Mohamed Messaoudene. Porteur de projet d'agriculture bio : «Mon objectif est de promouvoir les produits agricoles locaux»    Université 8 mai 1945 de Guelma : Lancement du challenge «Instart Marathon» sur l'innovation    Laiterie de Tiaret : Onze personnes sous contrôle judiciaire    Commerces de la friperie à Constantine : Un rush qui traduit une triste réalité    2e session criminelle à Jijel : 55 affaires enrôlées    Souk Ahras : Deux escrocs en détention préventive    Parution : Des révoltes populaires aux déportations    Cinéma : Un nouveau film sur Matoub Lounès    Liga : La Real Sociedad prend la tête du classement    ANP : large participation dans la 1ère région militaire aux opérations de reboisement    6 grands bienfaits de consommer des fruits et des légumes tous les jours    Barça : Vers une démission de Bartomeu dès ce lundi ?    Mascara: Des promesses pour les porteurs de projets    Traité virtuel    Ligue 1 - Mercato: Entre les espérances et la réalité du terrain    Institut Pasteur: Covid-19 : le relâchement peut coûter très cher    La vente de produits pyrotechniques revient    Hassi Messaoud: Quatre morts dans un accident de la route    MC El Eulma: CSA - SSPA, un conflit dévastateur !    Qu'est-ce qu'un « Hirak » qui n'a pour objectif que le « Hirak» ?    Abdelmadjid Chikhi: Alger et Paris peuvent «avancer» sur les questions mémorielles    Tiaret: Exhumation des restes des corps de six martyrs    USMA: 5 cas positifs au Covid-19 "totalement asymptomatiques"    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 19e jours de la campagne référendaire    Foot-sélection nationale (U20): six cas testés positifs au Covid-19    Le conseil de la Choura de l'UMA: l'accord du cessez-le-feu en Libye, un indicateur encourageant    Des ventes promotionnelles pour dynamiser la vente des livres    Djaballeh appelle au boycott des produits français    REMISE DES CLES DES LOGEMENTS LPP : Les souscripteurs appelés à finaliser les démarches administratives    MICRO-ENTREPRISES : Les attributions du ministre délégué fixées    CAMPAGNE REFERENDAIRE : Djerad défend le projet de révision de la Constitution    Plaidoyer pour l'ouverture des frontières    L'amendement de la Constitution, acte "fondateur d'un Etat moderne et démocratique"    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Trois anciens walis dans la tourmente    Les délires d'un haineux    Convalescence    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    Le Soudan se rapproche d'Israël    "Il y a autant d'intérêts multiples pour que la paix se fasse simplement"    L'Algérie, un pays toujours pas sûr pour l'UE    La passion retrouvée    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    L'ISSUE DES BRAVADES    Le MSP pointe du doigt Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G
Publié dans Le Maghreb le 23 - 04 - 2019

Le coréen Samsung Electronics pourrait faire partie des fournisseurs d'Orange pour le déploiement de son réseau de dernière génération mobile 5G, a déclaré jeudi le P-DG de l'opérateur télécoms Stéphane Richard.
Samsung est pour l'instant surtout connu en Europe pour ses smartphones mais il cherche à monter en puissance dans la vente d'équipements mobiles face aux difficultés du numéro un Huawei, visé par des accusations d'espionnage.
Orange, qui travaille principalement aujourd'hui avec l'équipementier chinois ainsi que les européens Nokia et Ericsson, conduit actuellement des tests dans plusieurs des pays où il est présent en vue d'arrêter son choix pour le déploiement de son réseau 5G.
L'opérateur, qui compte 264 millions de clients dans 28 pays, va notamment mener cette année des expérimentations avec le matériel de Samsung dans la ville de Saint-Ouen près de Paris.
"On compte beaucoup sur Samsung parce que, comme tous les opérateurs, nous avons intérêt à ce que l'industrie des équipements soit suffisamment diverse pour qu'il n'y ait pas de dépendance qui se crée par rapport à l'un ou l'autre", a expliqué Stéphane Richard à des journalistes en marge d'une conférence dédiée à la 5G.
"Samsung évidemment fait partie des candidats très crédibles pour être un grand fournisseur en 5G d'Orange", a-t-il ajouté.
Selon le cabinet d'analyse Dell'Oro Group, le groupe sud-coréen détient seulement 3% du marché mondial des infrastructures de télécommunications, contre 28% pour Huawei.
Le groupe sud-coréen travaille notamment sur des équipements réseaux 5G avec les opérateurs américains AT&T, Verizon et Sprint et il s'est aussi associé à des opérateurs télécoms sud-coréens et des opérateurs japonais.

"Procès en sorcellerie"
Pour s'implanter en Europe, Samsung est notamment attendu sur sa capacité à y implanter des équipes locales, à mêmes de tisser des liens avec les écosystèmes en place.
Les travaux préparatoires d'Orange sont menés conjointement avec son partenaire allemand Deutsche Telekom via leur coentreprise dans les achats.
Orange prévoit également de mener des tests avec le chinois Huawei, premier équipementier télécoms mondial, accusé par plusieurs pays, Etats-Unis en tête, d'être instrumentalisé par le gouvernement chinois à des fins d'espionnage.
Aucune preuve n'a jusqu'à présent été apportée pour étayer ces soupçons et le groupe a réfuté à de nombreuses reprises ces accusations.
La controverse a toutefois conduit les Etats-Unis, l'Australie et la Nouvelle-Zélande à restreindre l'accès à leurs marchés pour la 5G.
En Europe, plusieurs pays dont la France et l'Allemagne ont choisi une voie médiane en renforçant leurs contrôles sans exclure un équipementier en particulier.
"Pas de procès en sorcellerie", a pour sa part déclaré le PDG d'Orange, qui préside également la GSMA, une fédération internationale d'opérateurs et de constructeurs de téléphonie mobile.
"Je ne souhaite pas que l'Europe soit prise en otage dans la guerre entre les Etats-Unis et la Chine. Il faut qu'on définisse nous-mêmes nos standards", a-t-il ajouté, tout en réaffirmant qu'Orange se conformerait aux réglementations des pays où il est présent.
Pour le cas particulier de la France, Orange n'utilise pas Huawei pour ses réseaux mobiles et ne prévoit pas de le faire pour la 5G, a-t-il redit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.