Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le Commandant de la GN salue les réalisation et les succès de la femme algérienne    Un texte d'un «autre temps»    Deux ex-ministres appellent à son retrait    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    Lomé pour faire le point sur les réformes    "Nous reprenons confiance"    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Benlamri ouvre son compteur but    «L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc»    Véritable drame à Chlef    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Les passionnés au rendez-vous de la première séance à New York depuis un an    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Tiaret: Nouvelle cité, vieux problèmes    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment les Etats-Unis poussent la France dans les bras de la Chine
Publié dans Le Maghreb le 22 - 07 - 2019

Les États-Unis réfléchissent à une guerre de taxes "à la chinoise" contre la France. Le représentant américain au Commerce a déclaré que l'administration Trump avait commencé à étudier la nouvelle législation française susceptible de porter atteinte aux intérêts des géants du Web, ainsi que des mesures de riposte éventuelles.
"Les États-Unis sont très préoccupés par le fait que la taxe sur les services numériques (ou taxe GAFA) vise de manière injuste les entreprises américaines, a affirmé Robert Lighthizer, représentant américain au Commerce. Le Président nous a chargés d'étudier les conséquences de la mise en œuvre de cette loi pour établir si elle était discriminatoire ou infondée ou si elle compliquait ou limitait le commerce américain". Il a également souligné que la législation américaine lui offrait le mandat nécessaire pour "enquêter sur la pratique commerciale injuste d'un État étranger et prendre des mesures de riposte", rappelle le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Ce scandale a été provoqué par une loi sur l'augmentation de l'imposition des entreprises étrangères du secteur numérique adoptée par les sénateurs français malgré toutes les menaces des États-Unis. Le texte stipule que les impôts sur des sociétés telles qu'Amazon, Apple, Facebook ou Google doivent être calculés en tenant compte des pays où ces entreprises tirent leur principal bénéfice et pas de la localisation de leur siège social. La France et le Royaume-Uni sont considérés comme les promoteurs centraux de cette idée. Bruno Le Maire, ministre français de l'Économie et des Finances, a déjà appelé les États-Unis à renoncer à toutes les menaces dans le règlement des divergences concernant la taxe GAFA. "Je crois profondément qu'entre alliés, nous devons et nous pouvons régler nos différends autrement que par la menace. La France est un État souverain, elle décide souverainement de ses dispositions fiscales et elle continuera de décider souverainement de ses décisions fiscales", a-t-il indiqué. Il a également reconnu par le passé que la loi pourrait être retirée si la situation autour des grandes entreprises était réglée sur la base de règles internationales unifiées. Les règles européennes existantes font en effet le jeu des géants numériques américains. Dans tous les cas, le litige sur les nouveaux principes de la taxe GAFA n'est qu'un élément de tout un éventail des divergences commerciales entre Washington et les capitales européennes. Même la volonté des États-Unis et de l'Union européenne de négocier un accord de libre-échange se heurte à des malentendus sur les principes de base des ententes éventuelles. Au lieu de tenter de régler les litiges, l'administration Trump préfère visiblement suivre son style habituel, c'est-à-dire introduire de nouveaux droits de douane sur les marchandises françaises jusqu'à ce que son allié européen n'admette sa défaite. Les autorités françaises n'ont cependant aucune envie de céder. Les observateurs entrevoient donc dans les nouvelles divergences entre Washington et Paris les contours d'une nouvelle guerre commerciale "à la chinoise", c'est-à-dire similaire à l'actuel conflit commercial entre les États-Unis et la Chine. Quoi qu'il en soit, cet affrontement pourrait aussi prendre une tournure "chinoise" pour une autre raison. Une politique irréconciliable et sans compromis de l'administration américaine envers ses alliés européens ne peut pas passer inaperçue pour la Chine, qui s'intéresse fortement au marché européen - ce qui a déjà été confirmé par la tournée du président chinois Xi Jinping dans quatre pays de l'UE ce printemps. Tout épisode affaiblissant les liens transatlantiques produit inévitablement des spéculations sur la réorientation éventuelle des acteurs européens. Il est certain que cette situation nivelle toutes les tentatives de l'administration américaine d'élaborer une approche stratégique de la "menace chinoise".

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.