L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la Francophonie à Dakhla    L'armée de l'occupant israélien bombarde le centre de la bande de Ghaza    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tout crime    12 camions chargés d'aides arrivent à Mila    Constantine: campagne de sensibilisation pour protéger les forêts    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    La prière du vendredi reste suspendue    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    521 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    BOUIRA : Cinq blessés dans une collision à Sour Ghozlane    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran
Publié dans Le Maghreb le 17 - 07 - 2019

L'avenir des relations entre l'Iran et les pays de l'Union européenne(UE), devenues altérées à la suite de désaccords sur le traité nucléaire, amplifiés après l'arraisonnement d'un pétrolier iranien au large de Gibraltar, va être largement discuté lundi lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères européens à Bruxelles qui sera axée sur le dossier iranien.
Cette rencontre qui intervient après l'échec d'initiatives individuelles prises par certains pays, à l'image de la France et de la Grande-Bretagne en vue de dissiper les différends avec l'Iran, aspire à dégager une approche européenne commune en terme des rapports avec l'Iran.
Cette approche serait basée sur "des concessions" des deux parties, ont laissé entendre les ministres des Affaires étrangères britannique et français respectivement, Jeremy Hunt et Jean-Yves le Drian.
Avant d'entamer les discussions avec ses homologues européens sur le dossier nucléaire iranien, le chef de la diplomatie britannique a fait part de la volonté de la Grande-Bretagne de "réduire les tensions avec l'Iran".
Les tensions dans la région sont devenues tendues particulièrement après le retrait unilatéral des Etats-Unis en mai 2018 de l'accord sur le nucléaire signé en 2015. "L'accord n'est pas encore mort et nous voulons donner à l'Iran "une possibilité de revenir sur ses mesures en contradiction avec ses engagements", a affirmé M. Hunt à son arrivée pour la réunion à Bruxelles avec ses homologues de l'UE. Pour sa part, M. le Drian a déclaré: "l'Iran a pris de mauvaises décisions en réaction à la mauvaise décision des Etats-Unis de se retirer de l'accord et d'imposer des sanctions dont la portée extraterritoriale touche de front les avantages économiques que le pays pouvait retirer de l'accord. Nous souhaitons que l'Iran revienne dans l'accord et respecte ses engagements".
Auparavant, le ministre des Affaires étrangères britannique a indiqué en faisant allusion à l'incident de l'arraisonnement du pétrolier iranien "que la Grande-Bretagne veut réduire les tensions (...) au sujet du Grace 1".
Les déclarations des chefs de la diplomatie française et britannique laissent planer qu'une probable libération du pétrolier iranien aura lieu dans les prochains jours.
L'hypothèse de libération du pétrolier iranien a été, pour rappel, déjà abordée par le chef de la diplomatie britannique, en la conditionnant par la présentation par l'Iran de "garanties".
"Je l'ai rassuré sur le fait que notre préoccupation était la destination et non l'origine du pétrole sur le Grace One et que le Royaume-Uni faciliterait sa libération si nous avions des garanties qu'il ne serait pas envoyé en Syrie, à l'issue d'une procédure régulière devant la justice de Gibraltar", a tweeté auparavant M. Hunt.
Les accusations de la Grande-Bretagne au sujet de transporter du pétrole au profit de la Syrie ont été, rappelons-le, démenties formellement par l'Iran. L'hypothèse a, par ailleurs, beaucoup de chances de se réaliser, selon des analystes, car l'Iran ne donne pas un autre choix pour les pays européens quant au traité sur le nucléaire.
En effet, le désengagement de l'Iran sur le traité nucléaire de façon totale pourrait s'avérer, s'accordent à dire les observateurs, fatal pour nombre de pays de l'UE, et ce, sur tous les plans.
La décision de l'Iran de revoir ses engagements sur le traité nucléaire signé en 2015, a été motivée par le fait que les pays de l'Union européenne dont particulièrement la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, n'ont pas su contourner les sanctions américaines en termes des échanges commerciaux.
Les pays en question avaient promis d'acheter le pétrole iranien après le retrait unilatéral des Etats-Unis du traité sur le nucléaire, mais force est de constater que ces derniers n'ont pas tenu leurs engagements de craintes de représailles de la part des Etats-Unis, dont le président Donald Trump avait déjà menacé "quiconque faisant des affaires avec l'Iran", qu'il "ne fera pas d'affaires avec les Etats-Unis".
Cette situation ne décourage en rien Téhéran de "tenir tête" aux Etats-Unis et de les mettre en garde contre "toute attaque militaire contre l'Iran".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.