Belaid: toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays    Hadj: les inscriptions pour le tirage au sort débuteront mercredi 11 décembre    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    Présidentielle: clôture de la campagne électorale des candidats dimanche à minuit    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    EN VISITE AU COMMANDEMENT DES FORCES TERRESTRES : Gaid Salah valorise la relation entre peuple et son Armée    POUR LA DEUXIEME FOIS : Des Mostaganémois marchent pour la présidentielle    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    SIDI BEL ABBES : Louable stratégie adoptée aux handicapés par la CNAS    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    «Aux entreprises de s'adapter !»    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord
Publié dans Le Maghreb le 22 - 04 - 2019

Deux jeunes hommes de 18 et 19 ans ont été arrêtés en Irlande du Nord dans l'enquête sur la mort de Lyra McKee, une journaliste de 29 ans tuée par balle jeudi soir lors d'affrontements à Londonderry, annonce samedi la police nord-irlandaise. Lyra McKee préparait un livre sur des disparitions de jeunes gens pendant les trente années de guerre civile en Irlande du Nord entre 1968 et 1998, auxquelles ont mis fin il y a 21 ans les "accords du Vendredi saint". Elle a été tuée alors qu'elle assistait aux émeutes qui ont éclaté dans le quartier de Creggan, un fief catholique, à la suite d'une opération de police destinée à prévenir des violences durant le week-end de Pâques, anniversaire du soulèvement de 1916 à Dublin. Sa mort ravive les inquiétudes en Irlande du Nord où, dans le contexte du Brexit et du cas particulier posé par la province, plusieurs incidents avaient déjà installé le doute sur la pérennité des accords de paix d'avril 1998. Le divorce avec l'Union européenne, que les électeurs britanniques ont approuvé en juin 2016 mais que les Nord-Irlandais ont majoritairement rejeté, fait craindre que des petits groupes marginalisés depuis vingt ans retrouvent de la vigueur. Six partis politiques d'Irlande du Nord, qui s'opposent sur la question de l'avenir de la province entre nationalistes aspirant à la réunification de l'île et unionistes partisans du maintien au sein du Royaume-Uni, ont signé un communiqué commun appelant au calme. "Le meurtre de Lyra est une attaque contre les membres de notre communauté, une attaque contre la paix et les processus démocratiques", peut-on lire dans leur appel. Les six partis, dont le Parti unioniste démocratique (DUP) et le Sinn Féin, qui fut la branche politique de l'IRA durant le conflit nord-irlandais, affichent aussi leur "unité dans la condamnation des responsables de ce crime de haine".

Vidéosurveillance
Lyra McKee, qui s'était installée à Londonderry début 2018, avait obtenu en 2006 le titre de "jeune journaliste de l'année" décerné par Sky News. "Les enquêteurs ont arrêté deux hommes, âgés de 18 et 19 ans, dans le cadre de la loi sur le terrorisme en relation avec ce meurtre", indique le communiqué de la police nord-irlandaise. Des centaines de personnes se sont rassemblées vendredi soir à travers la province pour des veillées en hommage à Lyra McKee, qui était aussi une figure connue du mouvement pour les droits de la communauté LGBT. La Première ministre britannique Theresa May a souligné que sa mort était "choquante et vraiment insensée". A Dublin, son homologue irlandais Leo Varadkar a exprimé sa tristesse et a ajouté: Nous ne pouvons pas laisser les propagateurs de la violence, de la peur et de la haine nous ramener dans le passé." Bill Clinton, ancien président américain qui a joué un rôle central dans la négociation des accords nord-irlandais de 1998, a déclaré que la mort de la jeune journaliste lui "brisait le cœur". "Nous ne pouvons pas lâcher les 21 années de paix et de progrès durement gagnés", a-t-il ajouté. Michel Barnier, le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, a pour sa part estimé samedi que "le meurtre tragique de Lyra McKee est un rappel de la fragilité de la paix en Irlande du Nord". "Nous devons tous travailler pour préserver les acquis des accords du Vendredi Saint", a-t-il ajouté sur Twitter. Pour la police nord-irlandaise, les coups de feu qui ont mortellement atteint la journaliste sont probablement le fait de militants du groupe nationaliste irlandais New IRA (Nouvelle IRA), responsable de plusieurs attaques ces dernières années. En janvier, c'est ce même groupe qui avait garé une voiture piégée devant un tribunal de Londonderry. L'explosion n'avait pas fait de victimes. Le petit parti politique Saoradh, proche des dissidents du mouvement nationaliste irlandais, a déclaré dans un communiqué que Lyra McKee avait probablement été tuée accidentellement "par un volontaire républicain" alors qu'elle se trouvait près des policiers.
La police nord-irlandais a diffusé des images tournées par les caméras de vidéosurveillance. On y aperçoit notamment la journaliste observant des jeunes gens jetant des cocktails Molotov. D'après la police, McKee a été touchée lorsqu'un homme armé a ouvert le feu en direction des forces de l'ordre.
La menace de violence est actuellement considérée comme sérieuse par les autorités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.