Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    AADL: Lancement à la fin du mois en cours des travaux de réalisation de 140.000 logements    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    HOPITAL DE BLIDA : 17% du professionnel infectés par le Covid    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Accident de la circulation : plus de 2.400 morts au cours des 10 premiers mois de 2020    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    Milan AC : Nouveau match solide de Bennacer lors du succès face à Naples    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Cinq joueurs ménagés    Youcef Belaïli compte s'«illustrer davantage»    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    La justice otage du virus    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    106 kg de viande et abats saisis    Colère après la mort d'un jeune dans un commissariat    Près de mille personnes verbalisées à El-Bayadh    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    L'enjeu de la crise à Guerguerat    Coupure d'internet : La longue souffrance à Aïn taya    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    L'appel de la forêt    Les précisions de Linde Gas Algérie    L'engagement des dirigeants du G20    Le MCO dans la ligne de mire    El Guerguerat : La Mauritanie émet des réserves sur le 2e mur érigé par le Maroc    Grippe aviaire : les Pays-Bas abattent 190 000 poulets    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    Retour à la case départ pour l'association dédiée au cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etant un cartel dominé par Ryad : Le Qatar annonce son départ de l'Opep
Publié dans Le Maghreb le 05 - 12 - 2018

Le Qatar a annoncé lundi qu'il quitterait le mois prochain l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), afin de se concentrer sur sa production de gaz, dont il est un des principaux exportateurs au monde.
Le petit émirat est membre depuis 1961 de l'Opep, organisation fondée un an plus tôt notamment sous l'impulsion de l'Arabie saoudite, qui domine ce cartel de 15 membres à ce jour. "Le Qatar a décidé de se retirer comme membre de l'Opep avec effet en janvier 2019", a déclaré Saad Al-Kaabi lors d'une conférence de presse à Doha, ajoutant que l'organisation en avait été informée préalablement. Cette décision, "technique et stratégique", n'a aucun rapport avec l'embargo imposé à Doha depuis la rupture des relations diplomatiques en 2017 avec l'Arabie saoudite et ses alliés, a argué M. Kaabi. L'ex-Premier ministre du Qatar, cheikh Hamad ben Jassem al-Thani, a toutefois, été très direct en affirmant sur Twitter que l'Opep était "devenue inutile" et n'apportait "plus rien" à son pays. "Elle est seulement utilisée à des fins qui nuisent à nos intérêts nationaux".
L'émirat continuera à produire du pétrole et à nouer des partenariats avec notamment le Brésil --premier producteur de pétrole en Amérique du sud-- mais se focalisera sur le gaz, a relevé M. Kaabi. Des analystes ont décrit une décision éminemment "politique" dans le contexte régional. Cela revient à "s'opposer à l'Arabie Saoudite à un moment où (le royaume) est un peu faible", a jugé Thierry Bros, chercheur à l'Oxford Institute for Energy Studies, en allusion notamment au scandale lié au meurtre début octobre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.
Le Qatar est actuellement le premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, un statut qu'il pourrait toutefois perdre l'an prochain au profit de l'Australie, selon M. Bros.

"Potentiel"
"Nous n'avons pas beaucoup de potentiel (dans le pétrole), nous sommes très réalistes. Notre potentiel, c'est le gaz", a encore souligné M. Kaabi, par ailleurs à la tête de Qatar Petroleum. "Se concentrer sur quelque chose qui ne fait pas partie de votre coeur de métier et qui ne va vous rapporter aucun bénéfice à long terme n'est pas efficace", a-t-il fait valoir. En septembre, le Qatar a annoncé son intention d'augmenter sa production de gaz à hauteur de 110 millions de tonnes par an d'ici 2024, grâce notamment à l'exploitation d'un champ gazier qu'il partage avec l'Iran. Le pays construira par ailleurs le plus grand craqueur d'éthane de tout le Moyen-Orient, "ce qui fera sensation dans le secteur énergétique", selon le ministre qatari.
Doha n'est, à l'inverse, que le 17e producteur mondial de pétrole brut, avec 600.000 barils par jour, selon le site spécialisé world data.info. Le petit pays du Golfe ne dispose en outre que de 2% des réserves mondiales d'or noir, d'après une publication officielle de la CIA, le World Factbook.
M. Kaabi a toutefois précisé qu'il se rendrait à la prochaine réunion de l'Opep prévue cette semaine à Vienne. "Sa première et dernière réunion" depuis qu'il est ministre de l'Energie du Qatar doit être axée sur la stratégie du cartel pour 2019.
La décision du Qatar de sortir de l'Opep devrait avoir peu de répercussions sur le marché, ont souligné des experts. "Sortir de l'Opep est surtout symbolique", a noté Amrita Sen, analyste à Energy Aspects consultants.
Lundi, les prix du baril de brut sont montés en flèche après que la Russie et l'Arabie saoudite ont annoncé, en marge du sommet du G20, leur intention de renouveler leur accord sur une baisse de production, exemple parmi d'autres du fait que des décisions majeures intervenaient de plus en plus hors sommets de l'Opep.
Le départ de Doha va contribuer à affaiblir le cartel, a renchéri Thierry Bros. "Cela montre que ça va être de plus en plus compliqué à gérer (pour l'Opep), (car) ceux qui restent ne sont pas non plus de grands amis, comme l'Iran et l'Arabie saoudite".
L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar en juin 2017 en l'accusant de ne pas prendre assez de distance avec l'Iran, puissance régionale chiite rivale de Ryad, et de soutenir des groupes islamistes radicaux, dont les Frères musulmans.
Le Qatar nie soutenir des groupes extrémistes, accusant en retour ses voisins de vouloir provoquer un changement de régime à Doha.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.