Cité Benboulaïd à Constantine : Les demandeurs de logements sociaux bloquent la ville    Zeghmati : La prochaine présidentielle, "une bouée de sauvetage" offerte au peuple algérien    Selon le ministre du Travail, Tidjani Hassan : "Le droit des litiges autorise le recours à la justice si le conflit n'est pas réglé"    Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"    Sétif: A la recherche des modalités pour harmoniser et réduire les inégalités entre les territoires    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Députée syrienne: L'armée turque encerclée quitterait Ras-al-Aïn    Ballon d'or 2019: Rapinoe, Mbappé et Van Dijk en têtes d'affiche    Le décathlonien Bouraâda: "Les Mondiaux 2020 en salle, mon premier objectif avant les JO"    Equipement sportif : Adidas perd l'un des inspirateurs de son rebond américain    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    Omnisports : Signature d'un accord-programme de pratique sportive au sein des universités    Libye SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migran    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    13ème édition des journées du court-métrage d'Annaba : 26 films en compétition    Nouvelle marche des étudiants    Lakhdar Bouregaa refuse d'être auditionné    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    Refonte prochaine du système fiscal    Le taux à 2,4 % en septembre 2019    7 postulants fins prêts    16 oeuvres de jeunes cinéastes en compétition    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    LDC : Les résultats de la soirée du mardi    TRIBUNAL MILITAIRE DE BLIDA : Le général Mehena Djebbar incarcéré    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dépose son dossier aujourd'hui    COUR D'APPEL D'ORAN : 5 ans de prison requis contre 04 passeurs de harraga    DES CHANTIERS DE LOGEMENTS A L'ARRET A ORAN : Des entreprises étrangères réclament 160 milliards à l'OPGI    Choc de mal classés à Mohammadia    La trêve turco-américaine expire ce soir    Manifestation à Kinshasa contre la corruption    Islam Slimani dans l'équipe-type de la 10e journée    La LFP avance à pas de tortue !    Synapse de Noureddine Zerrouki au Festival du court-métrage de Nouakchott    Lancement du centenaire de la naissance de Mohammed Dib en février prochain    Le HCA présent avec une vingtaine d'ouvrages    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce mardi    Forêts : Lancement d'une vaste campagne de reboisement    Alger: Le procès de deux détenus du Hirak s'ouvre aujourd'hui    Bouira: Grève des enseignants du primaire    Tirage au sort pour le choix des blocs et des étages: Attribution prochaine de 300 logements sociaux à Boutlelis    Belgaid et Cap Falcon: Deux morts et quatre blessés dans des accidents de la route    Tlemcen: Des foyers qui «boudent» le gaz naturel    Que peut apporter la diaspora pour le pays ?    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Ben Bella : "Je devais disparaitre, parce que je gênais…"
Publié dans Le Maghreb le 14 - 04 - 2019

Plus de six années après la disparation du premier président de l'Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella, certaines voix commencent à dire la vérité sur le personnage, ce qu'il représentait pour l'Algérie et pour l'Afrique. Les vérités de Ben Bella sont reprises par l'écriture de l'histoire à savoir : l'illégitimité de la domination d'un peuple sur un autre que ce soit en Algérie où ailleurs, la réalité mondiale, et non pas arabe, de la colonisation et des luttes de libération nationale, l'ingérence occidentale pour renverser les gouvernements nationalistes et révolutionnaires du Sud et maintenir les séquelles de la colonisation. Pour le Président Ben Bella, c'est le fondamentalisme évangélique qui exporte la violence.
Ahmed Ben Bella est une des hautes figures du nationalisme arabe..Il fut l'un des neufs membres du Comité révolutionnaires algérien (CRA) qui donna naissance au FLN. Arrêté de nouveau en 1956, avec cinq autres compagnons, il est détenu à la prison de la Santé jusqu'en 1962. Après la signature des accords d'Evian, il devient le premier président élu de l'Algérie indépendante. Sur le plan intérieur, il mène une politique socialiste caractérisée par un vaste programme de réforme agraire. Sur le plan international, il fait entrer l'Algérie à l'ONU et l'engage dans le mouvement des Non-alignés. Son influence grandissante dans la lutte contre l'impérialisme conduit de grandes puissances à favoriser son renversement par un coup d'état militaire. Il est placé en résidence surveillée de 1965 à 1980 ? Depuis lors, il s'est tenu à l'écart des affaires intérieures, mais continue à jouer un rôle international, notamment en tant que président de la Campagne internationale contre l'agression en Irak.
Le Président Ben Bella a payé cher le prix de son insoumission. Il l'a dit de son vivant. " Oui j'ai payé très cher mon combat pour la justice et la liberté des peuples. Mais voilà, j'ai fait ce que j'ai ressenti comme un devoir une obligation. Donc, pour moi le choix n'a pas été difficile. Quand je me suis engagé dans la lutte pour mon pays, j'étais très jeune. Mes horizons se sont ouverts. Je me suis très vite rendu compte que les problèmes allaient au-delà de l'Algérie, que la colonisation touchait quantité de peuples, que les trois quart des pays de la planète étaient colonisés d'une façon ou d'une autre. L'Algérie était alors, pour les Français, un département d'outre-mer, c'était la France de l'autre côté de la Méditerranée. La colonisation par la France en Algérie a duré longtemps : 132 ans. J'ai participé à cette lutte-là en Algérie. Tout de suite après l'indépendance, je me suis associé à tous ceux qui, dans le monde, se battaient eux aussi pour libérer leur pays. Il y a donc eu cette phase de lutte de libération nationale à laquelle j'ai participé de façon totale. En Tunisie, au Maroc, au Vietnam, l'Algérie était devenue un peu la mère des luttes de libération nationales ; les soutenir était donc pour nous une tâche sacrée ".
Evoquant le coup d'Etat de 1965, le "Zaïm ", s'est dit ne ressentir aucun mépris, " je ne ressens pas de haine. Je pense qu'ils ont participé à quelque chose qui n'était pas très propre et qui a été très dommageable, non seulement pour le peuple algérien, mais également pour les autres peuples qui comptaient alors sur notre soutien. Mon combat pour apporter de meilleures conditions de vie aux Algériens, alors plongés dans une grande misère, et mon combat pour aider les autres peuples encore colonisés à recouvrer leur liberté, dérangeait fort certains pouvoirs. De leur point de vue j'allais trop loin. Je devais disparaitre, parce que je devenais trop gênant. J'abritais pratiquement tous les mouvements de libération, y compris ceux venus d'Amérique latine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.