Ce sera le 8 juin au stade Mustapha-Tchaker    Les clubs de la région sud-est menacent de boycotter le championnat    ACTUCULT    Pain boulou    Barquettes au poulet et à la moutarde    Le douteux voisinage du Soudan    Présentation d'une exposition sur le patrimoine culturel islamique    Le patrimoine culturel des wilayas du Centre à l'honneur    Pyongyang répond par une insulte aux critiques de Bolton    Sahara Occidental : Pour les Sahraouis, la France a saboté le travail de Köhler    Sport : Des champions internationaux oubliés    11 milliards pour l'aménagement des plages    Douadi Boussella. Poète : Une passion dans les veines    Pluies au Centre et à l'Est: Des inondations et des coupures d'électricité    Alger: Incendie à l'hôpital Nefissa Hamoud    Election présidentielle: Une équation sans inconnues ?    Transition politique: Nabni se penche sur huit expériences démocratiques concluantes    Le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab: «L'Etat ne reviendra pas sur la règle du 51/49»    Le dossier de 12 hauts responsables transmis par le parquet d'Alger: Ouyahia, Sellal et d'autres ministres devant la Cour suprême    Le GS Pétroliers passe en finale    Faudrait-il un Poutine pour l'Algérie?    Comme en 1962? Comme en 1992?    L'avion de l'opposant Katumbi attend l'autorisation d'atterrir à Goma    Des médecins algériens au chevet des Rohingyas    Amazon Prime Video, bientôt lancé en France, menace Netflix    Le Thought 4 Food s'invite à Annaba    Saisie de 7,4 tonnes de cannabis au large de l'Algérie    Treize blessés dans la collision de deux bus    La pénétrante de Oued Ouchayeh dans un sale état    Le FFS appelle à un dialogue sans prélable    Jérôme Boateng sur le départ    Lopetegui convoité pour remplacer Sarri?    Fermé depuis 27 ans, le Mausolée royal de Maurétanie rouvre    Le Hirak sur la planète Mars    Le site Medias DZ a fait un sondage sur les programmes du Ramadhan    Japon : Baisse des exportations pour un cinquième mois consécutif    Situation en Libye : Smail Chergui dénonce une guerre par procuration    Européennes : LREM entre le marteau des gilets jaunes et l'enclume des divisions internes    A Oran : Les superficies consacrées aux arbres fruitiers et à la vigne en baisse    Tournoi de Sassari : Médaille de bronze pour Fateh Benferdjellah    MC Oran : le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Gouvernement : Nouvelles nominations à la tête d'entreprises publiques clés    Lacunes de sécurité et mauvaise exploitation    Quel Brexit sans Theresa May ?    L'Algérie s'opposera à la transaction    La feuille de route des Moudjahidine    Le gouvernement annonce le gel des poursuites    Programme du Planétarium de Chenoua pour lemois de Ramadhan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G
Publié dans Le Maghreb le 23 - 04 - 2019

Le coréen Samsung Electronics pourrait faire partie des fournisseurs d'Orange pour le déploiement de son réseau de dernière génération mobile 5G, a déclaré jeudi le P-DG de l'opérateur télécoms Stéphane Richard.
Samsung est pour l'instant surtout connu en Europe pour ses smartphones mais il cherche à monter en puissance dans la vente d'équipements mobiles face aux difficultés du numéro un Huawei, visé par des accusations d'espionnage.
Orange, qui travaille principalement aujourd'hui avec l'équipementier chinois ainsi que les européens Nokia et Ericsson, conduit actuellement des tests dans plusieurs des pays où il est présent en vue d'arrêter son choix pour le déploiement de son réseau 5G.
L'opérateur, qui compte 264 millions de clients dans 28 pays, va notamment mener cette année des expérimentations avec le matériel de Samsung dans la ville de Saint-Ouen près de Paris.
"On compte beaucoup sur Samsung parce que, comme tous les opérateurs, nous avons intérêt à ce que l'industrie des équipements soit suffisamment diverse pour qu'il n'y ait pas de dépendance qui se crée par rapport à l'un ou l'autre", a expliqué Stéphane Richard à des journalistes en marge d'une conférence dédiée à la 5G.
"Samsung évidemment fait partie des candidats très crédibles pour être un grand fournisseur en 5G d'Orange", a-t-il ajouté.
Selon le cabinet d'analyse Dell'Oro Group, le groupe sud-coréen détient seulement 3% du marché mondial des infrastructures de télécommunications, contre 28% pour Huawei.
Le groupe sud-coréen travaille notamment sur des équipements réseaux 5G avec les opérateurs américains AT&T, Verizon et Sprint et il s'est aussi associé à des opérateurs télécoms sud-coréens et des opérateurs japonais.

"Procès en sorcellerie"
Pour s'implanter en Europe, Samsung est notamment attendu sur sa capacité à y implanter des équipes locales, à mêmes de tisser des liens avec les écosystèmes en place.
Les travaux préparatoires d'Orange sont menés conjointement avec son partenaire allemand Deutsche Telekom via leur coentreprise dans les achats.
Orange prévoit également de mener des tests avec le chinois Huawei, premier équipementier télécoms mondial, accusé par plusieurs pays, Etats-Unis en tête, d'être instrumentalisé par le gouvernement chinois à des fins d'espionnage.
Aucune preuve n'a jusqu'à présent été apportée pour étayer ces soupçons et le groupe a réfuté à de nombreuses reprises ces accusations.
La controverse a toutefois conduit les Etats-Unis, l'Australie et la Nouvelle-Zélande à restreindre l'accès à leurs marchés pour la 5G.
En Europe, plusieurs pays dont la France et l'Allemagne ont choisi une voie médiane en renforçant leurs contrôles sans exclure un équipementier en particulier.
"Pas de procès en sorcellerie", a pour sa part déclaré le PDG d'Orange, qui préside également la GSMA, une fédération internationale d'opérateurs et de constructeurs de téléphonie mobile.
"Je ne souhaite pas que l'Europe soit prise en otage dans la guerre entre les Etats-Unis et la Chine. Il faut qu'on définisse nous-mêmes nos standards", a-t-il ajouté, tout en réaffirmant qu'Orange se conformerait aux réglementations des pays où il est présent.
Pour le cas particulier de la France, Orange n'utilise pas Huawei pour ses réseaux mobiles et ne prévoit pas de le faire pour la 5G, a-t-il redit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.