Nouvelles accusation contre Anis Rahmani    Le procès de Hamel reporté    Les grévistes suspendus    Le DG aurait été expulsé par les autorités algériennes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Berraf dénonce un 'montage'    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Montpellier : Delort retourne le couteau dans la plaie du PSG    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Un an d'assiduité au hirak    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Les Sang et Or n'y arrivent plus    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





6ème semaine des marches à travers le pays : Des dizaines de milliers de citoyens insistent pour un "changement radical"
Publié dans Le Maghreb le 31 - 03 - 2019

Encore une fois et pour la 6e semaine consécutive plusieurs dizaines de milliers de marcheurs se sont déployés à travers les wilayas pour réclamer le " changement radical du système". Et comme, désormais de coutume, des slogans bien inspirés de l'actualité de la semaine et donc bien actualisés. Tous les messages vont vers la même direction "se débarrasser du système et faire des réformes politiques "profondes".
Partout à travers les quatre coins du pays, les marcheurs sont là à revendiquer une nouvelle République.
Ils étaient dans le Centre du pays, à Blida, Chlef, Ain Defla, Médéa, Tizi-Ouzou, Bouira, Bejaia, Boumerdès et Djelfa. Dans l'est du pays à Constantine, Oum El-Bouaghi, Khenchela, Mila, Guelma, El Tarf, Biskra, Batna, Tébessa, Souk Ahras, Skikda et Sétif, à l'Ouest Mascara, Sidi Bel-Abbes , El-Bayadh, à Mostaganem, Relizane, Saida, Tlemcen, Ain Temouchent, Tiaret et Tissemsilt. Au sud du pays Ouargla, Touggourt, Ghardaïa, Adrar et Tamanrasset.
Tous sont au rendez-vous pour réclamer, qui, le "respect de la Constitution et de la volonté du peuple". Qui pour réclamer le départ du président du Conseil de la Nation. "Un gouvernement de compétences nationales approuvées par le peuple". D'autres font un appel à l'application de l'article 7 de la Constitution, conférant au peuple la source de la souveraineté, a été le nouveau slogan scandé par les manifestants à travers les wilayas du Sud pour réclamer un changement politique "profond". Les manifestants sont sortis dans la rue, pour réclamer un changement "radical" et le départ des figures de proue du système, tout en appelant au respect de la Constitution et en mettant en avant la symbiose entre le peuple et l'Armée (Djeich-Chaâb, khawa-khawa), "source de fierté
et de confiance". Certains ont clamé à tue-tête, à travers les circuits des manifestants des slogans pour bannir le piston, le clanisme et la corruption qui a gangréné le pays et prôner l'égalité pour tous devant les droits et devoirs. Le refus de l'ingérence étrangère dans les affaires internes du pays et l'appel à la préservation de l'unité nationale et de la République ont été d'autres slogans scandés lors de ces marches qui n'ont pas dévié de leur caractère pacifique habituel (Sylmia-Sylmia).
Les marches à travers les wilayas se sont déroulées dans le calme, encadrées par un dispositif sécuritaire. Aucun dépassement ou incident n'a été signalé, a-t-on constaté.

La réponse des Algériens à la proposition de l'application de l'article 102
De plus en plus massives, les marches de vendredi, sixième édition, se sont suivies et se sont ressemblées dans les quatre coins du pays : slogans bien inspirés et actualisés à chaque fois en gagnant en ampleur selon les messages des hautes autorités du pays. Bien disciplinés, les marcheurs répondent avec vif mécontentement et une franche opposition à l'invitation de Gaid Salah, vice-ministre de la Défense, appelant à l'application de l'article 102 de la Constitution pour amorcer un début de solution à la crise, a constaté à Alger l'envoyé spécial de la radio chaine 3, Ryad Lahri.
Par ailleurs, rapport-il, des carrés de secouristes se sont structurés sur l'esplanade de la Grande-Poste et à travers les grandes places d'Alger afin d'apporter bénévolement les premiers secours aux personnes vulnérables et/ou au moindre malaise accidentel alerté. Une cinquantaine de médecins, infirmiers et secouristes sillonnent, de 10-18 heures, les foules pour aider les malaisés à se ressaisir ou les évacuer vers les centres médicaux les plus près. Lotfi Sid a relevé de son côté, pour la radio chaîne 3, que les places publiques d'Alger sont remplies tôt le matin. Des manifestants, venus des wilayas limitorophes, avaient même passé la nuit dehors sur les escaliers de la grande poste et environs.
A Biskra, la marche du sixième vendredi s'est lancée à partir de la place La Liberté, rapporte le correspondant de la chaîne 3, Abdelhamid Biskri, pour sillonner les principales artères du centre-ville, slogans chantés en chœur et avec ardeur " Silmya Silmya ! " et " Djeich, peuple khawa khawa ".
La nouveauté cette semaine c'est la sortie en masse des femmes biskries pour ajouter de l'ampleur au mouvement citoyen.
A Jijel, ce vendredi n'a pas été de tout repos pour les Jijelis qui ont battu le pavé du littoral dans la matinée, selon le correspondant Abdelhamid Zouad, pour clamer à tue-tête, à travers les circuits des manifestants des slogans pour bannir le piston, le clanisme et le corruption qui a gangréné le pays et prôner l'égalité pour tous devant les droits et devoirs.
Les jeunes ont envahi certaines côtes pour entamer une grande campagne de nettoyage des plages avant de regagner les circuits usuels de la marche jointe par des masses venant du sud de la wilaya. A Tébessa, les citoyens contestent la proposition de sortie de crise via l'article 102 de la Constitution qui sous-entend " le maintien du pouvoir encore et toujours ", comme exprimé par ce citoyen au micro de la chaine 3. Ils aspirent, dit-il, à une Algérie démocratique et développée pour le bien-être de tous les Algériens. La mobilisation pacifique s'est amplifiée à Oran dans une ambiance festive, a constaté le correspondant Hamza Belmadani. Les manifestants, dit-il, considèrent que " le 102 est la moitié de la solution " et revendiquent " le départ de tout le système ". " Le peuple restera dehors jusqu'au triomphe final ", acclame-t-on au micro de la chaîne 3, et que " le peuple marchera jusqu'au triomphe final".
Encouragé par le beau temps en ce sixième vendredi, des milliers de manifestants ont pris, avec gaieté de cœur, les voies publiques usuelles en marche à Constantine. Les slogans clamés et les pancartes revus et actualisés viennent en adéquation avec la suite à donner aux interrogations du moment répondant par le rejet de la proposition de sortie de crise en application de l'article 102 de la Constitution, a décrit la correspondante de la chaîne 3, Hayet Karboua. .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.