Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Prise en charge de 200 ressortissants algériens rapatriés du Canada    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Examen de la coopération avec les Emirats arabes unis    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Fin de mission pour l'ambassadeur des USA en Algérie    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    Covid-19: 492 nouveaux cas, 343 guérisons et 10 décès    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    Reprise à la Pêcherie    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    On vous le dit    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell
Publié dans Le Maghreb le 27 - 06 - 2019

Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, a assuré mardi que la banque centrale américaine était "isolée des pressions politiques à court terme" alors que l'institut d'émission fait face aux appels répétés du président américain Donald Trump en faveur d'une baisse des taux.

"La Fed est isolée des pressions politiques à court terme - ce que l'on appelle souvent notre 'indépendance'", a-t-il déclaré dans une allocution préparée pour la conférence organisée par le Council on Foreign Relations.
"Le Congrès a choisi d'isoler la Fed de cette façon parce qu'il a vu les dommages qui surviennent souvent lorsque la politique se plie aux intérêts politiques à court terme. Les banques centrales des grandes démocraties du monde entier jouissent d'une indépendance similaire."
Les propos de Jerome Powell interviennent alors que la banque centrale, qui a marqué une pause dans le resserrement de sa politique monétaire et signalé qu'elle pourrait même abaisser les taux, subit régulièrement des critiques de la part de Donald Trump.
Le président américain a jugé lundi sur Twitter que la Fed "ne savait pas ce qu'elle faisait" et qu'elle avait relevé trop vite ses taux d'intérêt étant donné la faiblesse de l'inflation et le ralentissement de la croissance mondiale. Lors de sa réunion de politique monétaire des 18 et 19 juin, la Fed a maintenu ses taux directeurs inchangés tout en ouvrant la voie à de possibles baisses de taux pouvant atteindre au total jusqu'à 50 points de base d'ici la fin de l'année.
Mardi, Jerome Powell a répété que la Fed jugeait toujours les perspectives de croissance de l'économie américaine solides, avec un taux de chômage au plus bas et une inflation proche de son objectif annuel de 2%. Mais il a indiqué que ses collègues et lui-même s'interrogeaient sur le fait de savoir si l'incertitude entourant notamment le commerce justifiait une baisse des taux.
"La question à laquelle mes collègues et moi sommes confrontés est de savoir si ces incertitudes continueront de peser sur les perspectives et nécessiteront donc un assouplissement monétaire supplémentaire", a déclaré Jerome Powell.
"De nombreux membres du FOMC estiment que les arguments en faveur d'une politique un peu plus accommodante se sont renforcés. Mais nous sommes également conscients du fait que la politique monétaire ne doit pas réagir de façon excessive à une statistique particulière ou à une variation à court terme du sentiment. Agir ainsi risquerait d'ajouter encore plus d'incertitude aux perspectives", a-t-il ajouté.
"Nous surveillerons de près les répercussions des informations reçues sur les perspectives économiques et nous prendrons les mesures qui s'imposent pour soutenir l'expansion."

Trump juge le dollar trop fort à cause de la Fed
Le président Donald Trump estime que le dollar américain est trop fort et que l'euro est trop faible, une situation qui pourrait selon lui s'améliorer si la Réserve fédérale réduisait ses taux d'intérêt, a déclaré mardi un haut responsable de l'administration américaine.
Il a ajouté que la Maison blanche n'avait pas l'intention de limoger le président de la banque centrale, Jerome Powell, et expliqué que la question de savoir si Donald Trump avait autorité pour prendre une telle décision divisait pour l'instant les services juridiques de la présidence. Donald Trump critique régulièrement la politique monétaire menée par la Fed en lui reprochant de pratiquer des taux d'intérêt trop élevés; parallèlement il reproche à divers pays d'utiliser leur politique monétaire pour manipuler leur devise et en tirer avantage sur les marchés mondiaux. Le président a lui-même nommé Jerome Powell à la présidence de la Fed mais il le critique régulièrement depuis en laissant planer la menace de son remplacement avant la fin de son mandat. Les opinions divergent cependant sur la possibilité pour le président de prendre une telle décision, a expliqué le haut responsable de l'administration, qui a requis l'anonymat. Il a ajouté que Donald Trump devrait rencontrer plusieurs candidats potentiels aux sièges vacants au sein du Conseil des gouverneurs de la banque centrale après son retour du Japon, où il doit participer vendredi et samedi au sommet du G20. De son côté, Jerome Powell a déclaré mardi lors d'un colloque à New York que la Fed était indépendante et "isolée des pressions politiques à court terme".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.