Les opérateurs désirant produire ou importer le gel hydro-alcoolique invités à retirer une pré-autorisation    Registre de commerce: 11.427 nouveaux inscrits en mars    Barça : Bartomeu obtient la démission de six membres de la direction    Barça : Messi réagit à la rumeur qui l'envoie à l'Inter Milan    Ouargla/Covid-19 : initiative d'un groupe de jeunes au profit de la polyclinique de Sidi-Khouiled    Coronavirus à Chlef : un médecin volontaire pour soigner les paysans dans les zones reculées    Tlemcen : Belkhir Nesrine, une infirmière face au coronavirus    Coronavirus: l'agenda culturel chamboulé en Algérie    OPEP + : Accord pour une réduction de 10 millions de barils/jour dont 200 000 barils pour l'Algérie    Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Suspension de la rotation des Casques bleus    L'Adra lance une cagnotte    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    Les marchés pétroliers entre doute et optimisme    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    La FIFA contre les championnats à blanc    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    En difficulté de remboursement de leur endettement bancaire et de renouvellement de leurs lignes de crédit d'exploitation: Dispositif particulier d'aide aux petites et moyennes entreprises publiques et privées    Education: Des syndicats et des parents d'élèves demandent le report du bac et du BEM    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    L'Armée détaille son plan de bataille    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'espionnite occidentale contre Huawei et ZTE n'affecte pas le Maghreb
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 08 - 2012

Les compagnies chinoises, Huawei et ZTE, classées parmi les plus importants fournisseurs d'équipements télécoms dans le monde, sont soupçonnées ou accusées d'espionnage. Un rapport du Sénat français recommande d'interdire leurs équipements en France et en Europe. Leur pénétration a été limitée aux USA et interdite en Australie. Le Maghreb n'a pas été affecté par l'espionnite des Occidentaux. Les deux équipementiers y jouissent d'une importante position.
Un rapport du sénateur français, Jean-Marie Bockel, fait au nom de la commission des affaires étrangères et de la défense, rendu public le 18 juillet dernier recommande purement et simplement l'interdiction de s'équiper en routeurs Internet et autres équipement réseau fabriqués par les deux équipementiers chinois Huawei et ZTE. Le rapport qualifie «les routeurs de réseaux» d'équipements hautement sensibles «du point de vue de la sécurité des systèmes d'information».
«Rien n'empêcherait, en effet, un pays producteur de ce type d'équipements d'y placer un dispositif de surveillance, d'interception, voire un système permettant d'interrompre à tout moment l'ensemble des flux de communication», note le document. Cela d'autant plus que le fait de placer un tel dispositif de surveillance directement au cœur du «routeur de réseaux» rendrait ce dispositif presque totalement «invisible» et indétectable.
Selon le sénateur, «de forts soupçons pèsent sur la Chine en matière de provenance des attaques informatiques». ZTE est la plus grande entreprise chinoise en matière des télécommunications et Huawei est la plus grande entreprise privée en Chine. Formellement, elles ne sont pas contrôlées par l'Etat chinois, mais les occidentaux émettent des soupçons sur des présumées «relations entretenues avec le gouvernement et le comité central du parti communiste chinois», allant jusqu'à recevoir des subventions de l'Etat.
Limitées aux USA et interdites en Australie
Le rapport puise ses arguments d'une récente enquête lancée par des parlementaires américains sur les activités de Huawei et de ZTE aux Etats-Unis. «Nous sommes très inquiets par les attaques informatiques menées par le gouvernement chinois à l'encontre de nos réseaux nationaux. Notre inquiétude porte sur la possibilité pour le gouvernement chinois d'accéder par l'intermédiaire des équipements Huawei ou ZTE aux conversations téléphoniques ou aux e-mails, et qu'il puisse interrompre ou détruire les systèmes de communication», note Dutch Ruppersberger, l'un des parlementaires ayant lancé l'enquête. Les autorités ont d'ailleurs pris ces dernières années plusieurs mesures afin de limiter la pénétration des équipementiers chinois Huawei et ZTE sur le marché américain pour des raisons liées à la sécurité nationale. Elles soupçonnent que les puces, routeurs et autres équipements informatiques chinois soient équipés de «portes dérobées» permettant au gouvernement chinois d'accéder à des informations sensibles transitant par ces équipements. En Australie, les autorités ont carrément interdit aux opérateurs de télécommunications l'utilisation de «routeurs chinois» pour équiper les réseaux sur leur territoire en raison des soupçons de cyberattaques en provenance de Chine. «Nous avons la responsabilité de faire le maximum pour protéger l'intégrité des réseaux nationaux et des informations qui y circulent», a déclaré le porte-parole du gouvernement, cité dans le rapport Bockel.
Pas de problèmes apparents sur le marché maghrébin
Au Maghreb, les deux entreprises chinoises jouissent d'une place très importante au sein d'un marché des télécoms sensible aux avantages économiques de ces équipements proposés par les entreprises chinoises à moindres coûts. Les deux chinois sont très présents dans les pays maghrébins où ils s'imposent devant des leaders mondiaux en équipements de télécommunication pour équiper les opérateurs historiques et fournir les équipements et les services aux opérateurs des réseaux mobiles en en Algérie, en Tunisie, au Maroc et en Libye notamment. En Libye, ZTE et Huawei ont remporté des contrats pour l'optimisation du réseau de l'opérateur public de téléphonie mobile Libyana, la mise en place du réseau de fibre optique ; en Tunisie aussi : fourniture de système de câblage sous-marin, déploiement réseaux de Tunisie Télécom ; au Maroc : les deux entreprises travaillent avec Maroc Telecom sur l'internet et le Mobile.
En Algérie, bien que bannis tout récemment des marchés publics algériens pour une durée de deux ans après des condamnations pour corruption, trafic d'influence et blanchiment d'argent, les deux équipementiers demeurent les fournisseurs par excellence des équipements de connexion notamment pour entreprises, ministères, administrations et institutions. Algérie Télécom est même entrée en partenariat avec Huawei Telecom pour équiper ses clients. Cette entreprise est aussi un partenaire du Ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, de Mobilis et d'entreprises telle que Sonatrach. Autant dire, que les deux chinoises se positionnent très bien au Maghreb comme d'ailleurs dans toute l'Afrique grâce à une politique de prix agressive mais appropriée aux pays en développement. L'équipement à moindre coût des chinois ne suscite pas des soupçons d'espionnage dans ces pays là…du moins pour l'instant. De toute évidence, qu'il s'agisse d'Alcatel ou d'Huawei, l'équipement à bas coût que privilégient les opérateurs de télécom proviendra de la lointaine Chine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.