DGSN: la salle omisports de Kouba baptisée du nom de Hacène Lalmas    Rencontre nationale sur les coopératives théâtrales les 28 et 29 mars    Plan d'urgence en cours d'élaboration pour relancer le sport d'élite en Algérie    Tennis/Tournoi international ITF juniors: Perez Pena et Mehdi Sadaoui sacrés    La résilience du régime algérien    Appel au parachèvement du processus de mutation démocratique pour l'édification de la nouvelle Algérie    Sahara occidental: Brahim Ghali réitère son appel à l'ONU à assumer ses responsabilités    Mokri appelle à prévenir les "conflits d'intérêt" et à œuvrer à édifier un Etat de droit    Parti FFS : Démission collective de membres de l'Instance Présidentielle    APRES UNE VISITE D'ETAT EN ARABIE SAOUDITE : Le Président Tebboune regagne Alger    Djerad félicite le nouveau chef du gouvernement tunisien pour sa prise de fonctions    FORMATION AU METIER D'AVOCAT : Le concours d'accès au CAPA relève de l'UNOA    Le procès Hamel et Tayeb Louh reporté au 19 mars    POUR NON-CONFORMITE DE LA POUDRE DE LAIT UTILISEE : Fermeture d'une laiterie privée à Mostaganem    CORONAVIRUS : L'Algérie n'a enregistré aucun autre cas positif    TRIBUNAL SIDI M'HAMED : Kamel Chikhi condamné à 8 ans de prison ferme    Les locaux de Logitrans auraient été perquisitionnés    SANS SALAIRE DEPUIS 7 MOIS : Les journalistes de ‘'Temps d'Algérie'' interpellent le Président    Arsenal: l'immense déception d'Arteta    Le hirak entame sa 2e année en force    CRISE DU LAIT EN SACHET : La spéculation perdure à Oran    LOGEMENTS SOCIO-LOCATIFS DE FRENDA (TIARET) : La liste des 1183 logements sera connue le 16 avril    Des enfants inventeurs reçus par les ministres Sid Ali Khaldi et Yacine Djeridane    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Coronavirus: le Premier ministre instruit les parties concernées à prendre les mesures nécessaires    Juventus: l'avenir de Sarri lié à Lyon ?    Décès d'Idriss El Djazairi : une carrière vouée aux bonnes causes    LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES    Algérie- Maroc : conjuguer le Hirak au pluriel maghrébin    MOULOUD MAMMERI UNE MORT INJUSTE    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    Blida: report du procès de Abdelghani Hamel et de Berrachdi au 19 mars prochain    Dziri quitte l'USM Alger    Berraf maintient sa démission du COA    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    L'Espagne et la France fustigées    T'es pas mon frère !    Les revendeurs «partenaires»    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Travaux Publics : Un système de surveillance pour assurer la durabilité des ouvrages d'art
Publié dans Le Maghreb le 12 - 03 - 2019

L'entretien fréquent de ouvrages d'art en Algérie nécessitent un système de surveillance et de gestion permanent du patrimoine routier, ont souligné dimanche à Alger des experts participant au 4ème congrès de l'Association algérienne des routes.
"Les ouvrages d'art ont besoin d'un suivi et d'un contrôle permanents pour s'assurer d'une exploitation normale avec un niveau de service acceptable.
En Algérie, il y a un manque en matière d'inspection et d'intervention régulière sur ce types d'ouvrages", a indiqué le P-DG de l'entreprise GITRA, Rachid Bayasli, lors d'un atelier dédié à l'entretien des ouvrages d'art.
Selon lui, les ouvrages d'art doivent faire l'objet de visites périodiques pour vérifier leur fonctionnement, leur comportement mécanique, ainsi que l'intégrité des matériaux les constituant, à travers des "canevas-type" conformément à une méthodologie préétablie dans l'instruction technique pour la surveillance et l'entretien de ce type de constructions. Suite à ces visites périodiques, les équipes d'entretien peuvent recourir à une inspection détaillée permettant d'établir un diagnostic exhaustif de l'ouvrage afin d'avoir un "bilan de santé" de l'ouvrage.
En effet, "les ouvrages sont des structures vivantes qui s'interagissent avec leur milieu externe et s'influencent mutuellement. Ils subissent des dégradations en relation avec le sol de fondation, les attaques climatiques et l'humidité", a-t-il expliqué. En sus, les ouvrages d'art sont confrontés, tout au long de leur vie, à des trafics routiers ou ferroviaires de plus en plus agressifs.
"Les ouvrages sont donc le siège de diverses menaces pouvant engendrer des insuffisances structurelles (perte de résistance, déformations excessives) et non structurelles (dispositifs de sécurité, altération de surfaces, défauts de fonctionnements des équipements)", a-t-il noté.
De son côté, la chef de projet à l'Organisme national de contrôle technique des travaux publics (CTTP), Nassima Maameri, a plaidé pour une politique de gestion de risques sur les ouvrages d'art notamment ceux liés au glissement de terrain, tout en insistant sur l'importance de mener des investigations géotechniques sur les zones de projets.
Selon lui, le maître d'ouvrage ne devrait pas trop lésiner sur le coût d'une étude géotechnique, car ce coût beaucoup moins élevé que celui des travaux qu'elle conditionne et qu'il est dérisoire par rapport au coût de l'ouvrage.
Pour faire face à ces risques, elle recommande d'établir une programmation "efficace" d'actions par priorité et une chronologie d'intervention élaborée avec un souci technico-économique.
"Une cartographie des risques très complète sur itinéraires, est nécessaire à tout aménagement, en utilisant les systèmes d'information géographiques qui devra constituer un support d'aide à la décision et un support de base pour les actions à mener", a-t-elle soutenu.
Quant à l'expert Rabah Arab, il a mis l'accent sur l'importance de tirer profit des innovations réalisées dans le domaine du renforcement des sols notamment celles en relation avec les murs de soutènement et de remblais renforcés.
Le professeur à l'Ecole nationale supérieure des travaux publics (ENSTP), Ferhat Fedghouche a, pour sa part, appelé à une meilleure collaboration entre architectes et ingénieurs pour réaliser des ouvrages d'art durables, qui prennent également en considération l'aspect esthétique. Selon les données présentées lors de cet atelier, le nombre d'ouvrages d'art en Algérie est de l'ordre de 10.000 unités pour le réseau routier et de 2.000 pour le réseau ferroviaire, dont une grande partie construite au début du siècle nécessitant des opérations de réhabilitation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.