Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Le FLN s'entre-déchire    Le FFS se fissure    Les décrets publiés au JO    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Le Snapo tire la sonnette d'alarme !    Des experts mettent en garde    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    Sélection algérienne : Décrassage pour les titulaires, entraînement pour les remplaçants contre la Gambie    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    L'ADE de Chlef rassure : «L'eau du robinet est sans risque pour la santé»    FABB.. Les compétitions gelées jusqu'à l'élection d'un nouveau président    Aymen Mathlouthi, gardien de but de la Tunisie : «On a pris un ascendant sur les Algériens ces dernières années»    Argentine.. L'absence de Lionel Messi au Maroc va coûter cher    Washington reconnaîtra aujourd'hui la souveraineté d'Israël sur le Golan occupé.. Crime avec préméditation    Alors que Mihoubi est partant.. Abdelkader Bendamèche à la tête de l'Aarc    Accidents de la circulation.. 8 morts et 22 blessés en 24 heures    POUR PARLER DE LA SITUATION DU PAYS : Le SG du RND convoque les cadres de son parti    Mali: plus de 130 civils tués dans l'attaque d'un village peul    MASCARA : 4014 unités de vin saisies à Khalouia    SES LEADERS CHASSES DES MANIFESTATIONS : L'opposition tente de se positionner    LOUISA HANOUNE : Le FLN et le RND accusés d'attitude ‘'vicieuse''    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    Imposante marche des avocats à Alger    Faire sa crème anticellulite maison    L'association El Rahma au chevet des femmes    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    Eliminatoires CAN-U23 : L'EN olympique prend option    70 logements réalisés en 2007 dans la commune de Oued Goucine (Chlef).. Les habitants réclament leur distribution    Pour vol avec violence: Trois malfaiteurs sous les verrous    Les «hommes» du ministre    Evaluée à 4,1% en février.. L'inflation se stabilise    La réunion avec les présidents de Ligues et de sections annulée    Guterres appelle à s'unir contre l'islamophobie    HBO a caché 6 trônes de fer à travers le monde    Toutânkhamon, le roi oublié    Depuis nos plus lointains ancêtres à nos jours    Les recommandations du FMI    Voitures électriques : Tesla baisse encore le prix de la Model 3    Près de 100 morts dans le naufrage d'un bac à Mossoul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"
Publié dans Le Maghreb le 21 - 02 - 2019

Les consultations sur le règlement syrien entre les Présidents iranien, russe et turc qui se sont déroulées le 14 février à Sotchi ont été "très fructueuses et utiles", a déclaré à la télévision nationale Recep Tayyip Erdogan. Le parlementaire turc Ismail Emrah Karael a commenté les résultats de ce sommet tripartite pour Sputnik.

Le format d'Astana avec la participation de l'Iran, de la Russie et de la Turquie est très important pour la résolution de la crise syrienne, a déclaré à Sputnik Ismail Emrah Karael, député au parlement turc qui y représente le Parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir), au sujet de la récente rencontre tripartite à Sotchi entre Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine et Hassan Rohani.
"En dépit de toutes les tentatives déployées par différentes forces pour entraver le déroulement du processus de négociations dans le format d'Astana, les démarches effectuées à l'issue des rencontres entre les dirigeants de ces trois pays sont extrêmement importantes. Nous constatons qu'après chacune de ces rencontres tripartites, nous nous rapprochons de plus en plus du règlement en Syrie. Par ailleurs, une étroite coopération régionale est très importante pour la stabilité future du Proche-Orient", a souligné l'interlocuteur de l'agence.
Et d'ajouter que les trois pays avaient une position commune concernant l'écriture d'une nouvelle Constitution de la Syrie, la mise en place d'une nouvelle administration dans ce pays et l'organisation des élections.
"Ce sont des processus très compliqués, mais nous constatons que l'action menée par les parties rende possible la réalisation de ces processus", a noté le Turc.
Selon ce dernier, la Turquie ne permettra pas l'ouverture de corridor terroriste au sud de ses frontières.
"Nous avons plus d'une fois déclaré haut et fort que les États-Unis devraient cesser de soutenir les éléments terroristes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Quoi qu'il en soit, la Turquie est à même d'en venir à bout dans la région. Et nous l'avons déjà vu lors des opérations "Bouclier de l'Euphrate" et "Rameau d'olivier"", a rappelé l'interlocuteur de Sputnik.

