Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur
Publié dans Le Maghreb le 17 - 12 - 2018

La Journée de l'énergie, organisée annuellement par l'Ecole nationale polytechnique d'Alger (ENP), consacrera sa 23ème édition à "la résilience de Sonatrach et les défis du futur" dans les domaines de l'énergie, de l'environnement et des économies d'énergie.
Organisée habituellement le 16 avril de chaque année à l'occasion de Youm el ilm pour donner un contenu réel à la dimension du savoir, la Journée de l'énergie de l'année 2019 a été exceptionnellement avancée au 18 décembre en cours afin qu'elle coïncide avec le 55ème anniversaire de la création de Sonatrach, explique à l'APS le professeur émérite Chems Eddine Chitour.
Au cours de cette Journée de l'énergie, qui se tiendra mardi prochain au siège de Sonatrach, les élèves ingénieurs de l'ENP, encadrés par professeur Chitour, exposeront leur vision du futur concernant l'avenir du pays dans le domaine de l'énergie, de l'environnement, de l'eau et des économies d'énergie.
"Les élèves ingénieurs veulent témoigner d'abord de la résilience de Sonatrach dans des conditions parfois difficiles, et ce, par un travail gigantesque qui fait que notre compagnie nationale est toujours là et occupe une place centrale dans le développement du pays", explique cet expert en énergie. Dans ce sens, il rappelle "l'aventure pétrolière de l'Algérie qui avait démarré avec la création de Sonatrach au 31 décembre 1963". Pour lui, "en 55 ans, les acquis de Sonatrach sont indéniables".
Ainsi, lors de cette rencontre, plusieurs communications seront données sur ce qui avait été réalisé dans l'amont en termes d'exploration du domaine minier, de production multiforme (gaz naturel, condensat, GPL), et dans l'aval (raffinage, pétrochimie, GNL), détaille-t-il, ajoutant que cela a été fait tout en irrigant l'Algérie d'un réseau de transport "important".
Selon lui, ce sera également l'occasion de mettre l'accent sur les ambitions du groupe Sonatrach en rappelant que ce groupe a élaboré une stratégie multiforme pour atteindre plusieurs objectifs. Il s'agit d'abord d'explorer d'une façon intensive, en augmentant la densité du forage mais aussi l'important domaine minier où des opportunités réelles existent.
Il est également question d'aller, ensuite, vers l'aval, en développant la pétrochimie qui sera, selon lui, "de plus en plus importante dans les prochaines années." "Sonatrach est à la fois l'Alma mater (mer nourricière) en termes de ressources et l'un des outils de l'Algérie pour réussir sa transition énergétique vers le développement humain durable", souligne-t-il.
Dans ce cadre, il indique que les élèves ingénieurs de l'ENP présenteront leur vision de l'Algérie de 2030, et ce, par leurs travaux sur les modèles énergétiques "en ne s'interdisant pas de proposer des actions complémentaires pour que Sonatrach soit aux rendez-vous des défis de 2030".
Pour Pr Chitour, Sonatrach, "de par ses compétences, son aura et ses réelles possibilités, peut aider à la matérialisation du Plan Energies Renouvelables". Ceci se fera, selon lui, par la mise en place d'une stratégie consistant, chaque fois que cela est possible, à vendre une calorie thermique (pétrole, gaz naturel) contre l'installation d'un kWh électrique d'origine renouvelable.
"Nous aurons gagné triplement. On laissera un viatique aux générations futures en ne consommant pas d'électricité provenant du gaz mais du soleil. Le Sahara pourrait devenir une véritable pile électrique", selon lui. Ensuite, "nous allons respecter l'environnement et nos engagements internationaux et, enfin, nous financerons une partie du Plan énergie renouvelable avec le gaz naturel non consommé".
Concernant l'ambition de Sonatrach d'optimiser les capacités gazières en parallèle du développement des énergies renouvelables et la pétrochimie notamment, cet expert en énergie précise que dans sa stratégie de 2030, ce groupe compte doubler la densité du forage, optimiser les gisements existants et lancer l'offshore: "En clair, augmenter la production des énergies fossiles".
A ce titre, il pense que Sonatrach aura des besoins de financements importants qui seront en fonction du prix du baril. Selon ses estimations, avec un baril à 80 dollars, Sonatrach pourra investir l'équivalent de 75 milliards de dollars d'ici à 2030.
En outre, la raffinerie d'Augusta permettra en 2019 de fournir de l'essence et du gasoil. Ce qui va annuler, selon lui, les achats actuels du pays en ces produits, estimés à près de 2 milliards de dollars/an. "Si un baril de pétrole coûte 70 dollars, il faut savoir qu'en le distillant, il peut atteindre les 200 dollars.
De plus, il ne sera pas esclave des convulsions erratiques du marché", soutient-il. Evoquant le domaine gazier, il considère que le marché international est "rude", ajoutant que "défendre les parts de marché notamment en Europe nécessite un management de top niveau et une flexibilité. Les contrats de long terme ayant vocation à être remplacés par le marché".
Aussi, de son point de vue, "la manne en gaz de schiste devrait être exploitée en faisant énormément attention aux dégâts potentiels avec la technologie de fracturation actuelle." Selon lui, seule la formation de cadres compétents, une veille technologique et une veille environnementale permettront ainsi d'exploiter ces réserves dans des conditions de sécurité: "Ce sera le challenge de 2030".

Le renouvelable devrait faire partie des contrats avec les partenaires étrangers
Par ailleurs, il observe que partout dans le monde, une mutation s'est faite du fossile vers le renouvelable: "c'est d'ailleurs la conversion à laquelle sont arrivés tous les grands groupes pétroliers internationaux qui, à côté du pétrole, développent de plus en plus les énergies renouvelables".
"Le renouvelable devrait faire partie des contrats avec les partenaires étrangers sur le principe: une calorie thermique exportée devrait être adossée à une calorie électrique renouvelable mise en place à la fois en terme physique et en terme de savoir-faire, à la fois dans l'amont pétrolier et l'aval", et ce, pour la réalisation du plan ambition de 22.000 MW qui ne peut être finalisé qu'avec "l'apport déterminant" de Sonatrach. Interrogé sur la formation des ressources humaines qui constituent également un axe primordial dans la SH 2030, Pr Chitour pense que Sonatrach devra miser sur le recyclage permanent de son capital humain. Elle devra, selon lui, mettre en place de nouveaux programmes de spécialisations, à la fois au sein des Ecoles supérieures et Universités, et revitaliser l'Institut Algérien du Pétrole, en développant également les "métiers verts" que le groupe aura à intégrer dans sa stratégie de diversification vers la révolution de l'électricité renouvelable.
Pour lui, "la mise en œuvre du chantier du développement des énergies renouvelables nécessite la formation de dizaines de milliers d'ingénieurs et de techniciens. Il y a là un challenge que nous pouvons relever tous ensemble. Ne perdons pas de temps!".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.