Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Vendredi de la mobilisation    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    L'école des gourous    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS
Publié dans Le Maghreb le 18 - 04 - 2019

Le KGB a vu le jour il y a 65 ans, le 13 mars 1954. Cette abréviation est devenue l'un des symboles soviétiques les plus connus au monde. Comment le KGB était-il organisé en réalité et a-t-il sa part de responsabilité dans l'effondrement de l'URSS?Le KGB aurait pu fêter aujourd'hui ses 65 ans, rappelle Vzgliad qui revient sur le rôle (pas joué) de la structure dans la chute de l'URSS.
Le contrôle du parti était exercé au niveau des vice-présidents du comité central. De plus, le mécanisme de "transfert de cadres" permettait à certains collaborateurs d'alterner entre des postes au KGB et au sein du parti.
Au milieu des années 1980, la jeune génération des collaborateurs en avait marre de ce système encombrant. Tous ces comités de district et de quartier ne suscitaient que des soupirs de lassitude. Et la nécessité de rejoindre le parti en tant que garantie de carrière était une sorte de rituel de "consécration en homme", selon Vzgliad.
Chez les générations des années 1980 du KGB, la "fidélité au parti" était déjà naturellement remplacée par la fidélité à d'autres intérêts publics. Dans ces conditions, l'appareil du Comité central du parti communiste soviétique n'était pas perçu comme une "section avancée de la classe ouvrière", mais comme un instrument du pouvoir étatique. La rhétorique évolutionniste, tout comme les philosophies marxiste et léniniste, n'intéressaient plus personne depuis longtemps, selon le média.
Le KGB est souvent désigné comme l'un des principaux responsables de l'effondrement de l'URSS. On entend dire qu'il "a eu un train de retard", "a eu peur", etc., et à partir de là sont tirées des conclusions profondes sur la compétence de tout le personnel du KGB durant toute son existence. Mais quand on se souvient de la situation dans les années 1980, on comprend que le problème est plus complexe.
Des centaines de textes ont été écrits à ce sujet, mais il convient de rappeler qu'en pratique, sur le terrain, le comité ne décidait pratiquement rien et était privé d'instruments qui lui auraient permis d'avoir une influence réelle sur les événements. Dans certaines républiques, le sommet du parti était tout simplement pris de panique, dans d'autres, il se solidarisait avec les nationalistes ou cherchait à les contrôler, tandis que Gorbatchev voyait la vie en rose.
Bien sûr, l'appréciation de l'activité du comité depuis 1954 dépend entièrement de la position idéologique adoptée par celui qui la formule. On pose aujourd'hui l'étiquette "KGB" sans vraiment chercher à comprendre comment cette structure fonctionnait et qui y travaillait. La "pensée KGB" et tout ce qui l'accompagne n'est qu'une réminiscence de la fin des années 1980.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.