Déclarations fracassantes des responsables du RND.. Retournement de veste ou prise de conscience ?    Contestation populaire du système politique.. Le FLN et le RND se fissurent    Point de croisement de toutes les initiatives pour une sortie de crise.. Tous les chemins mènent à la Constituante    Protection du consommateur.. Un jumelage algéro-britannique réussi    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    A cause de la situation en Algérie.. ExxonMobil annule un contrat avec Sonatrach    Eliminatoires de la CAN 2019 : Algérie-Gambie demain à 20h45.. Les Verts pour la confirmation    Bouira.. 59 cas d'hépatite A enregistrés depuis janvier    Bordj Bou Arreridj.. Remise des clés à 812 bénéficiaires de logements    OPGI de Sidi Bel-Abbès.. 1.220 logements LSL et LPA à distribuer    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Fabian Ruiz quitte la sélection d'Espagne    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Filets de poulet à la chapelure    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Des matches risquent de toucher le fond    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Le choix du destin de l'Algérie    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma
Publié dans Le Maghreb le 16 - 02 - 2019

Après les affirmations d'un employé de la BBC sur le caractère monté des scènes tournées à Douma suite à la présumée attaque chimique, la diplomatie russe et la rédactrice en chef de Sputnik ont tenu à rappeler que la Russie avait été de loin la première à en parler, mais que ses propos n'avaient pas trouvé d'écho en occident.

Moscou voudrait connaître la position officielle de la BBC suite aux propos d'un de ses producteurs, selon lequel les images tournées dans un hôpital juste après l'attaque chimique à Douma étaient une mise en scène.
"Même ceux qui propageaient l'idée du caractère justifié et modéré des actions menées par la coalition occidentale ne sont plus en mesure de jouer ce rôle, les masques sont tombés", a indiqué Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe.
Elle a rappelé que la BBC couvrait les événements survenus à Douma le 7 avril 2018 sous un angle favorisant les actes de la coalition.
Les propos du journaliste britannique ont également fait réagir la rédactrice en chef de Sputnik et RT, laquelle a tenu à rappeler que ces médias, sous sa direction, avaient été les premiers à relayer les informations relatives au caractère monté des images.
"Il a fallu six (!!!) mois à un producteur de la BBC en charge de la Syrie pour faire une découverte sensationnelle: les images qui montrent les conséquences d'une "attaque chimique" à Douma ont été une mise en scène des Casques blancs", a-t-elle écrit sur Telegram.
"Je rappelle qu'il nous a fallu beaucoup moins de temps pour arriver à cette conclusion. Mais nous sommes estampillés "média russe", il est interdit de nous croire, à l'inverse d'un producteur de la BBC", a ajouté la journaliste.
De son côté, le Kremlin a indiqué que la position du producteur britannique coïncidait avec les conclusions des experts russes, qui l'affirmaient "dès le début".

Une mise en scène
Ce producteur, Riam Dalati, a écrit le 13 février sur son compte Twitter être en mesure de prouver que les images tournées dans un hôpital après l'attaque chimique à Douma étaient une mise en scène.
Le producteur de la BBC chargé de la Syrie a déclaré que les images tournées dans un hôpital après l'attaque chimique à Douma étaient une mise en scène.
"Après presque six mois d'enquêtes, je peux prouver sans aucun doute que la scène de l'hôpital de Douma a été mise en scène. Aucun décès n'est survenu à l'hôpital. Tous les Casques blancs, activistes et personnes avec qui j'ai parlé sont dans les zones d'Idlib ou de l'est de l'Euphrate. Une seule personne était à Damas."
"L'attaque a eu lieu, le sarin n'a pas été utilisé, mais nous devons attendre les conclusions de l'OIAC pour confirmer si du chlore a été utilisé. Mais tout le reste qui est lié à l'attaque a été fabriqué pour renforcer l'effet", indique-t-il.
Plus tôt, des pays occidentaux avaient accusé Damas d'une attaque chimique contre la ville syrienne de Douma, dans la Ghouta orientale et l'avaient menacé de frappes. Pour prouver l'attaque, l'organisation connue comme les Casques blancs avait utilisé des images montrant des habitants de cette agglomération, dont des enfants, à l'hôpital et les médecins tentant de les sauver.
La diplomatie russe a alors déclaré que le but des intoxs au sujet de recours aux substances chimiques en Syrie était de justifier les frappes étrangères sur ce pays proche-oriental. Dès le 13 mars, l'état-major des Forces armées de Russie avait prévenu d'une provocation avec la mise en scène d'une attaque chimique préparée par des extrémistes dans la Ghouta orientale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.