"La guerre en Syrie touche à sa fin et un grand travail de reconstruction s'impose"
En marge du Salon international de la défense, IDEX 2019, à Abou Dhabi, le directeur général de l'entreprise d'État russe Rostec Sergueï Tchemezov a parlé, dans un entretien accordé à Sputnik, des impératifs du redressement de la Syrie après la guerre et des possibilités de son groupe dans ce domaine.
La reconstruction de la Syrie après la guerre sera une tâche considérable, a déclaré à Sputnik Sergueï Tchemezov, P-DG du groupe public russe Rostec, en marge du Salon international de la défense, IDEX 2019, à Abou Dhabi.
"Le groupe Rostec et ses holdings possèdent les compétences nécessaires pour réaliser des projets d'infrastructures et sont prêts à livrer le matériel et les équipements indispensables pour cela", a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.
Et de rappeler que le rétablissement des communications ferroviaires figurait sans doute parmi les priorités des autorités syriennes.
"Ainsi, le fabricant Ouralvagonzavod (OuVZ) est prêt à fournir à nos partenaires syriens une large gamme de matériel roulant, y compris des citernes, des wagons à bords bas et des plateformes dans des quantités nécessaires pour rénover le parc des chemins de fer du pays", a précisé M. Tchemezov.
Et d'ajouter que les Syriens s'intéressaient aussi beaucoup à des machines nécessaires dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics.
"Rostec en produit à Ouralvagonzavod. Il s'agit en premier lieu des chargeurs frontaux, de puissants bulldozers et de tracteurs lourds. Le modèle ultramoderne du tracteur DET-400 aux commandes électroniques suscite notamment un très vif intérêt. La Syrie a grand besoin de ce genre de matériel. Des spécialistes syriens ont visité Ouralvagonzavod pour le découvrir.
La guerre en Syrie touche à sa fin et un grand travail de reconstruction s'impose. Nous sommes prêts à livrer tout le matériel requis pour cela", a souligné le responsable.
Selon ce dernier, le matériel produit à Ouralvagonzavod, notamment des bulldozers, des chargeurs et des tracteurs pipe-layer, possède un puissant potentiel sur les marchés du Proche-Orient et d'Afrique du Nord.
"Par ailleurs, dans le cadre de la diversification de sa production, Ouralvagonzavod propose un projet d'usine de triage d'ordures. C'est un volet très prometteur qui permet un triage automatisé d'environ 100.000 tonnes de déchets ménagers solides par an, en en tirant jusqu'à 30% de ressources secondaires et en sélectionnant en profondeur jusqu'à 90% des fractions. Les résidus sont biodégradés ou brûlés avec un impact minimum pour l'environnement", a résumé le directeur général du Rostec.
Ouralvagonzavod est un très grand fabricant de chars de combat qui produit également des véhicules civils comme des tracteurs et des bus.

L'Irak deviendra-t-il une "zone de transit" pour les troupes US?
Washington et Bagdad ont conclu un accord qui prévoit que le retrait des troupes américaines de Syrie sera effectué via l'Irak, a indiqué Abdulkarim Hashim Mostafa, conseiller du Premier ministre irakien et chef de son administration, en marge d'une conférence organisée par le club de discussion Valdaï.
Dès qu'ils auront mis fin à leur opération militaire à l'est de l'Euphrate et à Baghouz, les États-Unis lanceront le retrait de leurs troupes de Syrie. L'Irak deviendra alors une "zone de transit", a expliqué Abdulkarim Hashim Mostafa, conseiller du Premier ministre irakien et chef de son administration, en marge d'une conférence organisée par le club de discussion Valdaï.
Selon lui, Bagdad et Washington ont conclu un accord en ce sens.
"Au plus tard le 1er avril, tout devrait être terminé, c'est ce que les États-Unis nous ont dit. Dès que leur opération à l'est de l'Euphrate et à Baghouz sera terminée, ils commenceront à retirer leurs troupes", a expliqué Abdulkarim Hashim Mostafa.
Interrogé par Sputnik, Sean Robertson, représentant du Pentagone, n'a ni confirmé ni démenti les informations selon lesquelles les soldats américains quitteraient la Syrie via l'Irak d'ici au 1er avril.
"Notre but est de retirer nos troupes de Syrie de manière contrôlée et ordonnée, ce qui ne prévoit pas de délais précis", a-t-il notamment dit.
Le 19 décembre 2018, Donald Trump a annoncé le départ le plus rapidement possible des militaires américains de Syrie, martelant que les États-Unis ne joueraient plus le rôle de "gendarme du Moyen-Orient".
Par la suite, la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, a annoncé que les États-Unis avaient commencé à retirer leurs troupes de Syrie, tout en soulignant que la victoire sur les djihadistes de Daech ne signifiait pas la fin de la coalition antiterroriste dirigée par Washington.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.