Issad Rebrab placé sous mandat de dépôt    En l'absence de Bensalah: Une conférence vidée de politique et des interrogations    Trafic d'influence, détournement de foncier, transferts de fonds vers l'étranger...: Les frères Kouninef et Rebrab présentés au procureur    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Tizi-Ouzou - Victime d'un accident: Un supporter du MCO succombe à ses blessures    USM Annaba: C'est la chute libre    Football - Ligue 2: Qui accompagnera l'USMB et le RCK en DNA ?    Alger: Cinq morts dans un effondrement    Constantine - Sit-in de demandeurs de logements devant la wilaya    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    L'exception algérienne    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Le GNL russe bat des records en Europe : Un moment éphémère ou nouvelle tendance ?    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Le baril "accompagne" le Hirak    Des débuts prometteurs    Plus de peur que de mal    Ça chauffe à Aïn Berda    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    Qui succédera à Ould Abbès    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record
Publié dans Le Maghreb le 25 - 03 - 2019

Publicis compte sur sa percée dans le conseil aux entreprises confrontées au tsunami numérique pour faire face à l'érosion des dépenses de ses clients de la grande consommation qui ont lesté sa croissance en 2018.

Dans un communiqué diffusé mercredi après la clôture de la Bourse, le numéro trois mondial de la publicité a livré des résultats annuels contrastés marqués par une progression supérieure aux objectifs qu'il s'était fixés de sa marge opérationnelle comme de son résultat net par action qui a atteint un record.
Sa croissance en revanche a calé, atteignant +0,1% à données comparables pour un revenu net de 8,97 milliards d'euros, pénalisée par l'érosion des investissements des géants du secteur de la grande consommation qui génèrent un quart de son chiffre d'affaires.
En excluant l'activité en difficultés de visiteurs médicaux, Publicis Health Services, cédée en janvier, la croissance organique, l'indicateur clef du secteur de la publicité, s'est élevée à +0,8% en 2018.
Sur les seuls trois derniers mois de l'année, le français a dégagé un revenu net de 2,49 milliards d'euros, en repli de 0,3% à données comparables (+0,5% hors PHS), alors que les investisseurs s'attendaient en moyenne à une progression de 2,5% selon un consensus de marché.
"0n a clairement une attrition de nos revenus sur la publicité traditionnelle sur les FMCG ( "Fast Moving consumer Goods") aux Etats-Unis. Ce sont des clients qui soit ont coupé leurs budgets soit fait un transfert dans leurs dépenses marketing", a expliqué à des journalistes le président du directoire Arthur Sadoun, évaluant à 150 millions d'euros le manque à gagner.
En dépit de ces vents contraires qui affectent l'ensemble du secteur, le groupe basé à Paris a amélioré de 60 points de base son taux de marge opérationnelle qui atteint 16,7% tandis que le résultat net courant part du groupe a bondi de 10,3% à 4,72 euros, à la faveur de la simplification de l'organisation du groupe.

Cap sur les acquisitions
Dans le même temps, Publicis s'est hissé l'an dernier à la première place du podium des gains de nouveaux budgets, selon des calculs de JPMorgan et de Goldman Sachs, ce qui devrait se traduire dans ses chiffres au fur et à mesure des prochains trimestres.
Le publicitaire, qui a décroché en fin d'année des budgets à plus d'un milliard de dollars de GSK et Fiat Chrysler, y voit la pertinence de son nouveau modèle conjuguant marketing et conseil dans une organisation remaniée afin de faire travailler ensemble les myriades d'agences de la société.
Pour 2019, Publicis vise une croissance organique supérieure à celle de 2018, en dépit d'un début d'année qui devrait rester pénalisé par le secteur de la grande consommation. La société confirme ses objectifs 2020 dont la prévision d'une croissance de 4%.
"Nous avons fait la démonstration de notre attractivité et nous avons fait la démonstration que dans un marché qui est challengé, on sait créer de la valeur additionnelle, avec un EPS (bénéfice par action) qui augmente", a fait valoir Arthur Sadoun qui veut encore accélérer la transformation de Publicis.
Le groupe, qui affiche une trésorerie nette positive à hauteur de 196 millions d'euros, veut notamment mettre l'accent sur les acquisitions dans les secteurs où il veut faire la différence comme l'exploitation des données, avec une enveloppe d'environ 300 à 500 millions d'euros.
Faute d'avoir utilisé à plein ce budget en 2018, Publicis prévoit de procéder à des rachats d'actions pour un montant de 400 millions d'euros tandis que son dividende est porté à 2,12 euros par action, soit un taux de distribution de 45%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.