Pour une commission de transition et une transparence des élections    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Installation des Commissions de candidatures et de recours    Médaille d'or pour l'Algérien Ameur sur 10 000 m marche    L'Algérien Sahnoune qualifié aux JO-2020    De nouveaux projets bientôt lancés    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Crise politique et crise de nerfs    Paëlla    Le fait de se réveiller toujours fatigué, malgré de longues nuits de sommeil, est-il un signe d'insomnie ?    Manchester City-Tottenham acte 3    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Masques spécial peaux grasses et sèches    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation
Publié dans Le Maghreb le 19 - 03 - 2019

Les Oulémas, imams et prédicateurs des pays du Sahel, ont convenu, jeudi dernier à Abidjan (Côte d'Ivoire), de doubler d'efforts en matière de la promotion du développement local pour prévenir la radicalisation et l'extrémisme violent dans la région. Dans le communiqué final sanctionnant les travaux du 9ème atelier régional sur "le rôle des leaders religieux dans la promotion du développement local pour la lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent", Ligue des Oulémas, prêcheurs et imams du Sahel (LOPIS) a indiqué que les leadeurs religieux sont appelés à "être plus actifs et plus présents dans la société, par leurs orientations et leur encadrement des populations dans le domaine du développement local, en impliquant la femme". Pour ce faire, selon le même texte, la ligue a préconisé, d'un côté, "la réhabilitation des waqfs et de la zakat, en tant qu'institution, et les orienter vers le développement local" ainsi que "la promotion de l'action caritative et lui donner un caractère institutionnel et officiel". De l'autre côté, "la vulgarisation, en termes de connaissance, tout ce qui a trait aux mécanismes de finance, inspirés de la charia, dans le domaine du développement local. La LOPIS a également appelé dans son communiqué final à organiser des sessions de formation, au profit des imams, afin de les sensibiliser sur le rôle des leaders religieux quant à œuvrer pour le développement de la société et sa préservation contre l'un des vecteurs de la radicalisation et l'extrémisme violent, à savoir la pauvreté. Ont pris part à cet atelier, organisé en partenariat avec l'Unité de Fusion et de Liaison (UFL), en plus du pays hôte, la Côte d'Ivoire, les membres du bureau exécutif représentant : l'Algérie, la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Burkina Faso, la guinée, le Sénégal et le Tchad. Le Centre Africain des Etudes et de Recherche sur le Terrorisme (CAERT), la mission de l'Union africaine pour le Mali et le Sahel (MISAHEL) et le comité des services de renseignement africains (CISSA) étaient également représentés par leurs experts. La cérémonie d'ouverture officielle des travaux a été présidée par M. Vassiriki Traore, coordonnateur ivoirien du Renseignement (CNR), Conseiller spécial du président de la République, qui a représenté le ministre ivoirien de l'Intérieur et de la Sécurité, Sidiki Diakité.
Le rôle des leaders religieux dans le développement local
La Ligue des Oulémas, prêcheurs et imams du Sahel (LOPIS) a organisé à Abidjan (Côte d'Ivoire) le 9ème atelier régional sur "le rôle des leaders religieux dans la promotion du développement local pour la lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent". "Cette rencontre sera une occasion pour mettre en relief le rôle des leaders religieux dans la promotion du développement local au Sahel et une opportunité pour l'échange d'expériences entre les pays de la région pour une lutte efficace contre la radicalisation et l'extrémisme violent", a indiqué à l'APS le secrétaire général de la Ligue, Youcef Belmahdi. Prennent part à cet atelier de deux jours consacré à l'échange d'expertises, de nombreux Imams, prédicateurs et oulémas des pays membres de la Ligue à savoir l'Algérie, la Mauritanie, le Mali, le Nigeria, le Niger, le Burkina Fasso et le Tchad, ainsi la Côte d'Ivoire, Sénégal et Guinée. La rencontre verra également la présence de représentants du gouvernement du pays hôte. "Ce qui caractérise cet atelier est d'étudier des programmes pratiques pour assécher les sources du terrorisme, qui se propage pour différentes raison telles que l'ignorance et la pauvreté", a indiqué déclaré M. Belmahdi, soulignant que la pauvreté constitue -"un terrain fertile aux groupes terroristes pour mobiliser les jeunes chômeurs et leur exploitation". "La LOPIS considère que le développement