opérateurs nationaux et étrangers, le premier responsable du secteur a assuré que le secteur engagerait "prochainement" la production de 200 mégawatts.
Et c'est ainsi qu'il a saisi l'occasion, justement pour expliquer que ce programme de production de 22.000 mégawatts à l'horizon de 2030 avait été mis en œuvre pour produire, dans une première étape, 400 mégawatts à travers l'énergie solaire, répartis sur les régions des Hauts-Plateaux et du Grand -Sud dont la centrale hybride de Hassi R'mel qui fonctionne par gaz et énergie solaire".
"A l'horizon de 2030, les infrastructures pétrolières seront dotées d'énergies renouvelables" a t-il-révélé, ajoutant que "2.000 mégawatts seront produits d'ici 2020".
Ce qui est plus intéressant à retenir de la conférence de presse du premier responsable du secteur de l'énergie, est que celui-ci s'apprête à intégrer différents secteurs, tels que l'habitat, le transport et l'industrie dans le programme d'efficacité énergétique pour réduire la demande sur les produits énergétiques et protéger l'environnement.
Ce qui, en d'autres termes veut dire que les responsables du secteur visent la mise en œuvre des programmes de maîtrise et de rationalisation de l'énergie. Et le montant de celle-ci est bien cité et il s'agit de 218 milliards de dinars à travers la généralisation de l'application de l'efficacité énergétique au niveau des infrastructures et des foyers.

De l'électricité et du gaz
Concernant les investissements de l'Etat en matière de distribution de l'électricité et du gaz, estimés à 42 milliards de dollars entre 2005 et 2017, il y a lieu de noter l'établissement d'un programme de réalisation de 8 centrales électriques pour augmenter la production à 25.000 mégawatts à l'horizon de 2025.
Ces investissements, indique le ministre de l'énergie ont permis l'augmentation du taux de raccordement en gaz de 60% en 2000 à 62 % actuellement, ainsi que l'augmentation du taux de couverture en électricité à 99% avec une capacité de production de l'électricité de 19.000 mégawatts.
En outre, ces investissements ont permis le raccordement en gaz de près de 1,7 million de logements et le raccordement en électricité de 260.000 nouveaux logements en 2010, avec un coût de plus de 300 milliards DA, en sus du raccordement d'un (01) millions de logements en gaz et 222.000 nouveaux logements en électricité dans le cadre du quinquennal 2010-2014 avec un montant de 280 milliard DA.
Dans le cadre du programme complémentaire en cours de réalisation, une enveloppe de 79 milliards DA, dont 59 milliards DA participation de l'Etat, a été allouée à la réalisation d'autres projets.
Ainsi, la capacité de production à augmenté de 71 térawatt/heure à la fin 2017 contre 24 térawatt/heure à la fin 1999 et l'élargissement du réseau de transport et de distribution de l'électricité et du gaz à 350.000 km pour l'électricité et à 120.000 km pour le gaz.

Ce qui reste à faire
Le ministre de l'énergie M. Guitouni n'a pas omis d'évoquer la période intermédiaire d'ici à 2022 puisqu'il a indiqué, dans ce sens, que le secteur poursuivra ses efforts pour fournir le gaz et l'électricité aux citoyens avec un investissement de 20,4 milliard dollars pour la période allant de 2018 à 2022. Il explique d'ailleurs que 41% seront réservés pour le renforcement des capacités de production de l'électricité, sans oublier la couverture du territoire national à 100% et l'augmentation du taux de raccordement en gaz à 70%.
Le ministre a également cité les stations de dessalement de l'eau de mer, d'El Tarf et de Tipasa qui auront une capacité de 300.000 m3/jour chacune et qui seront réalisées à moyen terme.
De plus, il y a lieu de citer également la station de dessalement de l'eau de mer qui sera réalisée à Guerbaz (Skikda) et qui aura une capacité de 70.000 m3/jour avec un coût de 12 milliards DA.

Les prix du carburant en Algérie, bas par rapport à plusieurs pays
Par ailleurs, M. Guitouni a bien précisé que les prix du carburant en Algérie restent les moins élevés par rapport à de nombreux pays. Il a d'ailleurs tenu à rappeler au passage que le gouvernement avait institué des hausses dans les prix du carburant dans le cadre des lois de Finances 2016 et 2017, ce qui a permis la rationalisation de la consommation.
Citant des chiffres, le ministre de l'énergie a indiqué que le marché national a connu une augmentation dans la consommation des produits pétroliers qui est passée de 8 millions de tonnes/an en 1999 à 18 millions de tonnes/an en 2018, soit un taux annuel de 5 %. Une hausse de la consommation a été enregistrée également durant les neuf derniers mois de
2018 suite à la baisse de la consommation durant 2017.
Pour le ministre, son secteur œuvre à promouvoir l'utilisation du gaz naturel liquéfié (GNL) pour réduire la consommation en carburant. Ainsi, 100.000 véhicules ont été convertis au GPL en 2018 en attendant la conversion de 500.000 autres d'ici 2020 et 1 million de véhicules à l'horizon 2030.
Enfin, il est très important de noter que 2440 stations de service ont été réalisées jusque-là, dont 758 stations dotées de distributeurs de Sirgaz et 29 stations répondant aux normes internationales ont été érigées au niveau de l'autoroute Est-Ouest.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.