KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Création de 65 nouveaux ateliers mobiles de plomberie sanitaire    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Sidi Bel Abbès : Installation du nouveau président de la cour    Les fausses peurs des «experts»    La gueulante du ministre de la Justice    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le ministère de la Santé nous écrit    Une légère hausse enregistrée au 1er semestre 2018    L'activité commerciale peine à reprendre    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Amman appelle la communauté internationale à mettre fin aux violations israéliennes    Lahlou veut retourner au stade Zioui    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    Medvedev entre dans le top 5    Le MOB et la JSMB pourront compter sur leurs nouvelles recrues    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Gros marché    Recettes maison anti-cellulite    Quels sont les effets de l'eau sur l'organisme ?    La mémoire    37 départs de feu dimanche    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    sortir ...sortir ...sortir ...    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    El gasba, instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    Soummam : la revanche d'Abane et de Ben M'hidi    Slimani direction à Al Gharafa ?    Mellal : «Je suis le président du CA, donc le seul habilité à provoquer une AG»    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    Zeghmati à Oran: «L'indépendance de la justice n'est pas un privilège»    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    LA NECESSAIRE MESURE DU DRAME    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    17.200 Seat vendues en 7 mois    Décès de 20 hadjis algériens    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma
Publié dans Le Maghreb le 16 - 02 - 2019

Après les affirmations d'un employé de la BBC sur le caractère monté des scènes tournées à Douma suite à la présumée attaque chimique, la diplomatie russe et la rédactrice en chef de Sputnik ont tenu à rappeler que la Russie avait été de loin la première à en parler, mais que ses propos n'avaient pas trouvé d'écho en occident.

Moscou voudrait connaître la position officielle de la BBC suite aux propos d'un de ses producteurs, selon lequel les images tournées dans un hôpital juste après l'attaque chimique à Douma étaient une mise en scène.
"Même ceux qui propageaient l'idée du caractère justifié et modéré des actions menées par la coalition occidentale ne sont plus en mesure de jouer ce rôle, les masques sont tombés", a indiqué Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe.
Elle a rappelé que la BBC couvrait les événements survenus à Douma le 7 avril 2018 sous un angle favorisant les actes de la coalition.
Les propos du journaliste britannique ont également fait réagir la rédactrice en chef de Sputnik et RT, laquelle a tenu à rappeler que ces médias, sous sa direction, avaient été les premiers à relayer les informations relatives au caractère monté des images.
"Il a fallu six (!!!) mois à un producteur de la BBC en charge de la Syrie pour faire une découverte sensationnelle: les images qui montrent les conséquences d'une "attaque chimique" à Douma ont été une mise en scène des Casques blancs", a-t-elle écrit sur Telegram.
"Je rappelle qu'il nous a fallu beaucoup moins de temps pour arriver à cette conclusion. Mais nous sommes estampillés "média russe", il est interdit de nous croire, à l'inverse d'un producteur de la BBC", a ajouté la journaliste.
De son côté, le Kremlin a indiqué que la position du producteur britannique coïncidait avec les conclusions des experts russes, qui l'affirmaient "dès le début".

Une mise en scène
Ce producteur, Riam Dalati, a écrit le 13 février sur son compte Twitter être en mesure de prouver que les images tournées dans un hôpital après l'attaque chimique à Douma étaient une mise en scène.
Le producteur de la BBC chargé de la Syrie a déclaré que les images tournées dans un hôpital après l'attaque chimique à Douma étaient une mise en scène.
"Après presque six mois d'enquêtes, je peux prouver sans aucun doute que la scène de l'hôpital de Douma a été mise en scène. Aucun décès n'est survenu à l'hôpital. Tous les Casques blancs, activistes et personnes avec qui j'ai parlé sont dans les zones d'Idlib ou de l'est de l'Euphrate. Une seule personne était à Damas."
"L'attaque a eu lieu, le sarin n'a pas été utilisé, mais nous devons attendre les conclusions de l'OIAC pour confirmer si du chlore a été utilisé. Mais tout le reste qui est lié à l'attaque a été fabriqué pour renforcer l'effet", indique-t-il.
Plus tôt, des pays occidentaux avaient accusé Damas d'une attaque chimique contre la ville syrienne de Douma, dans la Ghouta orientale et l'avaient menacé de frappes. Pour prouver l'attaque, l'organisation connue comme les Casques blancs avait utilisé des images montrant des habitants de cette agglomération, dont des enfants, à l'hôpital et les médecins tentant de les sauver.
La diplomatie russe a alors déclaré que le but des intoxs au sujet de recours aux substances chimiques en Syrie était de justifier les frappes étrangères sur ce pays proche-oriental. Dès le 13 mars, l'état-major des Forces armées de Russie avait prévenu d'une provocation avec la mise en scène d'une attaque chimique préparée par des extrémistes dans la Ghouta orientale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.