Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"
Publié dans Le Maghreb le 25 - 04 - 2019

Il y a exactement 50 ans, le 22 avril 1969, était mis à l'eau le sous-marin nucléaire K-64, premier bâtiment du projet 705 Lira. Il avait alors accédé au sommet de la chaîne alimentaire dans le monde naval, comme son équivalent animal l'orque dominait les espèces marines. Grâce à ses technologies révolutionnaires, le K-64 était capable d'éliminer n'importe quelle cible en mer tout en restant intouchable. Les torpilles qui existaient à l'époque ne pouvaient simplement pas rattraper "Alpha" (codification que lui avait attribuée l'Otan), écrit le quotidien Rossiïskaïa Gazeta.
Le seul armement embarqué par le sous-marin était constitué de six torpilles situées à l'avant. Le bâtiment avait été conçu pour chasser les sous-marins ennemis et pour les duels. Dans l'aviation, ces appareils portent le nom de chasseurs. Le Lira était également un chasseur, mais sous-marin. Sa coque aérodynamique faisait penser à un grand prédateur marin. Un décret spécial du conseil des ministres avait autorisé le bureau d'étude 143 de Saint-Pétersbourg (actuellement bureau Malakhit) à s'écarter des normes de construction navale militaire si une telle nécessité était fondée. Et les ingénieurs ont rempli leur mission.
Le réacteur nucléaire, qui fonctionnait sur la base d'un fluide caloporteur métallique, était capricieux et créait de nombreux problèmes de maintien de température. En revanche, le sous-marin atteignait sa vitesse maximale en moins d'une minute. Sous l'eau, il naviguait à une vitesse de 41 nœuds, soit 76 km/h. Il pouvait échapper à n'importe quelle torpille et plonger jusqu'à 450 mètres de profondeur. Le système de propulsion était compact et léger, mais la complexité de la structure du Lira est entrée dans les annales. Les soudeurs virtuoses du chantier Sevmach tordaient les électrodes et utilisaient des miroirs pour réaliser des soudures entre les tuyaux et les câbles emmêlés.
Avec un déplacement d'eau de 3.000 tonnes et un équipage très réduit pour la Marine soviétique - 31 hommes dont 24 officiers, 6 maîtres principaux et un seul matelot-cuisinier - le sous-marin n'était pas de grande taille.
"Quand le sonar n'est pas contrôlé par un matelot-opérateur mais un capitaine de corvette expérimenté et aguerri, il détecte des cibles qu'aucun matériel électronique n'est capable d'identifier", explique Alexeï Potekhine, qui a commandé un Lira pendant huit ans.
L'équipage a été réduit grâce à l'installation de systèmes automatisés à grande échelle. Le K-64 est devenu le premier sous-marin doté d'un système d'information et de contrôle de combat. Il surveillait la situation autour et l'état du réacteur, tandis que le sonar actif et l'armement fonctionnaient de manière autonome - même la cambuse était mécanisée. L'équipage du sous-marin était exempt de garde dans les compartiments: toutes les informations parvenaient au poste central rempli d'indicateurs, du pont jusqu'au vaigrage. Les compartiments étaient périodiquement inspectés et le quart opérationnel se composait de seulement huit hommes.
Les Lira ont été les premiers à être dotés d'une capsule de sauvetage: en cas d'accident, l'équipage se regroupait dans une cabine flottante. Les problèmes techniques étaient nombreux, des incidents ont également eu lieu, mais en 20 ans d'exploitation des sept sous-marins de ce type aucun accident mortel ne s'est produit. Qui plus est, les marins appréciaient le projet 705 malgré sa complexité d'exploitation, le manque d'espace et le caractère nerveux du système de propulsion. Ils comprenaient que dans une bataille, le sous-marin les sauverait grâce à ses performances uniques.
Les torpilles pneumo-hydrauliques spécialement conçues pour le K-64 permettaient de tirer quelle que soit la profondeur. La coque non magnétique du sous-marin était recouverte d'un revêtement spécial absorbant les signaux des sonars. Même détecté, le Lira pouvait échapper à une attaque en accélérant ou en manœuvrant; avant de lancer lui-même une attaque en faisant un demi-tour en moins d'une minute.
Pendant leur exploitation, ces sous-marins ont pas mal gâché la vie aux sous-mariniers américains. Ils sortaient dans les zones de garde opérationnelle des sous-marins stratégiques américains, trouvaient l'ennemi et ne le lâchaient plus. La propulsion révolutionnaire du Lira faisait beaucoup de bruit malgré tous les amortisseurs, et les sous-mariniers américains savaient qu'ils étaient dans leur ligne de mire. Mais ils n'y pouvaient rien. Les missions de garde y étaient très nerveuses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.