La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La population de Annaba : «dégagez tous»
ELLE ACCENTUE LA PRESSION SUR LE SYSTÈME
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 03 - 2019

Pour la sixième semaine consécutive, la mobilisation des citoyens de Annaba, contre les dernières tentatives du système de rester en place malgré le refus exprimé haut et fort par le peuple, est, cette fois-ci, toujours aussi importante que les cinq précédentes.
Par dizaines de milliers, la population constituée de toutes les couches de la société dont des médecins, avocats, magistrats, fonctionnaires, étudiants, simples citoyens, jeunes sans emploi, couples avec enfants, maintient la pression pour le deuxième mois consécutif. Tenant d'immenses emblèmes ou brandissant des banderoles de différentes dimensions, Ils refusent l'application de l'article 102 de la Constitution. Elle signifie, selon des avocats présents parmi les marcheurs : «Le détournement de la révolte pacifique et historique du peuple pour sauver le système ayant mis le pays à genoux, c'est clair. L'option que présente le pouvoir risque d'être inappropriée et ne règlera pas le problème.
Le peuple réclame depuis le premier vendredi, du 22 février, le départ de toutes les figures du pouvoir en place et non des propositions de raccommodage ». « Irhalou gaâ » (dégagez tous), « Hlektou leblad ya sarraqine » (vous avez détruit le pays, oh voleurs), « El djazaïr horra democratia » (l'Algérie libre et démocratique) « Echaâb yourid isqat ennidham » (le peuple veut la chute du pouvoir), « El hissab oua el iqab leli nehbou mal leblad» (justice et sanction pour ceux qui ont volé l'argent du pays). « El djeich echaâb khaoua khaoua » (le peuple et l'armée sont frères). « La nourid Bouteflika oua Saïd » (nous ne voulons ni Bouteflika ni Saïd), « silmya silmya » (pacifique) « FLN-RND dégagez ».
Les principales rues de Annaba grouillaient de monde dès la fin de la prière du vendredi. Les protestataires ralliaient le cours de la Révolution devenu au fil des vendredis le lieu d'où s'ébranle la marche sans fin.
Par groupes compacts, la procession avançait lentement vers la plage Rizi-Amor (ex-Chapuis) en empruntant le boulevard Sainte Monique, du nom de la mère de St Augustin, pour aboutir au boulevard d'un aussi grand nom de l'Algérie éternelle : Mostefa-Benboulaïd en passant par le Boulevard du 1er-Novembre-1954 d'une longueur de près de quatre kilomètres.
A. Bouacha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.