Djerad pose la première pierre d'un projet de réalisation de plus 14.000 logements AADL à Alger    Les martyrs sont de retour    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les 4 samedis    Un 5 Juillet, 58 ans après !    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les citoyens ferment le siège de l'APC    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    Les Syriens et les Français en tête    Ferhat Aït Ali annoncé au complexe d'El-Hadjar    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    L'épreuve    De mal en pis à Sétif    Les sapeurs-pompiers en formation    Les médecins critiquent la gestion de la crise    9 décès et 413 nouveaux cas en 24 heures    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    L'appel de la terre natale à ses enfants martyrs de la liberté    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Un lectorat espagnol au campus de Béjaïa    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'OPEP maintient son plafond de production
RESULTATS DE LA REUNION DE DOHA
Publié dans Liberté le 14 - 06 - 2003

L'Opep a bien fait de se donner davantage de temps avant de réduire sa production car l'Irak semble encore loin d'être en mesure de produire rapidement de grandes quantités de pétrole et les prix restent fermés, selon des analystes.
Réunie mercredi pour un sommet extraordinaire dans la capitale qatariote, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a décidé de maintenir son plafond de production inchangé à 25,4 millions de barils par jour. Elle s'est également engagée à plus de discipline pour éviter de dépasser ce quota.
Les ministres, qui avaient décidé début mars, à quelques jours à peine du début de la guerre en Irak, d'ajouter cette réunion à leur programme pour préparer son retour, ont visiblement été trop optimistes quant à la capacité de l'Irak à reprendre la place qui était la sienne dans l'Opep, c'est-à-dire celle de l'un de ses plus gros producteurs avec l'Arabie Saoudite et l'Iran.
Doha devait être “une réunion pour baisser” la production, a rappelé mercredi le président de l'Opep, le ministre de l'Energie qatariote Abdallah ben Hamad Al-Attiyah, lors de la conférence de presse à l'issue de la réunion. Lui-même s'était fait depuis des semaines l'un des principaux avocats d'une réduction de la production. Au terme de deux jours de débats, l'Opep a finalement décidé de surseoir et de se réunir de nouveau le 31 juillet à Vienne afin de se faire une idée plus précise de la situation. Sans se prononcer sur le niveau d'exportations irakiennes à partir duquel l'Opep accentuerait sa surveillance, M. Al-Attiyah a prévenu que les discussions au sein du cartel s'intensifieraient si l'Irak parvenait à produire entre 1,5 million de barils par jour (mbj) et 2,5 mbj, son niveau d'avant la guerre.
“Nous espérons toujours que l'Irak produise 2 millions de barils par jour à la fin de l'année. Il faut voir ce qu'ils peuvent arriver à produire, et peut-être qu'ils y arriveront”, a ajouté M. Al-Attiyah.
À Bagdad, le responsable du pétrole irakien, Thamir Ghadhbane, a estimé que son pays pourrait produire 1,2 mbj en juin et retrouver son niveau de production d'avant guerre d'ici à la fin de l'année, soit 2,4 mbj, dont 1,7 à 1,8 mbj pour l'exportation.
“Je pense qu'ils (l'Opep) sont un peu sceptiques” quant aux capacités de production de l'Irak, estime un analyste new-yorkais présent à Doha en marge de la rencontre. “Et probablement pour de bonnes raisons. Mais dès que l'Irak parviendra à une production de 2 mbj, et à des exportations de 1,5 mbj, l'Opep abaissera sans doute sa production”, ajoute-t-il. “Pour la stabilité de l'Opep et la gestion du marché, c'était probablement ce qu'il fallait faire. Cela montre qu'ils peuvent changer de politique à mi-chemin : en avril, ils pensaient que l'Irak serait de retour dès maintenant. Il ne l'est pas, donc ils ont changé. C'est bien. Je pense que le marché apprécie”, pense cet analyste. Barbara Shook, analyste du groupe Energy intelligence Group au Texas, est du même avis : “Ils n'avaient probablement pas le choix, c'est sans doute la décision la plus sage à court terme. Ils tentent de gérer le marché de manière fine”, soutient-elle, notant que le cartel “s'est réuni toutes les six à huit semaines depuis décembre”, soit considérablement, plus qu'il y a quelques années.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.