Des milliers de manifestants se dirigent vers la Place des martyrs    Fin du délai de dépôt des candidatures aujourd'hui    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Boumerdes : intoxication de 41 élèves à Chaâbet El Ameur    Les algérois manifestent malgré la répression    MCO - Mekkaoui: «Prendre au sérieux ce match du NAHD»    Lancés dans le bain avec succès, Louizini et Djahdou représentent l'avenir du club    CSC - El Amri: «Face à l'USMA, on respectera l'éthique»    Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant    Indonésie: sept morts dans des affrontements post-électoraux    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Norvège: le chômage a son plus bas niveau en mars    Le rebond économique mondial compromis par la guerre commerciale    VENDREDI 14ème : Une transition pour rouvrir l'espace-nation algérien obstrué    Le Front Polisario regrette la démission de Horst Kohler    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    14e vendredi de marche : Le peuple dit non à l'élection du 4 juillet    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    En bref…    L'ES Tunis veut prendre une option face au WA Casablanca    Annaba : Le wali interdit un iftar collectif en présence de maître Bouchachi    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Cher futur Président, je te veux…    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    Le trip de l'amour et ses revers    La presse a toujours été le souffre-douleur des régimes…    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Le duel jusqu'au bout !    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Travaux Publics : Un système de surveillance pour assurer la durabilité des ouvrages d'art
Publié dans Le Maghreb le 12 - 03 - 2019

L'entretien fréquent de ouvrages d'art en Algérie nécessitent un système de surveillance et de gestion permanent du patrimoine routier, ont souligné dimanche à Alger des experts participant au 4ème congrès de l'Association algérienne des routes.
"Les ouvrages d'art ont besoin d'un suivi et d'un contrôle permanents pour s'assurer d'une exploitation normale avec un niveau de service acceptable.
En Algérie, il y a un manque en matière d'inspection et d'intervention régulière sur ce types d'ouvrages", a indiqué le P-DG de l'entreprise GITRA, Rachid Bayasli, lors d'un atelier dédié à l'entretien des ouvrages d'art.
Selon lui, les ouvrages d'art doivent faire l'objet de visites périodiques pour vérifier leur fonctionnement, leur comportement mécanique, ainsi que l'intégrité des matériaux les constituant, à travers des "canevas-type" conformément à une méthodologie préétablie dans l'instruction technique pour la surveillance et l'entretien de ce type de constructions. Suite à ces visites périodiques, les équipes d'entretien peuvent recourir à une inspection détaillée permettant d'établir un diagnostic exhaustif de l'ouvrage afin d'avoir un "bilan de santé" de l'ouvrage.
En effet, "les ouvrages sont des structures vivantes qui s'interagissent avec leur milieu externe et s'influencent mutuellement. Ils subissent des dégradations en relation avec le sol de fondation, les attaques climatiques et l'humidité", a-t-il expliqué. En sus, les ouvrages d'art sont confrontés, tout au long de leur vie, à des trafics routiers ou ferroviaires de plus en plus agressifs.
"Les ouvrages sont donc le siège de diverses menaces pouvant engendrer des insuffisances structurelles (perte de résistance, déformations excessives) et non structurelles (dispositifs de sécurité, altération de surfaces, défauts de fonctionnements des équipements)", a-t-il noté.
De son côté, la chef de projet à l'Organisme national de contrôle technique des travaux publics (CTTP), Nassima Maameri, a plaidé pour une politique de gestion de risques sur les ouvrages d'art notamment ceux liés au glissement de terrain, tout en insistant sur l'importance de mener des investigations géotechniques sur les zones de projets.
Selon lui, le maître d'ouvrage ne devrait pas trop lésiner sur le coût d'une étude géotechnique, car ce coût beaucoup moins élevé que celui des travaux qu'elle conditionne et qu'il est dérisoire par rapport au coût de l'ouvrage.
Pour faire face à ces risques, elle recommande d'établir une programmation "efficace" d'actions par priorité et une chronologie d'intervention élaborée avec un souci technico-économique.
"Une cartographie des risques très complète sur itinéraires, est nécessaire à tout aménagement, en utilisant les systèmes d'information géographiques qui devra constituer un support d'aide à la décision et un support de base pour les actions à mener", a-t-elle soutenu.
Quant à l'expert Rabah Arab, il a mis l'accent sur l'importance de tirer profit des innovations réalisées dans le domaine du renforcement des sols notamment celles en relation avec les murs de soutènement et de remblais renforcés.
Le professeur à l'Ecole nationale supérieure des travaux publics (ENSTP), Ferhat Fedghouche a, pour sa part, appelé à une meilleure collaboration entre architectes et ingénieurs pour réaliser des ouvrages d'art durables, qui prennent également en considération l'aspect esthétique. Selon les données présentées lors de cet atelier, le nombre d'ouvrages d'art en Algérie est de l'ordre de 10.000 unités pour le réseau routier et de 2.000 pour le réseau ferroviaire, dont une grande partie construite au début du siècle nécessitant des opérations de réhabilitation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.