Référendum constitutionnel : début du vote dans les bureaux itinérants de zones reculées au sud    West Ham : Des débuts frustrants pour Benrahma    La manifestation pacifique à El-Guerguerat contrecarre les plans du Maroc    Référendum : affluence appréciable dans les bureaux de vote au Royaume-Uni et en Irlande    Le wali d'Alger inaugure le parking à étages et la station multimodale de la commune de Kouba    Coronavirus: 291 nouveaux cas, 187 guérisons et 8 décès    L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Début du vote pour les nomades    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Les islamistes reviennent à la charge    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    30 nouveaux notaires prêtent serment    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'espionnite occidentale contre Huawei et ZTE n'affecte pas le Maghreb
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 08 - 2012

Les compagnies chinoises, Huawei et ZTE, classées parmi les plus importants fournisseurs d'équipements télécoms dans le monde, sont soupçonnées ou accusées d'espionnage. Un rapport du Sénat français recommande d'interdire leurs équipements en France et en Europe. Leur pénétration a été limitée aux USA et interdite en Australie. Le Maghreb n'a pas été affecté par l'espionnite des Occidentaux. Les deux équipementiers y jouissent d'une importante position.
Un rapport du sénateur français, Jean-Marie Bockel, fait au nom de la commission des affaires étrangères et de la défense, rendu public le 18 juillet dernier recommande purement et simplement l'interdiction de s'équiper en routeurs Internet et autres équipement réseau fabriqués par les deux équipementiers chinois Huawei et ZTE. Le rapport qualifie «les routeurs de réseaux» d'équipements hautement sensibles «du point de vue de la sécurité des systèmes d'information».
«Rien n'empêcherait, en effet, un pays producteur de ce type d'équipements d'y placer un dispositif de surveillance, d'interception, voire un système permettant d'interrompre à tout moment l'ensemble des flux de communication», note le document. Cela d'autant plus que le fait de placer un tel dispositif de surveillance directement au cœur du «routeur de réseaux» rendrait ce dispositif presque totalement «invisible» et indétectable.
Selon le sénateur, «de forts soupçons pèsent sur la Chine en matière de provenance des attaques informatiques». ZTE est la plus grande entreprise chinoise en matière des télécommunications et Huawei est la plus grande entreprise privée en Chine. Formellement, elles ne sont pas contrôlées par l'Etat chinois, mais les occidentaux émettent des soupçons sur des présumées «relations entretenues avec le gouvernement et le comité central du parti communiste chinois», allant jusqu'à recevoir des subventions de l'Etat.
Limitées aux USA et interdites en Australie
Le rapport puise ses arguments d'une récente enquête lancée par des parlementaires américains sur les activités de Huawei et de ZTE aux Etats-Unis. «Nous sommes très inquiets par les attaques informatiques menées par le gouvernement chinois à l'encontre de nos réseaux nationaux. Notre inquiétude porte sur la possibilité pour le gouvernement chinois d'accéder par l'intermédiaire des équipements Huawei ou ZTE aux conversations téléphoniques ou aux e-mails, et qu'il puisse interrompre ou détruire les systèmes de communication», note Dutch Ruppersberger, l'un des parlementaires ayant lancé l'enquête. Les autorités ont d'ailleurs pris ces dernières années plusieurs mesures afin de limiter la pénétration des équipementiers chinois Huawei et ZTE sur le marché américain pour des raisons liées à la sécurité nationale. Elles soupçonnent que les puces, routeurs et autres équipements informatiques chinois soient équipés de «portes dérobées» permettant au gouvernement chinois d'accéder à des informations sensibles transitant par ces équipements. En Australie, les autorités ont carrément interdit aux opérateurs de télécommunications l'utilisation de «routeurs chinois» pour équiper les réseaux sur leur territoire en raison des soupçons de cyberattaques en provenance de Chine. «Nous avons la responsabilité de faire le maximum pour protéger l'intégrité des réseaux nationaux et des informations qui y circulent», a déclaré le porte-parole du gouvernement, cité dans le rapport Bockel.
Pas de problèmes apparents sur le marché maghrébin
Au Maghreb, les deux entreprises chinoises jouissent d'une place très importante au sein d'un marché des télécoms sensible aux avantages économiques de ces équipements proposés par les entreprises chinoises à moindres coûts. Les deux chinois sont très présents dans les pays maghrébins où ils s'imposent devant des leaders mondiaux en équipements de télécommunication pour équiper les opérateurs historiques et fournir les équipements et les services aux opérateurs des réseaux mobiles en en Algérie, en Tunisie, au Maroc et en Libye notamment. En Libye, ZTE et Huawei ont remporté des contrats pour l'optimisation du réseau de l'opérateur public de téléphonie mobile Libyana, la mise en place du réseau de fibre optique ; en Tunisie aussi : fourniture de système de câblage sous-marin, déploiement réseaux de Tunisie Télécom ; au Maroc : les deux entreprises travaillent avec Maroc Telecom sur l'internet et le Mobile.
En Algérie, bien que bannis tout récemment des marchés publics algériens pour une durée de deux ans après des condamnations pour corruption, trafic d'influence et blanchiment d'argent, les deux équipementiers demeurent les fournisseurs par excellence des équipements de connexion notamment pour entreprises, ministères, administrations et institutions. Algérie Télécom est même entrée en partenariat avec Huawei Telecom pour équiper ses clients. Cette entreprise est aussi un partenaire du Ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, de Mobilis et d'entreprises telle que Sonatrach. Autant dire, que les deux chinoises se positionnent très bien au Maghreb comme d'ailleurs dans toute l'Afrique grâce à une politique de prix agressive mais appropriée aux pays en développement. L'équipement à moindre coût des chinois ne suscite pas des soupçons d'espionnage dans ces pays là…du moins pour l'instant. De toute évidence, qu'il s'agisse d'Alcatel ou d'Huawei, l'équipement à bas coût que privilégient les opérateurs de télécom proviendra de la lointaine Chine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.