économique et les projets productifs réduisent le taux de chômage, c'est pourquoi il est nécessaire d'actionner quelques dispositifs islamiques à l'instar de la Zakat et l'investissement dans ses revenus, ainsi que la revitalisation des wakfs et les habous en vue de leur développement", a-t-il expliqué. Organisé par la Ligue en collaboration avec l'Unité de fusion et de liaison (UFL) des pays du Sahel, l'atelier verra également la participation du Centre africain des études et recherches sur le terrorisme (CAERT) relevant de l'Union africaine (UA), du Comité des services d`intelligence et de renseignement d'Afrique (CISSA) et la mission de l'UA pour le Mali et le Sahel (MISAHEL). Il s'agit du 9ème atelier du genre après une série de huit éditions similaires organisés dans des pays de la sous-région durant les dernières années sur différents thèmes dont "l'éducation religieuse dans les pays du processus de Nouakchott", "le rôle des Oulémas de la région du Sahel dans la protection des jeunes contre l'extrémisme et l'extrémisme violent" et "les valeurs de cohabitation pacifique face à l'extrémisme religieux et l'extrémisme violent". L'atelier intervient en concrétisation des résultats des ateliers précédents de la Ligue, notamment la Déclaration de Dakar (mai 2016), issu du 4e atelier régional qui a mis l'accent sur la nécessaire adoption d'une politique anticipative à travers la production d'un discours opposé aux idéologies extrémistes susceptible de prémunir les pays de la région contre l'extrémisme et le terrorisme. Le même atelier avait plaidé pour le renforcement de la référence religieuse authentique chez les peuples des pays du Sahel qui prône les valeurs de tolérance et de paix. Quant aux recommandations de la rencontre de Ndjamena (janvier 2017), elles avaient insisté sur la nécessité de revoir le discours religieux pour faire face aux tentatives d'endoctrinement et de radicalisation des jeunes, appelant à "accorder une importance particulière à la catégorie des jeunes, pour les protéger des groupes terroristes extrémistes". Ces ateliers sont organisés en partenariat avec l'unité de fusion et de liaison (UFL), crée en 2010, qui est un mécanisme régional de coordination sécuritaire et d'échange d'expériences et de bonnes pratiques entre les pays du Sahel en matière de lutte contre le terrorisme et de l'extrémisme violent, chargé de la coordination entre les pays de la région et de la relance des efforts de la société civile en matière de prévention contre l'extrémisme et la radicalisation.
Éradiquer le terrorisme au Sahel
La mise en œuvre d'une politique de prévention efficace de la radicalisation est aujourd'hui une priorité pour la région du Sahel caractérisée par la montée du radicalisme et de l'extrémisme violent et du terrorisme, a estimé à Abidjan, Ameur DAHMANI, représentant du le Centre Africain d'Etudes et de Recherche sur le Terrorisme, (CAERT).
"Pour protéger notre société, il nous faut continuer de lutter contre le terrorisme mais aussi prévenir efficacement la radicalisation. C'est le sens du plan +prévenir pour protéger+", a souligné le représentant du CAERT lors de son intervention au 9ème atelier régional sur "le rôle des leaders religieux dans la promotion du développement local pour la lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent".
"La jeunesse est fortement affectée par le phénomène de la radicalisation et l'extrémisme violent dans la mesure où l'endoctrinement "radical" trouve une écoute particulière parmi ce public qui, nous le savons, vit une phase plus ou moins longue de transition avec son lot d'interrogations, de précarités, d'incertitudes, d'inégalités et d'angoisse", a-t-il expliqué.
C'est pourquoi l'intervenant a préconisé de faire un travail sur la logique de transmission de valeurs et de consolider les préceptes et les enseignements concernant la bonne conduite, mais aussi la refonte du système éducatif et de l'enseignement.
M. Dahmani, également Expert en Cybersecurité, Cybercriminalité, a mis en exergue l'éducation aux médias, qui devient une urgence contre la radicalisation cognitive des jeunes, puisque les médias et l'internet, selon lui, pèsent parfois autant que le prêche des imams.
Les travaux du 9ème atelier régional sur "le rôle des leaders religieux dans la promotion du développement local pour la lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent" ont débuté mercredi à Abidjan (Côte d'Ivoire) avec la participation de plus de 60 imams et leader religieux et des représentants du gouvernement ivoirien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.